Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Paris demande à Telegram de fermer des boucles de discussion d’extrême droite

Ces groupes Telegram, sous surveillance depuis fin 2022 et où s'y retrouvent propos racistes et appels à la violence, comptent plusieurs centaines de membres

Le gouvernement français a demandé lundi à la messagerie cryptée Telegram de fermer des boucles de discussion utilisées par un groupe d’extrême droite qui y échange selon lui propos racistes et appels à la violence.

« Sur instruction du ministre, un signalement, via la plateforme Pharos, a été adressé lundi à Telegram », a précisé l’entourage du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui a demandé « aux services de travailler aux suites judiciaires à donner, en lien avec l’autorité judiciaire ».

Ces groupes Telegram, sous surveillance depuis « fin 2022 », « comptent plusieurs centaines de comptes », a détaillé à l’AFP une source policière. Parmi ses utilisateurs, « certains profils étaient déjà connus des services de renseignement », a ajouté cette source.

L’existence de ces groupes de discussion a été révélée sur Twitter ce week-end par le compte Tajmaât, qui se présente comme une « plateforme collaborative pour les Maghrébins ».

Tajmaât a diffusé plusieurs captures d’écran des boucles de discussion du « groupe nationaliste français Deter » (déterminés, ndlr) où les utilisateurs échangent des propos racistes et des appels à des actions violentes.

Parmi les utilisateurs, « certains se prévalent de la qualité de militaires ou de fonctionnaires de police, mais cela reste à démontrer car beaucoup de ces comptes n’ont pas encore été identifiés », a précisé la source policière.

Selon cette source, ces boucles ont « d’abord été constituées pour servir de plateformes d’échange d’idées identitaires, pour permettre aux sympathisants de ces idéologies de se retrouver par région ».

« C’est ensuite que des profils plus violents et extrémistes sont apparus sur ces boucles, suscitant d’ailleurs parfois la désapprobation d’anciens membres ».

« C’est cette dérive vers les appels à la violence qui a justifié l’attention des services », a-t-elle encore dit.

Contacté par l’AFP, Telegram n’a pas donné suite immédiatement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.