Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

France : Ouverture anticipée des archives du procès Touvier

Surnommé le "Boucher de Lyon" avant que ce qualificatif ne soit attribué à Klaus Barbie, Paul Touvier avait été condamné pour sa complicité de l'assassinat de 7 otages juifs à Rillieux-la-Pape le 29 juin 1944

Paul Touvier, ancien fonctionnaire collaborationniste de Vichy. (Crédit : INA.fr)
Paul Touvier, ancien fonctionnaire collaborationniste de Vichy. (Crédit : INA.fr)

Les archives du procès de Paul Touvier, chef de la Milice à Lyon pendant l’Occupation et condamné pour crimes contre l’humanité en 1994, sont désormais accessibles au public, de façon « anticipée », pour œuvrer au « travail de mémoire », ont annoncé vendredi deux ministères.

Le 20 avril 1994, à l’issue d’un mois de procès devant la cour d’assises des Yvelines, l’ancien chef du renseignement de la Milice à Lyon était devenu le premier Français déclaré coupable de crimes contre l’humanité et avait été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

Surnommé le « Boucher de Lyon » avant que ce qualificatif ne soit attribué à Klaus Barbie, Paul Touvier avait été condamné pour sa complicité de l’assassinat de sept otages juifs à Rillieux-la-Pape (Rhône) le 29 juin 1944. Il est mort en juillet 1996.

Les archives relatives à son procès, qui étaient en théorie communicables à l’expiration d’un délai de soixante-quinze ans, ont été ouvertes de « manière anticipée » et sont désormais accessibles « à tout individu qui en fait la demande », ont indiqué les ministères de la Justice et de la Culture dans un communiqué commun.

Sont notamment visés les dossiers de suivi des plaintes pour crimes contre l’humanité et le dossier de procédure du procès devant la cour d’assises des Yvelines d’avril 1994, indique le communiqué.

La communication de ces documents « va permettre de progresser dans la connaissance de ce procès historique et de favoriser toujours davantage le travail de mémoire et de vérité », écrivent les deux ministères.

Condamné à mort par contumace après la Libération, Paul Touvier avait échappé aux autorités pendant plusieurs décennies avant d’être gracié en novembre 1971 par le président Georges Pompidou.

Après une longue bataille juridique et le lancement d’un mandat d’arrêt en 1981, il avait été contraint de retourner dans la clandestinité, bénéficiant de complicités dans certains milieux catholiques.

C’est après des révélations du Canard enchaîné que les enquêteurs avaient retrouvé sa trace en 1989 dans le prieuré catholique intégriste Saint-François du Vieux-Nice.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.