Pandémie : l’ONU appelle le monde arabe à davantage de solidarité
Rechercher

Pandémie : l’ONU appelle le monde arabe à davantage de solidarité

Selon Rola Dashti, la pauvreté risque de s'intensifier dans le monde arabe. "Un Arabe sur quatre pourrait devenir pauvre"

Des membres de la Défense civile yéménite sont photographiés avec des équipements de protection dans la capitale yéménite de Sanaa en pleine épidémie de coronavirus (COVID-19), le 12 avril 2020. (Photo par Mohammed HUWAIS / AFP)
Des membres de la Défense civile yéménite sont photographiés avec des équipements de protection dans la capitale yéménite de Sanaa en pleine épidémie de coronavirus (COVID-19), le 12 avril 2020. (Photo par Mohammed HUWAIS / AFP)

Face à une pandémie aux conséquences profondes et durables, le monde arabe doit faire preuve de davantage d’entraide, en créant par exemple « des fonds de solidarité régionaux », a demandé jeudi l’ONU.

« La région arabe, dans laquelle vivent 436 millions de personnes, a gardé initialement des taux de transmission et de mortalité inférieurs à la moyenne mondiale. Mais de récentes tendances sont source d’inquiétude, en raison de services de santé inégaux et de l’insuffisance de soins de base dans de nombreux pays », souligne un livret détaillant l’impact de la pandémie de Covid-19 et incluant des recommandations.

Les conséquences de la pandémie risquent d’être profondes et de s’étendre dans la durée, indique ce document en prévoyant une contraction de l’économie de la région d’au moins 5,7 %.

« La solidarité est un élément central pour résoudre et atténuer l’impact du Covid », a déclaré lors d’un entretien avec des journalistes Rola Dashti, une responsable de l’ONU pour la région arabe dans les domaines économique et social. Cette solidarité doit s’exprimer au sein des pays mais également entre les nations arabes, selon elle.

Parmi ses recommandations, l’Organisation encourage les pays arabes à « apporter un soutien économique et social aux individus et foyers » et « créer des fonds de solidarité régionaux ». Ils doivent « réduire les inégalités en investissant dans la santé et l’éducation universelles, la protection sociale et la technologie », ajoute l’ONU.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’entretient avec l’Associated Press à Lahore, au Pakistan, le 18 février 2020. (Crédit : AP Photo/K.M. Chaudhry)

Dans un communiqué accompagnant la publication du livret, le secrétaire général de l’Organisation, Antonio Guterres, note que « la région recèle le plus grand écart entre les sexes en matière de développement humain ».

« La reconstruction face au Covid-19 est l’occasion d’investir dans les femmes et les filles, d’assurer l’égalité des droits et de la participation – soit des avantages durables pour tous », estime-t-il.

Selon Rola Dashti, la pauvreté risque de s’intensifier dans le monde arabe. « Un Arabe sur quatre pourrait devenir pauvre », a-t-elle dit.

« Le coronavirus menace 55 millions de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire vitale dans la région arabe », a aussi relevé la responsable. « 26 millions d’entre elles sont des réfugiés et des personnes déplacées contre leur gré, dont près de 16 millions sont en insécurité alimentaire », a-t-elle précisé.

Interrogée sur d’éventuels effets positifs déjà constatés dans le monde arabe dans la lutte contre la pandémie, la responsable a cité le soutien au commerce informel en Egypte et des délais de paiement accordés par le secteur bancaire dans certains pays.

Dans son communiqué, Antonio Guterres appelle les pays arabes à « stimuler la reprise économique en repensant le modèle économique de la région en faveur d’économies vertes plus diversifiées ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...