Rechercher

Peine confirmée pour Alain Soral après des propos sur les juifs et le 11/09

L'arrêt de la cour d'appel ciblait un commentaire où Soral affirmait : "tout est juif dans le 11 septembre" et renvoyait vers un article conspirationniste sur son site

L’essayiste français d'extrême droite Alain Soral s'adresse aux journalistes à son arrivée au palais de justice de Paris, le 12 mars 2015. (Crédit : LOIC VENANCE / AFP)
L’essayiste français d'extrême droite Alain Soral s'adresse aux journalistes à son arrivée au palais de justice de Paris, le 12 mars 2015. (Crédit : LOIC VENANCE / AFP)

La cour d’appel de Paris a confirmé jeudi la condamnation de l’écrivain d’extrême droite Alain Soral à une amende pour des propos qui imputaient aux juifs les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

En première instance, l’essayiste d’extrême-droite de 63 ans avait été condamné à 5 400 euros de jours-amende pour diffamation publique envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à la religion juive, une peine transformable en détention en cas de non-paiement.

L’arrêt de la cour d’appel ciblait un commentaire du 11 septembre 2019 tenu par Alain Bonnet dit Soral sur le réseau social russe VKontakte, où il affirmait notamment « tout est juif dans le 11 septembre » et renvoyait vers un article conspirationniste sur son site internet Egalité et Réconciliation.

La 17e chambre correctionnelle de la cour d’appel a également confirmé la relaxe prononcée en première instance concernant les soupçons de provocation à la haine raciale.

Dans un commentaire sur le même réseau social, M. Soral avait écrit « plus les juifs nous écrasent, plus ils exigent qu’on les ignore ».

Le tribunal avait jugé que cette formulation n’appelait « que de manière trop indirecte » à la haine et la violence pour être qualifiée « d’exhortation », une nuance liée à une jurisprudence récente de la Cour de cassation.

Cette condamnation confirmée en appel « était nécessaire et indispensable parce qu’Alain Soral commet des actes particulièrement graves en imputant la responsabilité du 11-Septembre aux juifs », a réagi auprès de l’AFP Me Ilana Soskin, l’avocate de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra).

« On peut regretter qu’un multirécidiviste comme Alain Soral (…) n’écope que de jours-amende, ce qui, vraisemblablement, ne le dissuade pas de continuer », a ajouté Me Soskin.

Pour Me Stéphane Lilti, avocat de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et de J’accuse !, « cette 21e condamnation d’Alain Soral traduit l’obsession exclusive d’Alain Soral qui persiste à considérer, après toutes ces années, qu’il n’y a pas de juif innocent ».

L’avocat d’Alain Soral, Me Damien Viguier, n’a pas souhaité répondre aux sollicitations de l’AFP.

L’essayiste d’extrême droite a déjà été condamné à une vingtaine de reprises, en grande partie pour des infractions de provocation à la haine, diffamation et injure antisémite.

En octobre dernier, il a été définitivement condamné pour contestation de la Shoah après le rejet de son pourvoi en cassation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...