Pas d’effets secondaires majeurs chez les enfants vaccinés – étude en Israël
Rechercher

Pas d’effets secondaires majeurs chez les enfants vaccinés – étude en Israël

Alors que les représentants de la santé s’inquiétaient de la myocardite chez les jeunes de 12 à 15 ans, les données de 200 000 personnes ne montrent que trois cas de ce type

Un jeune Israélien se fait vacciner contre la COVID-19 à  Petah Tikva, le 19 juillet 2021. (Crédit : Flash90)
Un jeune Israélien se fait vacciner contre la COVID-19 à Petah Tikva, le 19 juillet 2021. (Crédit : Flash90)

Les premières données de 200 000 enfants israéliens vaccinés publiées jeudi indiquent que le vaccin contre la COVID-19 n’avait pas d’effets secondaires majeurs, et presque pas d’effets secondaires en général.

Les représentants de la santé étaient préoccupés par la myocardite – une inflammation du muscle cardiaque – mais seuls trois cas de ce type ont été observés parmi les 200 000 receveurs du vaccin âgés de 12 à 15 ans, selon les données publiées par la chaîne publique Kan.

Cependant, le rapport souligne que davantage de données sont nécessaires avec un échantillon plus vaste pour tirer des conclusions définitives.

Israël a commencé à vacciner les jeunes de 12 à 15 ans au début du mois de juin. La vaccination n’est pas obligatoire pour les adolescents, seulement conseillée, et les parents peuvent décider s’ils veulent que leurs enfants se fassent vacciner.

La question a été une source de polémique au sein du nouveau gouvernement, surtout pour la ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton. Lorsque mercredi la Douzième chaîne lui a demandé pourquoi elle était si opposée à la vaccination des enfants à l’école, elle a répondu qu’une telle décision était « un crime ».

Les enfants reçoivent actuellement un certain nombre de vaccins tout au long des années scolaires, avec la permission de leurs parents. Shasha-Biton a jugé que les enfants pourraient être victimes d’harcèlement si leurs parents étaient contre la vaccination.

Le ministère de la Santé a déclaré aux prestataires de soins de santé israéliens qu’ils pouvaient administrer des vaccins contre le coronavirus aux enfants âgés de 5 à 11 ans qui souffrent de maladies graves et qui pourraient les rendre plus vulnérables à la COVID-19.

Les autorisations pour les enfants individuels doivent être accordées par le prestataire de soins de santé, puis validées par le ministère. La politique du ministère serait de minimiser le nombre d’autorisations et de ne les délivrer qu’aux personnes présentant un risque très élevé, a-t-il déclaré.

Le ministère de la Santé a déclaré que les conditions médicales qui pourraient justifier une telle autorisation comprennent l’obésité extrême (IMC supérieur au 99e pourcentage pour l’âge et le sexe), les maladies pulmonaires chroniques graves, les troubles du neurodéveloppement, l’insuffisance cardiaque congestive, la drépanocytose et les maladies auto-immunes graves.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...