Rechercher

Plus grosse saisie d’armes illégales de l’histoire d’Israël

Des dizaines de trafiquants arrêtés; 40 fusils, 13 pistolets et deux mitrailleuses ont été saisis au cours d'une opération d'infiltration d'un an dans les communautés arabes

Quelques-unes des armes illégales saisies lors de descentes de police pour des armes dans la communauté arabe, le 9 novembre 2021. (Crédit : Police israélienne)
Quelques-unes des armes illégales saisies lors de descentes de police pour des armes dans la communauté arabe, le 9 novembre 2021. (Crédit : Police israélienne)

Des dizaines de marchands d’armes illégales ont été arrêtés dans la nuit et tôt mardi matin dans le cadre de ce que la police israélienne a décrit comme la plus grande opération de saisie d’armes de contrebande de l’histoire du pays.

Les arrestations font suite à une opération d’un an au cours de laquelle un ancien criminel devenu agent secret a pénétré le commerce illégal d’armes au sein de la communauté arabe, a déclaré la police dans un communiqué.

Son travail a permis d’impliquer 78 des plus grands marchands d’armes illégaux du pays, a précisé la police.

Lors des raids de lundi, 1 600 agents, dont les forces de la police des frontières, ont arrêté 64 suspects dans 25 communautés arabes, dans les régions du nord et du centre du pays. Parmi les personnes détenues figurent un père et ses trois fils, dans la ville de Kaboul (nord), qui ont été arrêtés pour avoir dirigé « une entreprise familiale de commerce d’armes illégales ».

D’autres arrestations sont attendues dans la journée, rapporte la Douzième chaîne.

L’agent infiltré, un ancien criminel qui a changé de camp, était membre d’un groupe criminel organisé qui fournit des armes aux « grands patrons » de la pègre, a déclaré la police.

Une mitrailleuse et d’autres armes illégales saisies lors de raids de la police pour des armes illégales dans la communauté arabe, le 9 novembre 2021. (Crédit : Police israélienne)

Il a été enrôlé en août 2020 et a commencé à opérer en novembre de l’année dernière. Au cours de l’année écoulée, agissant dans son rôle d’infiltré, il a acheté 53 armes dans le cadre de 48 transactions, dont deux engins explosifs pouvant être déclenchés à l’aide d’un téléphone portable.

Selon la Douzième chaîne, l’agent avait passé du temps en prison et la police lui a proposé de travailler pour eux.

Au cours de l’opération, il a dépensé quelque 4 millions de shekels pour acheter les armes, rapporte la chaîne.

Les enquêteurs pensent que la plupart des armes proviennent de Cisjordanie et ont été introduites clandestinement dans le pays depuis le Liban et la Jordanie. Le reste a été volé dans des bases de l’armée israélienne.

Les achats effectués par l’agent comprenaient 25 M-16, sept AK-47 et une mitrailleuse MAG d’un type utilisé par des dizaines d’armées dans le monde, y compris celle d’Israël.

Au total, la police a pu mettre la main sur 40 fusils, 13 pistolets, deux mitrailleuses, ainsi que sur les engins explosifs.

La police a déclaré que le nombre de marchands d’armes arrêtés et le volume d’armes saisies étaient les plus importants de l’histoire du pays.

Parmi les personnes arrêtées figurent un soldat de la brigade d’infanterie Golani et un élève de 4e, a rapporté la Douzième chaîne.

L’agent, qui a été surnommé « Ocean » en référence à la série de films mettant en vedette George Clooney et Brad Pitt, va maintenant être transféré au programme de protection des témoins du ministère de l’Intérieur, a indiqué la chaîne.

L’opération a été lancée dans le cadre de la directive du chef de la police du district nord, Shimon Lavi, visant à « assécher le marécage et pas seulement à attraper les moustiques », alors que la force réprime les armes illégales dans les communautés arabes du nord, selon le communiqué.

« Il s’agit d’une véritable guerre pour la vie quotidienne future de tous les citoyens du pays et leur sécurité personnelle » et contre l’influence criminelle sur les autorités locales, le détournement de fonds publics et l’extorsion, a déclaré Lavi dans le communiqué.

« Cela représente d’énormes sommes d’argent et si nous ne continuons pas à travailler pour les éliminer, ils se renforceront », a-t-il ajouté.

Le chef du district nord de la police israélienne, Shimon Lavi, le 22 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les communautés arabes ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années, principalement sous l’impulsion du crime organisé.

Depuis le début de l’année 2021, 106 Arabes ont été tués dans des homicides présumés, selon l’association à but non lucratif Abraham Initiatives. Environ 90 étaient des citoyens d’Israël, et 16 autres étaient des Palestiniens, soit de Jérusalem-Est, soit avec une résidence israélienne.

L’incident le plus récent remonte à vendredi, lorsque Mahmoud Hasarma, 38 ans, de la ville de Bina, dans le nord du pays, a été abattu à Nahariya.

Lundi, la police a annoncé que deux hommes allaient être inculpés car ils sont soupçonnés d’avoir tiré en septembre une rafale de coups de feu au domicile d’un officier de police confirmé qui dirige la lutte contre la criminalité dans les villes arabes.

Les Arabes israéliens en veulent à la police qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre les puissantes organisations criminelles et ignore largement la violence, qui comprend des querelles familiales, des guerres entre gangs et des violences contre les femmes.

Selon un rapport de la Knesset de 2020, quelque 400 000 armes illégales circulent en Israël, la grande majorité dans les communautés arabes.

En août, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré que la violence et la criminalité dans les communautés arabes israéliennes étaient une « calamité nationale », alors qu’il rencontrait de hauts responsables du gouvernement et de la police pour formuler un plan national de lutte contre ce problème.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...