Rechercher

Pessah: la ville de NY met en garde contre des pratiques commerciales « antisémites »

La procureure générale de New York alerte sur des hausses de prix de 50 % avant Pessah dans les stations de lavage de voiture et promet des « poursuites judiciaires »

Letitia James, Procureure générale de l’État de New York, prend la parole lors d’une conférence de presse, le 3 août 2021, à New York (Crédit : AP Photo/Ted Shaffrey)
Letitia James, Procureure générale de l’État de New York, prend la parole lors d’une conférence de presse, le 3 août 2021, à New York (Crédit : AP Photo/Ted Shaffrey)

Vendredi dernier, la procureure générale de New York, Letitia James, a alerté les consommateurs – et notamment les Juifs – sur l’existence de pratiques discriminatoires en matière de prix dans les stations de lavage de voiture, quelques jours avant Pessah.

Selon un communiqué de presse du bureau de la procureure générale, ces dernières années, certaines entreprises de auraient augmenté leurs prix de 50 % dans les communautés juives à prédominance orthodoxe.

Conformément aux règles de Pessah, de nombreux Juifs nettoient en effet de fond en comble maison, voiture et bureau afin de se débarrasser des moindres miettes de ‘hametz, des produits alimentaires au levain, proscrits pendant les huit jours de fête.

En 2011, le PDG du Met Council, David Greenfield, à l’époque membre du conseil municipal, avait déclaré à NBC New York que de nombreuses entreprises de lavage de voiture dans son quartier de Brooklyn proposaient un forfait « spécial Pessah », ce qui revenait, selon lui, à arnaquer les clients juifs.

« C’est extrêmement choquant. Dans certains cas, au simple motif que vous êtes juif, la facture s’alourdit de 25 à 50 % », avait-il déclaré à NBC New York.

Comme Greenfield l’avait indiqué à NBC New York, son bureau avait contacté des dizaines de centres de lavage automobile pour connaitre les tarifs et beaucoup avaient d’emblée demandé si c’était pour un client juif. S’il répondait par l’affirmative, un tarif supérieur à celui obtenu en cas de réponse négative était annoncé.

Cette année, préalablement aux fêtes qui commencent le soir du vendredi 15 avril, James a envoyé un courrier à deux organisations représentant les propriétaires de stations de lavage pour leur rappeler le caractère illégal de ce type de pratique commerciale.

Elle estime « honteux » d’avoir dû adresser une mise en garde aux communautés juives à propos d’entreprises profitant de fêtes religieuses.

« Si nous apprenons que des entreprises se sont livrées à ces pratiques révoltantes et antisémites, nous n’hésiterons pas à intenter des poursuites judiciaires rapides et sérieuses », a-t-elle martelé dans un communiqué de presse.

Simcha Eichenstein, membre de l’Assemblée de l’État de New York, s’est fait l’écho de la déclaration de James, ajoutant que Pessah était une période coûteuse.

« Nombre de familles ont du mal à joindre les deux bouts à cette période de l’année », a-t-il déploré. « Surfacturer sans vergogne avant une fête comme Pessah est clairement une discrimination religieuse, inacceptable dans cette industrie comme dans toute autre. »

James a invité toute personne victime de surcoûts en raison de sa religion, de sa race ou de ses origine à déposer une plainte auprès de son bureau.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...