Plus de 6 000 nouveaux cas de COVID ; presque 400 malades graves
Rechercher

Plus de 6 000 nouveaux cas de COVID ; presque 400 malades graves

Pour Salman Zarka, le pays arrive à "un point critique" ; une conseillère gouvernemental à la vaccination confirme un fort taux d'anticorps après l'injection de rappel

Une employée prélève un échantillon pour un test de dépistage à la COVID-19 sur un enfant dans un centre de dépistage de Tel Aviv, le 9 août 2021. (Crédit :  AP Photo/Oded Balilty)
Une employée prélève un échantillon pour un test de dépistage à la COVID-19 sur un enfant dans un centre de dépistage de Tel Aviv, le 9 août 2021. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

Plus de 6 000 personnes ont été testées positives au coronavirus lundi – un chiffre quotidien qui n’avait pas été enregistré dans le pays depuis le début du mois de février. De plus, le nombre de cas graves s’élève à près de 400 alors que le gouvernement continue à examiner une série de nouvelles mesures.

Sur les 130 669 tests de dépistage qui ont été réalisés lundi, 6 275 sont revenus positifs, avec un taux de positivité qui s’élève à 4,84 % — un pourcentage sans précédent depuis le début du mois de mars.

Mardi matin, 648 personnes étaient hospitalisées pour des complications de la COVID-19. 394 se trouvent dans un état grave et 64 personnes sont actuellement placées sous respirateur.

Le responsable de la lutte contre le coronavirus en Israël, Salman Zarka – qui est à la tête des initiatives prises par l’État juif face à la pandémie – a déclaré dans la matinée de mardi que les nouveaux chiffres étaient alarmants.

« Nous sommes à un point critique pour nous tous », a-t-il dit au micro de la station de radio Kan. « Pour notre santé, pour nos vies et pour l’économie ».

Zarka a appelé la population à se faire vacciner contre la COVID-19 et les personnes de 60 ans et plus à aller se faire administrer une troisième dose, disant que c’était le meilleur moyen d’éviter un nouveau confinement.

Le directeur de l’hôpital Ziv, Salman Zarka, lors d’une cérémonie dans la ville de Safed, dans le nord d’Israël, le 25 février 2019. (Crédit : David Cohen/Flash90)

« Je veux nous redonner de l’optimisme à nous tous et j’appelle le public à aller se faire vacciner, à porter le masque et à respecter les régulations du Pass vert », a continué Zarka, qui a poursuivi en annonçant que le gouvernement réfléchira à limiter la taille des rassemblements en espace clos et en plein air face à cette augmentation des cas.

Le 1er août, Israël a lancé une campagne d’administration d’une injection de rappel en direction des Israéliens de 60 ans et plus qui avaient reçu leur seconde dose de vaccin il y a plus de cinq mois. Mardi matin, 577 899 Israéliens avaient déjà bénéficié de cette troisième dose.

Un Israélien de plus de 60 ans reçoit une troisième dose de vaccin contre la COVID-19 dans un centre de la Clalit, à Jérusalem, le 8 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Galia Rahav, cheffe de l’unité et du laboratoire des maladies infectieuses à l’hôpital Sheba et conseillère du panel travaillant sur la vaccination pour le compte du gouvernement, a déclaré mardi matin au site Ynet que ceux qui avaient reçu une troisième dose montraient déjà de forts niveaux d’anticorps.

« Je crois vraiment à cette troisième dose de vaccin », a-t-elle dit. « Nous voyons très clairement des résultats encourageants, avec des gens qui développent très bien des anticorps après la troisième dose ». Elle a prédit que les injections de rappel réduiraient le nombre de cas graves.

La professeure Galia Rahav, à la tête de l’unité et du laboratoire des maladies infectieuses à l’hôpital Sheba, regarde des données de malades atteints par la COVID-19. (Autorisation : Hôpital Sheba)

Un sentiment qui est partagé par le professeur Eran Segal, haut-conseiller du cabinet du coronavirus gouvernemental.

« Il y a absolument une possibilité que nous commencions à assister à un ralentissement au cours des prochaines semaines », a-t-il dit à la Radio militaire, mardi. « Cette troisième dose va aider à faire baisser le taux des malades les plus grièvement atteints parmi les personnes infectées ».

Segal a noté que le fort taux de cas positifs se transformerait, avec un peu de chance, en taux de guérison très élevé rapidement – ce qui aidera également à construire l’immunité.

« Nous avons un taux très élevé de personnes rétablies », a-t-il expliqué. « Si nous en avons décompté 20 000, qui ont été suivies, le chiffre réel est plutôt probablement aux environs de 50 000 ».

Les voyageurs portent des masques de protection au Terminal 3 de l’aéroport Ben-Gurion, le 5 août 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

Dimanche, le système du Pass vert a été pleinement réimposé au sein de l’État juif en limitant la majorité des rassemblements publics – en espace clos et en plein air – aux Israéliens vaccinés, rétablis de la maladie ou présentant un test négatif, à l’exception des enfants de moins de 12 ans jusqu’au 20 août.

En plus de ces mesures locales, Israël cherche également à stopper la vague de nouveaux cas et de nouveaux variants en provenance de l’étranger en mettant en place des régulations strictes pour les voyageurs de retour au sein de l’État juif – vaccinés et non-vaccinés – et en provenance de la plupart des pays. Une mise à l’isolement est devenue obligatoire pendant quatorze jours, ou pendant sept jours sur présentation de deux tests négatifs à partir de lundi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...