Paradis assuré pour Lapid et Liberman s’ils rejoignent la coalition –rabbin Shas
Rechercher

Paradis assuré pour Lapid et Liberman s’ils rejoignent la coalition –rabbin Shas

Selon le rabbin du Shas, le n°2 de Kakhol lavan et le leader de Yisrael Beytenu auront chacun une place dans le Monde à venir s'ils forment un gouvernement avec son parti haredi

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le chef spirituel du Shas, Rabbi Shalom Cohen, s'exprime lors d'une conférence du parti à Jérusalem, le 27 septembre 2018. (Aharon Krohn/Flash90)
Le chef spirituel du Shas, Rabbi Shalom Cohen, s'exprime lors d'une conférence du parti à Jérusalem, le 27 septembre 2018. (Aharon Krohn/Flash90)

Le chef spirituel du parti ultra-orthodoxe Shas a déclaré mardi que si le numéro deux de Kakhol lavan, Yair Lapid, et le numéro un de Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, revenaient sur leur refus de rejoindre un gouvernement de coalition constitué de partis ultra-orthodoxes, ils obtiendraient en retour une place au paradis.

« Liberman et Lapid, si vous acceptez de rejoindre une coalition contrôlée par les ultra-orthodoxes, une voie céleste vous déclarera… ‘Vous êtes les bienvenus dans le Monde à venir », a ainsi affirmé le rabbin Shalom Cohen lors d’un événement du parti Shas.

Celui qui avait sévèrement fustigé les deux députés pendant la campagne électorale a adopté un ton plus modéré à leur égard. « Je suis certain que vous n’aviez pas l’intention d’irriter le Saint, béni soit-il, mais uniquement les responsables politiques. La preuve en est que [Dieu] ne vous a pas autorisé à former un mauvais gouvernement », a-t-il déclaré aux sympathisants du Shas.

Dans les jours ayant suivi le scrutin du 17 septembre, lorsqu’il s’est avéré clair qu’il était indispensable que Kakhol lavan et le Likud s’unissent pour qu’un gouvernement soit formé, les partis haredim Shas et Yahadout HaTorah ont changé d’approche vis-à-vis de Yair Lapid, longtemps considéré persona non grata aux yeux du rabbinat politique ultra-orthodoxe.

Les députés de la faction Degel Hatorah de l’alliance Yahadout HaTorah ont promis lors d’une rencontre avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu le mois dernier de discuter avec leur chef spirituel, le rabbin Chaim Kanievsky, d’une levée de leur boycott de Lapid, un signal de flexibilité dans les prochaines discussions de coalition.

Yair Lapid, alors chef du parti Yesh Atid, avec Avigdor Liberman, alors ministre de la Défense, à la Knesset, le 12 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les membres de l’autre faction de l’alliance ultra-orthodoxe, Agudat Yisrael, consulteront également leurs rabbins sur la question, mais attendent d’abord de connaître l’opinion de Chaim Kanievsky, a rapporté la Douzième chaîne.

Dans un communiqué, le chef du Shas, Aryeh Deri, s’est dit prêt à rencontrer Yair Lapid, malgré une campagne virulente de son parti qui accusait ce dernier d’antisémitisme.

Les partis haredim avaient adopté une attitude similaire à l’égard d’Avigdor Liberman, lequel avait violemment attaqué le Shas et Yahadout HaTorah lors de la dernière campagne électorale, dans le but de mobiliser sa base d’électeurs laïcs.

Netanyahu a jusqu’au 24 octobre pour rassembler une coalition. Le président Reuven Rivlin pourra lui accorder un délai supplémentaire de 14 jours s’il n’y est pas parvenu, même si cela paraît peu probable, ses chances de réussite étant faibles.

Reuven Rivlin devrait vraisemblablement plutôt confier la tâche au chef de Kakhol lavan, Benny Gantz. Il y a trois semaines, Netanyahu a été chargé le premier de former un gouvernement et promis de permettre au chef de l’État de donner à un autre candidat l’opportunité de le faire en cas d’échec.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...