Plus de 9 000 nouvelles infections enregistrées mercredi
Rechercher

Plus de 9 000 nouvelles infections enregistrées mercredi

Selon le ministère de la Santé, 810 personnes sont dans un état grave, dont 206 sont sous respirateur, alors que les hôpitaux sont de plus en plus inquiets

Des Juifs construisent une soucca pour la prochaine fête de Souccot, dans la ville de Safed, au nord du pays, le 29 septembre 2020. (David Cohen/Flash90)
Des Juifs construisent une soucca pour la prochaine fête de Souccot, dans la ville de Safed, au nord du pays, le 29 septembre 2020. (David Cohen/Flash90)

Le ministère de la Santé a annoncé jeudi matin qu’un nombre record de près de 9 000 nouveaux cas de coronavirus avait été diagnostiqué un jour plus tôt, alors que les infections continuaient de grimper et que les hôpitaux étaient de plus en plus préoccupés par la montée en flèche des infections.

Selon le ministère, 8 919 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés mercredi, ce qui porte à 248 133 le nombre de cas d’infection depuis le début de la pandémie.

Le précédent record de 8 385 cas en une seule journée avait été atteint le 25 septembre, mais les derniers jours ont vu le nombre d’infections chuter à quelques milliers, les niveaux de dépistage ayant baissé en raison du week-end et du congé du Yom Kippour.

Le ministère de la Santé a déclaré que 65 694 tests ont été effectués mercredi, ce qui semble également être un record. Le ministère a déclaré que 13,6 % des cas sont revenus positifs.

Deux nouveaux décès ont également été enregistrés depuis mercredi soir, portant le bilan depuis le début de la pandémie à 1 571.

Selon les chiffres officiels, 43 décès ont été annoncés au cours des dernières 24 heures.

Sur les 68 811 cas actifs, le nombre de personnes dans un état grave s’élevait à 810, dont 206 sous respirateur. Ces chiffres sont légèrement inférieurs à ceux de mercredi, qui a vu pour la première fois le nombre de cas graves dépasser 830.

Les responsables ont averti que les hôpitaux commenceront à être débordés dès que le nombre de patients graves dépassera 800.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi aux responsables de préparer un plan pour 5 000 patients gravement malades d’ici la semaine prochaine, selon les informations la Treizième chaîne.

Mercredi, les ministres ont voté un prolongement de trois jours du confinement dû au coronavirus, l’interruption des manifestations et les invitations sous la souccah, plus de 7 000 nouvelles infections ayant été confirmées pendant la journée.

Le confinement, qui devait prendre fin le 11 octobre, restera désormais en vigueur jusqu’au 14 octobre, selon les médias israéliens.

Le confinement national actuel, le deuxième en Israël depuis le début de la pandémie COVID-19, a commencé le 18 septembre et a été considérablement renforcé vendredi dernier.

Les ministres ont également approuvé l’imposition d’une amende de
500 NIS à toute personne attrapée dans une souccah étrangère.

Souccot, durant laquelle de nombreux Juifs mangent et dorment dans des cabanes appelées souccot, commence vendredi soir et dure jusqu’au 9 octobre. L’interdiction de se rendre dans la souccah d’une autre personne restera en vigueur deux jours supplémentaires après la fin de la fête, a déclaré le site d’information Ynet.

On ignore encore si le propriétaire de la souccah sera également condamné à une amende, ou comment cette règle affectera les souccot communes, parfois utilisées dans les zones à forte densité de population.

Les Juifs ultra-orthodoxes achètent des branches de palmier pour la prochaine fête de Souccot dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 30 septembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

De plus, les ministres ont approuvé de nouvelles réglementations d’urgence controversées interdisant aux Israéliens de se déplacer à plus d’un kilomètre de leur domicile pour participer à une manifestation et limitant les rassemblements en plein air à un maximum de 20 personnes par groupe.

Cette réglementation, approuvée dans le cadre d’une loi votée par la Knesset tôt mercredi, a pour effet de limiter les grandes manifestations hebdomadaires devant la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem.

Les mesures d’urgence doivent être soumises jeudi à la commission de la constitution, du droit et de la justice de la Knesset pour approbation finale.

Le gouvernement n’a pas confirmé les nouvelles restrictions ni la décision de prolonger le confinement.

Un employé de l’hôpital du centre médical Shaare Zedek à Jérusalem prélève un échantillon sur un homme pour tester la présence de coronavirus, le 30 septembre 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le nombre de personnes devant être hospitalisées pour COVID-19 continuant à augmenter, les chefs des départements de médecine interne des centres médicaux israéliens ont averti qu’ils avaient des difficultés à traiter les autres patients.

« Sur les 111 départements [de médecine] interne des hôpitaux, plus de
40 % ont déjà été transformés en services de traitement du coronavirus », a déclaré Avishai Ellis, chef de l’Association de médecine interne, selon la Douzième chaîne.

D’autres responsables médicaux ont déclaré qu’il fallait davantage de personnel pour gérer l’afflux de patients, tandis que d’autres ont demandé plus de lits d’hôpitaux.

« Nous devons créer plus de places et installer plus de lits gratuits pour les patients atteints de coronavirus », a déclaré Dr Guy Hoshen de l’hôpital Ichilov de Tel-Aviv. « Nous libérons les patients en état grave selon les critères du ministère de la Santé, qui ont encore besoin d’oxygène. »

Lors d’une réunion mercredi du cabinet du coronavirus, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a chargé le ministère de la Santé de préparer le système de santé à traiter jusqu’à 5 000 patients gravement malades à la fois, soit plus de six fois la capacité maximale actuelle des hôpitaux du pays.

Les membres de l’équipe de l’hôpital Shaare Zedek portant des vêtements de protection alors qu’ils travaillent au service du coronavirus à Jérusalem le 23 septembre 2020. (Nati Shohat/Flash90)

Alors que les responsables de la santé citent depuis des mois le nombre de 800 patients gravement malades du coronavirus comme le maximum que le système de santé puisse traiter, les hôpitaux agrandissent régulièrement leurs services de traitement du virus et forment leur personnel pour gérer un nombre plus important.

Mercredi, Netanyahu a également averti les ministres que le confinement actuel – qui limite considérablement la vie publique et ferme le système éducatif ainsi que de nombreux commerces, et qui limitera le droit de manifester – pourrait durer des mois, voire un an.

Le cabinet chargé du coronavirus s’est réuni pour discuter de la fixation d’objectifs et d’indicateurs en vue d’une sortie progressive du deuxième confinement national d’Israël, ainsi que des progrès réalisés en matière de vaccins et d’achat et d’utilisation de tests rapides. La réunion s’est tenue alors que la situation sanitaire s’aggrave, avec des milliers de nouveaux cas signalés chaque jour, des hôpitaux débordés et une augmentation constante du nombre de décès dus au COVID-19.

Dans des fuites de la réunion rapportées par les médias israéliens, Netanyahu aurait déclaré au forum spécial des ministres chargés de la gestion de l’épidémie : « Notre stratégie de sortie [du confinement] sera lente cette fois-ci, et pourrait prendre plus de six mois ou un an.”

Le gouvernement est accusé d’avoir levé trop rapidement les restrictions suite au confinement initial du printemps, et de ne pas avoir réimposé de restrictions lorsque les taux d’infection ont commencé à augmenter au cours de l’été.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...