Palmarès du Festival du film d’histoire de Pessac
Rechercher

Palmarès du Festival du film d’histoire de Pessac

Le 29e festival international du film d'histoire de Pessac a décerné son Prix du Jury professionnel au film "Le Testament" de l'Israélien Amichai Greenberg

Ori Pfeffer joue Yoel dans 'The Testament' (publiée avec l'autorisation de Gum Films)
Ori Pfeffer joue Yoel dans 'The Testament' (publiée avec l'autorisation de Gum Films)

Le 29e festival international du film d’histoire de Pessac (Gironde) intitulé « La drôle de paix 1918-1939 », et consacré cette année à l’entre-deux-guerres a décerné son Prix du Jury professionnel au film « Le Testament » d’Amichai Greenberg.

Le cinéaste d’origine israélienne raconte l’histoire de Yoel, un historien juif orthodoxe, chargé de la conservation des lieux de mémoire liés à la Shoah. Depuis des années, il enquête sur un massacre qui aurait eu lieu dans le village de Lendsdorf, en Autriche au crépuscule de la Seconde Guerre mondiale.

Le prix du public revient à « Ballon » de l’Allemand Michael Bully Herbig.

En 1979, en pleine guerre froide, deux familles ordinaires d’Allemagne de l’Est rêvent de passer à l’Ouest. Elles projettent de construire une montgolfière et survoler la frontière. Une histoire incroyable, qui s’inspire d’une histoire vraie.

Dans la catégorie « documentaires inédits », le Prix du jury professionnel revient à « L’Homme que nous aimions le plus » de la réalisatrice suisse Danielle Jaeggi. La documentariste retrace à travers le double portrait très émouvant de son père et de son meilleur ami, le destin de ces milliers de militants qui ont cru à l’idéal communiste.

Le journaliste et documentariste français Jean-François Delassus, s’est vu attribuer le Prix du Public pour « Les Pieds-noirs d’Algérie ».

« Ernst Jünger dans la Grande Guerre » de François Lagarde, a reçu le Prix du jury de la Ville de Pessac. Le jury a récompensé un film qui tresse durant 3H30 le récit de guerre autobiographique de l’écrivain allemand Ernst Jünger, un document historique exceptionnel relatant le quotidien dans l’enfer des tranchées.

Enfin, Jean-Pierre Andrevon est lauréat du Prix du livre d’histoire du cinéma pour son Encyclopédie de la guerre au cinéma et à la télévision (Vendémiaire éditions, 2018). Le livre est un panorama exhaustif du film de guerre, suivant une chronologie historique de l’Antiquité jusqu’à la guerre de Corée au début des années 50.

Le festival international de Pessac consacrera sa prochaine édition à l’occasion de son trentième anniversaire à l’Amérique latine.

À lire : Le film sur la Shoah, « Le Testament », n’est pas un « autre film sur la Shoah »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...