Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Pays-Bas : une comédie musicale sur Anne Frank, pour « ne jamais oublier »

La scène se compose d'une étoile de David en béton divisée en sections représentant les pièces de "l'annexe secrète", où la famille Frank et s'est cachée, créant un sentiment de claustrophobie tout au long de la représentation

Les membres de la troupe sont assis dans une étoile de David en béton divisée en sections représentant les pièces de l'"annexe secrète" où la famille Frank et quatre autres personnes se sont cachées pendant plus de deux ans lors de la production théâtrale de "Je Anne" basée sur les journaux d'Anne Frank, qui est revenue sur scène au Kennemer Theater, Beverwijk, près d'Amsterdam, le 10 février 2024.  (Crédit : Nick Gammon / AFP)
Les membres de la troupe sont assis dans une étoile de David en béton divisée en sections représentant les pièces de l'"annexe secrète" où la famille Frank et quatre autres personnes se sont cachées pendant plus de deux ans lors de la production théâtrale de "Je Anne" basée sur les journaux d'Anne Frank, qui est revenue sur scène au Kennemer Theater, Beverwijk, près d'Amsterdam, le 10 février 2024. (Crédit : Nick Gammon / AFP)

Une nouvelle production musicale d’un spectacle basé sur le journal d’Anne Frank a vu le jour aux Pays-Bas, pour ne jamais oublier l’histoire de l’adolescente juive qui doit être racontée aujourd’hui plus que jamais, selon la production.

« Je Anne » (« Ta Anne ») reste fidèle au récit d’Anne Frank qui, devenu célèbre dans le monde entier, raconte sa fuite face aux nazis à Amsterdam pendant la Seconde guerre mondiale.

La scène se compose uniquement d’une étoile de David en béton divisée en sections représentant les pièces de « l’annexe secrète », où la famille Frank et quatre autres personnes se sont cachées pendant plus de deux ans.

Les huit personnages quittent rarement l’étoile, perchés sur des bagages, leurs seuls biens matériels, créant un sentiment de claustrophobie tout au long de la représentation.

Le producteur Mark Vijn, 56 ans, a encore la chair de poule en repensant aux quelques heures qu’il a passées dans l’annexe, cachée derrière une bibliothèque tournante.

« Nous n’y sommes restés que quelques heures, et eux pendant deux ans. Et ils ne savaient pas qu’ils allaient rester là pendant deux ans », déclare-t-il à l’AFP.

Les membres de la troupe sont assis dans une étoile de David en béton divisée en sections représentant les pièces de l' »annexe secrète » où la famille Frank et quatre autres personnes se sont cachées pendant plus de deux ans lors de la production théâtrale de « Je Anne » basée sur les journaux d’Anne Frank, qui est revenue sur scène au Kennemer Theater, Beverwijk, près d’Amsterdam, le 10 février 2024. (Crédit : Nick Gammon / AFP)

Il rejette les critiques qui affirment qu’une comédie musicale est un support inapproprié pour une histoire aussi tragique. Au contraire, estime-t-il, l’émotion ressentie est encore plus forte et les comédies musicales attirent une nouvelle génération.

« C’est la première production où la musique est utilisée pour raconter l’histoire. Nous l’avons fait avec de la musique parce que cela convient mieux à un public plus large, en particulier à un public plus jeune », explique M. Vijn.

La comédie musicale, présentée pour la première fois samedi devant une salle comble dans la ville de Beverwijk, au nord des Pays-Bas, est une reprise d’une production de 2010.

L’actualité a inspiré M. Vijn. Les incidents antisémites aux Pays-Bas ont doublé l’année dernière, selon un récent rapport du CIDI, une organisation juive néerlandaise. Ils se sont multipliés dans le monde depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre, déclenchée par une attaque sans précédent du Hamas contre Israël.

« C’est l’histoire qui se répète, encore et encore. Nous ne devrions jamais oublier ce qui s’est passé à l’époque et c’est pourquoi nous recommençons », explique-t-il.

« Il y a toujours de l’espoir »

Les émotions décrites par Anne dans le journal sont retranscrites en chansons, avec des moments de bonheur entrecoupés de bruits de bombardements, de sirènes de police et des cris d’Anne quand elle se réveille de ses cauchemars.

Les membres de la troupe sont assis dans une étoile de David en béton divisée en sections représentant les pièces de l' »annexe secrète » où la famille Frank et quatre autres personnes se sont cachées pendant plus de deux ans lors de la production théâtrale de « Je Anne » basée sur les journaux d’Anne Frank, qui est revenue sur scène au Kennemer Theater, Beverwijk, près d’Amsterdam, le 10 février 2024. (Crédit : Nick Gammon / AFP)

La musique est parfois interrompue par des fragments radiophoniques où le sort des Juifs déportés des Pays-Bas vers les chambres à gaz devient de plus en plus clair.

La pièce se termine par un dernier passage puissant où les personnages croient que la libération est imminente.

Apprenant la nouvelle du débarquement allié en France, ils dansent en chantant « Enfin libres! », emballent leurs manteaux ornés d’étoiles jaunes et se préparent à quitter leur cachette.

La chanson est interrompue par une sirène de police, la famille ayant été trahie et livrée aux nazis.

Un par un, les personnages quittent la scène. L’acteur qui incarne Otto, le père d’Anne, lit à haute voix leur sort : « Mort à Auschwitz », « Mort à Bergen-Belsen ». L’artiste qui incarne Anne est la dernière à quitter la scène.

Anne Frank a d’abord été déportée à Westerbork, camp de transit aux Pays-Bas, puis transférée à Auschwitz et à Bergen-Belsen, où elle est décédée du typhus à l’âge de 16 ans en 1945.

À la fin de la représentation, la seule chose qui reste sur scène est son journal intime. Le public, d’abord silencieux, se lève pour une longue ovation.

Dans la salle, Jean Westerling-Nelissen, 94 ans et née le même jour qu’Anne Frank, est plongée dans ses souvenirs. « C’est quelque chose que j’ai moi-même vécu », dit-elle, même si elle n’a pas été poursuivie par les nazis.

Silvana Rocha, 22 ans, qui incarne Anne, a lu tout ce qu’elle pouvait sur la jeune fille dont le journal est considéré comme une mise en garde contre les dangers du totalitarisme.

Anne Frank. (Crédit : Domaine public)

Anne serait « vraiment triste, bouleversée et déçue » par la récente montée de l’antisémitisme, observe-t-elle.

« Nous n’avons pas appris » du passé « et je ne pense pas que nous apprendrons un jour », déclare-t-elle à l’AFP.

Mais beaucoup voient dans le journal une histoire d’espoir et de résistance. Si elle vivait à notre époque, Anne « se battrait simplement plus et resterait plus forte pour diffuser son message », estime Mme Rocha.

Quel est ce message ? « Prenez soin les uns des autres, regardez autour de vous. Ne fermez pas les yeux. Ne soyez pas aveugle. Parce que vous pouvez le voir. C’est un choix de ne pas le voir. »

« Et il y a toujours de l’espoir », dit-elle.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.