« Pas de nouvelle construction » aurait été dit aux dirigeants des implantations
Rechercher

« Pas de nouvelle construction » aurait été dit aux dirigeants des implantations

Après avoir rencontré Netanyahu, les chefs du Conseil de Yesha disent que des pressions diplomatiques empêchent la reprise de la construction en Cisjordanie

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait dit aux dirigeants des résidents des implantations que « les pressions actuelles » empêchent une reprise de la construction dans les implantations.
 
Après une réunion qui a duré trois heures mardi soir avec Netanyahu et le ministre de la Défense Moshe Yaalon, les dirigeants du Conseil de Yesha ont déclaré aux journalistes qu’ils avaient demandé une reprise de la construction dans les implantations en réponse à la récente vague d’attaques terroristes palestiniennes, mais qu’il leur a été signifié qu’une telle reprise n’était pas possible pour des motifs diplomatiques.

« On ne nous a pas dit qu’il n’y a pas de construction ou qu’il y a un gel. Il nous a été dit qu’il y a une impossibilité à approuver et à faire avancer la construction en raison des pressions actuelles », a déclaré Avi Roeh le président du conseil.

« Stratégiquement, c’est une grave erreur de ne pas approuver la construction; cela nuit [au projet] des implantations et à terme cela nuira à Jérusalem et à tout l’État d’Israël. »

« Nous avons fait part de notre mécontentement face à la politique actuelle du gouvernement en matière d’implantations », a affirmé Roeh.

« Nous avons soulevé les questions éthiques et stratégiques liés aux implantations. Sur cette question, malheureusement, nous n’avons pas recu de réponses adequates, » mais plutôt « des réponses partielles et non satisfaisantes. Il a été question, » a-t-il pousuivi, « des difficultés auxquelles le gouvernement doit faire face, surtout de l’étranger, dans son aptitude à autoriser la construction et la planification ».

Les dirigeants du Conseil de Yesha, dont les chefs de collectivités locales des conseils régionaux de Cisjordanie, envisagent de se rencontrer mercredi pour discuter des prochaines étapes dans leurs efforts pour faire pression sur le gouvernement quant à sa réponse à la vague de terreur.

Les États-Unis auraient menacé cette semaine d’un ultimatum : annoncez de nouvelles constructions dans les implantations et Washington n’opposera pas son veto à une résolution du Conseil de sécurité qui déclarerait illégales les implantations de Cisjordanie.

Netanyahu a rejeté les appels de ministres de premier plan pour la reprise de la construction dans les implantations juives lors d’une réunion de son cabinet de sécurité lundi.

Selon un reportage diffusé mardi sur la Deuxième chaîne, ce fut parce que l’administration Obama avait mis en garde Netanyahu contre l’annonce de nouvelles constructions au delà de la Ligne verte en réaction à la recrudescence du terrorisme.

Le reportage cite des sources bien placées dans le gouvernement israélien affirmant que la Maison Blanche aurait dit à Netanyahu que les Etats-Unis n’opposeraient pas nécessairement leur veto à une résolution parrainée par la France au Conseil de sécurité de l’ONU.

Jusqu’à présent les États-Unis ont été un fervent partisan d’Israël aux Nations unies, le protégeant de condamnations au sein du conseil de 15 membres en utilisant son droit de veto en tant que membre permanent.

« Nous n’allons pas mettre en danger notre soutien international pour quelques appels d’offre ou pour une extension de la construction à Itamar, » aurait dit une source de haut rang.

Netanyahu aurait déclaré aux ministres du parti pro-implantations HaBayit HaYehudi que de nouvelles constructions en Cisjordanie risquaient de nuire aux les résidents des implantations eux-mêmes et de compliquer encore plus la situation entre Israéliens et Palestiniens.

En réaction aux informations de la Deuxième chaîne, un responsable israélien de premier plan a déclaré au Times of Israel que le bureau du Premier ministre n’était «au courant d’aucune menace américaine » de ne pas exercer son droit de veto au Conseil de sécurité.

Les tensions entre Israéliens et Palestiniens ont atteint leur paroxysme ces derniers jours, après des semaines d’émeutes sur le mont du Temple et une série d’attaques terroristes meurtrières contre des Israéliens.

L’information sur la menace de Washington de ne pas opposer son veto à la motion à l’ONU est survenue peu de temps après un reportage de Politico selon lequel le président américain Barack Obama avait rejeté plusieurs appels d’un important sénateur démocrate pour qu’il s’exprime publiquement contre une résolution en faveur d’un Etat palestinien à l’ONU.

Le refus d’Obama, selon Politico, « souligne la largeur du fossé entre l’administration Obama et le gouvernement israélien ». Le refus « est à placer dans le contexte des relations personnelles entre Obama et Netanyahu qui dont devenues extrêmement malsaines, empoisonnant plus largement les relations américano-israéliennes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...