Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Pays-Bas: premier musée sur la Shoah, sur fond de montée de l’antisémitisme

La conservatrice du musée veut raconter l'histoire des victimes "pour être consciente de ce à quoi l'antisémitisme peut conduire dans certaines circonstances"

Des images historiques de trains transportant des juifs vers les camps de concentration nazis lors d'une présentation à la presse du nouveau musée national de la Shoah à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 5 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)
Des images historiques de trains transportant des juifs vers les camps de concentration nazis lors d'une présentation à la presse du nouveau musée national de la Shoah à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 5 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)

Quatre-vingts ans après la Seconde Guerre mondiale, les Pays-Bas s’apprêtent à ouvrir leur premier musée de la Shoah, dans l’espoir de sensibiliser l’opinion publique à un moment où la guerre entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas à Gaza a fait monter l’antisémitisme.

Uniformes rayés d’Auschwitz, boutons de vêtements arrachés à l’arrivée au camp d’extermination de Sobibor, lettres et photos : le musée expose 2 500 objets, pour la plupart jamais montrés au public.

Avant la guerre et l’occupation nazie, les Pays-Bas abritaient quelques 140 000 Juifs, principalement à Amsterdam. 102 000 d’entre eux ont été tués pendant la Shoah, soit environ 75% .

Le bâtiment abritant le musée, une ancienne garderie située dans le quartier juif historique du centre d’Amsterdam, a lui-même joué un rôle essentiel dans l’histoire de la Shoah aux Pays-Bas.

De l’autre côté de la route se trouve un théâtre où des familles juives étaient emmenées en attendant d’être déportées vers les camps de la mort. Les enfants étaient séparés de leurs familles et emmenés au jardin d’enfants avant d’être déportés.

Environ 600 enfants ont été sortis clandestinement, la plupart dans des cartons ou des paniers, sous le nez des gardes nazis, et mis en sécurité par la résistance néerlandaise.

Les visiteurs du musée ont la possibilité de marcher dans les pas de ces enfants, dans le couloir par lequel ils ont fui. Des photos de bébés et d’enfants qui n’ont pas survécu ornent les murs.

Le musée montre également des textes des lois anti-juives que les nazis ont imposées à la communauté, notamment l’obligation de 1942 de porter une étoile de David jaune, et des photos de victimes accompagnées d’informations sur leur vie.

« Nous racontons cette histoire d’humiliation extrême et nous avons redonner leur dignité aux victimes en présentant leurs objets d’une manière très particulière », a déclaré à l’AFP Annemiek Gringold, conservatrice du musée.

« Sur quelques centaines de mètres carrés dans le centre-ville d’Amsterdam, on retrouve l’histoire de la déportation, de la collaboration, la partie sombre de l’histoire », a-t-elle ajouté.

« Et de l’autre côté, vous avez un bâtiment qui représente l’humanité, la solidarité et le formidable courage des Justes qui ont sauvé des Juifs au péril de leur vie », a-t-elle poursuivi.

Non loin de là se trouve la maison d’Anne Frank, adolescente juive réfugiée avec sa famille dans une annexe secrète pendant deux ans pour échapper aux nazis avant de trouver la mort à Bergen-Belsen à 16 ans en 1945. Son journal intime est devenu l’un des récits les plus marquants de la Shoah.

Les portraits d’Henriette (Jettie) Bolle, Jacob Vischjager et Abraham (Appie) Prins, de gauche à droite, assassinés par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, lors d’une présentation à la presse du nouveau musée national de la Shoah à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 5 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)

« Exclusion et déshumanisation »

Le roi Willem-Alexander des Pays-Bas inaugurera officiellement le musée dimanche, dans un contexte de montée de l’antisémitisme dans le pays.

Le nombre d’incidents antisémites a doublé en 2023, selon des chiffres officiels. Dans une récente attaque qui a fait la une des journaux, des croix gammées ont été peintes sur une synagogue.

Amsterdam a alloué 900 000 euros pour sécuriser le musée devant lequel ont été placés des blocs de béton pour empêcher une attaque à la voiture-bélier.

L’association pour le quartier juif néerlandais qui gère le musée s’était jusqu’à présent abstenue de commenter l’attaque du Hamas du 7 octobre, qui a déclenché la guerre actuelle à Gaza.

« Maintenant, à quelques jours de l’ouverture du Musée national de l’Holocauste, un musée sur les conséquences de l’exclusion et de la déshumanisation, mais aussi sur le courage d’y résister, c’est exactement ce que nous faisons », a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Flip Delmonte, à gauche, un survivant de la Shoah, est interviewé avec l’aide de la traductrice en langue des signes Melanie Mol, à droite, lors d’une présentation à la presse du nouveau musée de la Shoha à Amsterdam, Pays-Bas, le 5 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)

L’association s’est dite « sérieusement préoccupée » par l’antisémitisme, la polarisation et l’islamophobie aux Pays-Bas depuis le début du conflit à Gaza.

« Il est regrettable que l’ouverture du Musée national de la Shoah coïncide avec cette guerre en cours. Cela ne fait que rendre notre mission plus urgente », a déclaré l’association.

Le musée met en avant des thèmes à la résonance actuelle comme la propagande, le nationalisme et l’affaiblissement de l’État de droit, a soulevé Annemiek Gringold.

Nous devons tous « être conscient de ce que les êtres humains sont capables de faire aux autres », a-t-elle déclaré.

Le musée expose les chaussures que portait Roosje Steenhart-Drukker, 82 ans, survivante de la Shoah, quand ses parents juifs l’ont quittée à l’âge de deux ans, dans l’espoir que quelqu’un la trouve.

« Je suis extrêmement heureuse que notre histoire ne soit pas perdue après toute cette tragédie, toute cette tristesse », a-t-elle déclaré à l’AFP.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.