Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Plus de 7 000 blessés au combat depuis le 7 octobre

Le ministère de la Défense recommande aux proches et amis de victimes de séquelles psychiques d'être très attentifs à la santé émotionnelle des militaires blessés

Le réserviste Hananya Ben Shimon, 23 ans, touché par des tirs de l'un des auteurs de la fusillade terroriste meurtrière non loin de Maale Adoumim, en Cisjordanie, le 22 février 2024. Ben Shimon, récemment rentré de la guerre à Gaza, a été légèrement blessé dans l'attaque et hospitalisé au centre hospitalier Hadassah de Jérusalem. (Crédit : Porte-parole du centre hospitalier Hadassah)
Le réserviste Hananya Ben Shimon, 23 ans, touché par des tirs de l'un des auteurs de la fusillade terroriste meurtrière non loin de Maale Adoumim, en Cisjordanie, le 22 février 2024. Ben Shimon, récemment rentré de la guerre à Gaza, a été légèrement blessé dans l'attaque et hospitalisé au centre hospitalier Hadassah de Jérusalem. (Crédit : Porte-parole du centre hospitalier Hadassah)

Selon les chiffres officiels qui témoignent du nombre élevé de problèmes de santé mentale, depuis le 7 octobre dernier, 7 209 militaires blessés sont inscrits au programme de réadaptation du ministère de la Défense.

Quatre-vingt-quinze pour cent d’entre eux sont des réservistes de sexe masculin âgés de moins de 30 ans.

Trente pour cent des nouveaux blessés, soit un total de 1 111 personnes, ont développé des problèmes de santé mentale de diverses natures.

Dans 60 % des cas, les dommages psychiques constituent les principales séquelles.

Selon les prévisions du ministère de la Défense, fin 2024, se seront ajoutés 20 000 nouveaux cas en raison de la guerre. On estime à 8 000 personnes, soit 40 % des cas, le nombre de victimes de troubles psychiatriques comme l’anxiété, la dépression, le stress post-traumatique, les difficultés d’adaptation et de communication et enfin les troubles psychotiques.

Les semaines entre Pessah et Yom HaAtsmaout sont souvent difficiles pour les anciens combattants, en particulier ceux qui souffrent de séquelles psychiques.

En ce moment, les programmes de traitement et soutien du ministère de la Défense sont ouverts aux soldats blessés et à leurs proches. Le ministère recommande aux proches et amis d’être très attentifs aux fluctuations de l’état de santé émotionnel des soldats blessés et de ne pas hésiter à demander de l’aide en cas de changement de comportement ou de signes de détresse accrue.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.