Pluie de roquettes sur Israël : réactions
Rechercher

Pluie de roquettes sur Israël : réactions

Certains soulignent le droit d'Israël à se défendre, tandis que d'autres appellent au calme sans condamner les salves de projectiles ou en dénonçant l'État hébreu

Une photo prise depuis la bande de Gaza montre des roquettes lancées vers Israël, le 4 mai 2019 (Crédit :  MAHMUD HAMS / AFP)
Une photo prise depuis la bande de Gaza montre des roquettes lancées vers Israël, le 4 mai 2019 (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Plusieurs gouvernements européens ont condamné avec force samedi les tirs de roquettes depuis Gaza vers l’Etat juif. Certains ont appelé avec vivacité Jérusalem à faire preuve de « retenue » et de « proportionnalité » dans ses ripostes.

« Les tirs de roquettes depuis Gaza vers Israël doivent cesser immédiatement. Une désescalade dans le contexte de cette situation dangereuse est urgemment nécessaire pour garantir que les vies des civils soient protégées », a déclaré un porte-parole de la cheffe de la politique étrangère au sein de l’Union européenne (UE) Federica Mogherini dans la soirée de samedi.

« Les Israéliens et les Palestiniens ont le droit de vivre en paix, dans la sécurité et dans la dignité. Seule une solution politique pourra mettre un terme aux violences. Les efforts livrés par l’Egypte et les Nations unies, soucieuses de calmer la situation, ont le soutien plein et entier de l’Union européenne ».

L’ambassade de l’ONU en Israël a également traduit le communiqué en hébreu :

Dans la matinée, l’ambassadeur de l’UE à Ramat Gan, Emanuele Giaufret, a exprimé son Twitter son inquiétude face à la situation sécuritaire volatile, écrivant que « les tirs indiscriminés contre les civils sont inacceptables ».

Samedi, les terroristes de Gaza ont tiré des centaines de roquettes vers des villes israéliennes diverses. Des douzaines de projectiles ont été interceptés par le système de défense antimissile du Dôme de fer. En représailles, l’armée israélienne a lancé une série de frappes vers des cibles terroristes au sein de l’enclave côtière.

Samedi soir, l’administration américaine n’avait pas, pour sa part, réagi publiquement à la situation. Aux premières heures de dimanche, alors que le Shabbat s’était achevé aux Etats-Unis, l’envoyé spécial Jason Greenblatt a condamné sur Twitter les tirs de roquettes de Gaza, apportant son soutien aux actions prises en riposte par Israël.

« Le Hamas et le Jihad islamique se sont engagés dans un nouvel acte méprisable de terrorisme, lançant des centaines de roquettes en direction des communautés civiles israéliennes de manière indiscriminée. Les Etats-Unis soutiennent avec fermeté le droit à l’autodéfense d’Israël et nous appelons la communauté internationale à faire de même », a-t-il écrit.

Il a également accusé les groupes terroristes d’empêcher « le monde d’aider les Palestiniens à Gaza ».

Le président Recep Tayyip Erdogan a « fermement » condamné la destruction par un bombardement de l’aviation israélienne d’un immeuble à Gaza accueillant les locaux de l’agence de presse étatique turque Anadolu.

« Nous condamnons fermement l’attaque d’Israël contre le bureau de l’agence Anadolu à Gaza », a déclaré M. Erdogan sur Twitter.

« En dépit de ces attaques, la Turquie et l’agence Anadolu continueront d’informer le monde au sujet du terrorisme et des atrocités qu’Israël commet à Gaza et ailleurs en Palestine », a-t-il ajouté.

Divers Etats européens ont émis leurs propres communiqués sur cette escalade.

L’ambassadrice française au sein de l’Etat juif, Hélène Le Gal, a exprimé sa « solidarité avec la population du sud d’Israël ». Son homologue allemande, Susanne Wasum-Rainer, a expliqué condamner avec force les frappes commises contre l’Etat juif tout en appelant « toutes les parties à protéger les vies civiles ».

Le ministère des Affaires étrangères de Berlin a également dénoncé les « tirs massifs de roquettes », disant que « rien ne peut justifier des attaques contre les civils. Israël a le droit à l’auto-défense et à protéger ses citoyens », a écrit le ministère sur son compte Twitter.

Des Palestiniens se réunissent sur la plage de Gaza City alors que des fumées et des flammes s’élèvent suite aux attaques israéliennes qui ont suivi les tirs de roquette des groupes terroristes palestiniens, le 4 mai 2019 (Crédit : Sami al-Sultan/AFP)

« Nous sommes très inquiets de la confrontation militaire en cours et nous recommandons vivement aux deux parties de faire preuve de retenue et de sauvegarder la proportionnalité », a continué le communiqué. L’Allemagne appuie les « efforts importants » livrés par l’Egypte et les Nations unies pour calmer la situation, a-t-il conclu.

Le porte-parole du gouvernement autrichien Peter Launsky a également « fortement » condamné les tirs de roquettes depuis Gaza, exprimant son soutien au « droit à l’autodéfense d’Israël ».

« L’Autriche se tient fermement aux côtés d’Israël. La sécurité du pays et de sa population est une raison d’Etat pour l’Autriche », a-t-il déclaré.

Le ministère estonien des Affaires étrangères a dénoncé les attaques commises par les groupes terroristes en soulignant que « les frappes indiscriminées contre des civils sont complètement inacceptables ».

L’ambassadeur suédois au sein de l’Etat juif, Magnus Hellgren, a écrit sur Twitter que ces tirs indiscriminés contre les civils sont « complètement inacceptables et ne pourront jamais, jamais être justifiés. Cela doit s’arrêter. Il faut une désescalade de toute urgence ».

Un point de vue partagé par l’ambassade espagnole à Tel Aviv, qui a qualifié les attaques « d’inacceptables » mais a également appelé « la fin des violences » et le « calme et la retenue ».

Le gouvernement italien a pour sa part diffusé un communiqué appuyant l’Etat juif face aux agressions de la bande de Gaza.

Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a indiqué qu’Israël avait subi « une attaque aux missiles extrêmement lourde » et il a exprimé sa solidarité avec la population israélienne et avec le Premier ministre.

L’envoyée chypriote en Israël Thessalia S. Shambos a noté sur Twitter que « Chypre condamne avec force les attaques multiples à la roquette depuis la bande de Gaza vers Israël. Les tirs indiscriminés contre des civils sont totalement inacceptables. Solidarité avec toutes les communautés touchées. Soutien total aux efforts importants livrés par l’Egypte et l’ONU en vue de la désescalade de la situation ».

Enfin, dimanche matin, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, a appelé le monde entier à condamner « dans les termes les plus forts » ces frappes aux missiles depuis Gaza.

Dans une courte vidéo postée sur son compte Twitter, Nahshon a ainsi noté que le Hamas et le Jihad islamique avaient lancé 430 roquettes et tirs de mortier vers des zones israéliennes peuplées, faisant un mort et plusieurs blessés.

« C’est une situation qu’il nous est impossible d’accepter. Nous riposterons – nous nous assurerons que les organisations terroristes palestiniennes ne pourront plus continuer ces attaques et nous demandons à la communauté internationale de condamner ces dernières dans les termes les plus forts », a-t-il dit.

Plus tard dans la matinée de dimanche, le porte-parole du président tchèque Milos Zeman a publié une photo de lui-même en portant une casquette de Tsahal et en tweetant : « Israël est confronté à une horrible attaque de missiles terroristes de grande ampleur. Nous combattons avec vous, les amis! Nous pensons à vous ! »

La Roumanie, la Belgique et l’Albanie ont aussi condamné les tirs d’environ 450 roquettes par des groupes terroristes palestiniens sur des villes israéliennes depuis samedi.

« Des attaques contre la population civile sont inacceptables », a déclaré le ministère des Affaires étrangères de Roumanie dans un tweet.

L’ambassade d’Albanie en Israël a qualifié les attaques « d’actions inacceptables et injustifiables ».

Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères a aussi exprimé son soutien aux efforts des Nations unies et de l’Egypte d’obtenir un cessez-le-feu et de revenir aux négociations de paix, déclaré qu’il faudrait deux Etats ainsi qu’un « arrêt des violences, une levée du blocus, un retour de l’AP à Gaza et un arrangement négocié ».

Après que l’ambassadeur suédois en Israël a condamné les tirs de roquettes la nuit dernière, la ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallstrom n’a pas réitéré cette remarque dans un message publié sur Twitter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...