Plus que sa fortune, Adelson a marqué par son attention sans faille à Israël
Rechercher
Analyse

Plus que sa fortune, Adelson a marqué par son attention sans faille à Israël

Ses amis reconnaissent que son influence est due à sa richesse, mais disent que sa détermination à faire avancer son programme pro-Israël a fait de lui une force irrésistible

Jacob Magid

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le président américain Donald Trump (à droite) aux côtés du directeur général de la Las Vegas Sands Corporation et grand donateur républicain Sheldon Adelson avant de s'exprimer lors du sommet national du Conseil israélo-américain à Hollywood, en Floride, le 7 décembre 2019. (AP Photo/Patrick Semansky)
Le président américain Donald Trump (à droite) aux côtés du directeur général de la Las Vegas Sands Corporation et grand donateur républicain Sheldon Adelson avant de s'exprimer lors du sommet national du Conseil israélo-américain à Hollywood, en Floride, le 7 décembre 2019. (AP Photo/Patrick Semansky)

NEW YORK – Alors que la campagne présidentielle américaine commençait à chauffer en 2016, l’investisseur new-yorkais Michael Steinhardt a reçu un appel de son ami de longue date Sheldon Adelson, qui souhaitait rencontrer le leader républicain, Donald Trump.

Steinhardt ne connaissait pas le futur président, mais il avait rencontré le beau-fils de Trump, Jared Kushner, dans le cadre d’une précédente entreprise commerciale.

« J’ai pris contact avec Jared et en un jour, Trump était dans un avion pour Las Vegas pour rencontrer Sheldon », a rappelé Steinhardt dans une interview accordée mardi au Times of Israel, quelques heures après l’annonce de la mort d’Adelson suite à des complications liées au traitement du lymphome non hodgkinien.

Les deux magnats se sont bien entendus.

« Je pense que [Adelson] avait des idées bien arrêtées sur ce qui pourrait améliorer les relations entre les États-Unis et Israël, et il pensait que Trump serait bénéfique à ces relations », a expliqué M. Steinhardt.

Le président Donald Trump reçoit une ménorah du directeur général de la Las Vegas Sands Corporation et grand donateur républicain Sheldon Adelson, à gauche, et de son épouse Miriam Adelson au sommet national du Conseil américain israélien à Hollywood, en Floride, le samedi 7 décembre 2019. (Crédit : AP Photo/Patrick Semansky)

Adelson et sa femme Miriam sont devenus les plus grands donateurs de Trump, versant des dizaines de millions de dollars dans la campagne du candidat républicain, puis ajoutant 5 millions de dollars supplémentaires lors de son investiture.

Cet engagement allait rapporter de sérieux dividendes puisque Trump a coché presque toutes les cases de la liste de souhaits d’un sioniste conservateur au cours des quatre années qui ont suivi. Les proches d’Adelson ont crédité le milliardaire pour avoir aidé à faire avancer nombre de ces décisions politiques, en disant que si son argent lui donnait accès aux dirigeants les plus puissants du monde, c’était son engagement focalisé envers l’État juif qui garantissait que ces relations étaient payantes pour Israël.

Ne faire aucun prisonnier

Adelson, le fils d’immigrants juifs de la classe ouvrière, né à Boston, ne s’est rendu en Israël qu’au milieu de la cinquantaine, à peu près au même moment où il a commencé à construire un empire de casinos qui allait finalement valoir des milliards et le transformer en l’un des hommes les plus riches du monde.

Il a atterri à l’aéroport Ben Gurion en 1988 en portant les chaussures de son père Arthur, un chauffeur de taxi qui, selon Adelson, était trop pauvre pour se rendre dans l’État juif avant sa mort.

Des amis ont déclaré au New York Times que ce premier voyage a servi de réveil pour Adelson sur le soutien à Israël.

« Il est tombé amoureux du pays », a déclaré son ancien partenaire commercial Ted Cutler au journal.

L’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, fait un baisemain à Miriam Adelson alors qu’il arrive pour le débat présidentiel entre la démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump à l’université Hofstra de Hempstead, N.Y., le 26 septembre 2016. (AP/Patrick Semansky, File)

Cette passion s’est intensifiée avec son mariage en 1991 avec sa deuxième femme, Miriam Ochshorn, une Israélienne.

Ceux qui connaissent Adelson ont dit que sa mentalité de « ne pas faire de prisonniers » a également contribué à ce qui est devenu une position fermement belliciste sur l’État juif.

Avec de l’argent pour soutenir ses opinions, Adelson a été crédité d’avoir aidé à encourager l’adoption par le GOP de politiques pro-israéliennes intransigeantes, bien qu’il faille attendre le mandat de Trump à partir de 2017 pour que plusieurs des principaux points de son agenda se réalisent, du déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem à la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan.

« Il est impossible de sous-estimer l’importance que Sheldon Adelson et sa femme Miriam ont eu sur la politique américaine à l’égard d’Israël », a déclaré Matt Brooks, directeur exécutif du Republican Jewish Committee, au Times of Israel mardi.

Si ses amis et associés reconnaissent qu’une grande partie de l’influence d’Adelson est due au fait qu’il avait les poches pleines, ils s’empressent de souligner que c’est sa capacité à se concentrer sur les questions qui lui tiennent à cœur qui le rend si estimé.

« Je pense que son influence était en partie due au fait qu’il était un grand donateur, mais aussi parce qu’il avait des opinions très fortes sur certaines choses – le peuple juif et Israël », a expliqué M. Steinhardt.

Sheldon Adelson, directeur général de la Las Vegas Sands Corporation et méga donateur républicain, (en bas à droite), est assis dans un écran vidéo représentant le président Donald Trump au mur Occidental à Jérusalem, avant un discours de Trump au Sommet national du Conseil israélo-américain à Hollywood, Floride, le 7 décembre 2019. (AP Photo/Patrick Semansky)

« L’argent vous donne une place à la table, mais il ne vous permet pas d’avoir de l’influence et un accès », a déclaré M. Brooks. « Une des raisons de son succès et du fait qu’il réussit plus que les autres était la capacité d’être un avocat convaincant des choses auxquelles il croyait.

« Qu’il soit dans le bureau ovale, le bureau du Premier ministre, le bureau d’un sénateur ou le bureau d’un membre du Congrès, son premier objectif était d’être un défenseur du peuple juif et de la communauté juive, et pas pour son profit personnel ».

Bien qu’Adelson ait utilisé chaque rencontre avec un élu pour faire pression en faveur d’Israël, certaines de ses positions allaient même au-delà de celles d’Israël, le plaçant parfois en désaccord avec les Israéliens du courant dominant et la communauté pro-israélienne.

Dans un discours prononcé en 2014 devant l’une de ses plus grandes organisations bénéficiaires, le Conseil Israélien Américain, Adelson a minimisé l’importance pour l’État juif de rester démocratique. « Donc Israël ne sera pas un État démocratique », a-t-il déclaré. « Et alors ? »

« Je pense que Dieu n’a rien dit sur la démocratie », a-t-il poursuivi. « Il n’a pas parlé du fait qu’Israël reste un État démocratique. »

Sa politique l’a finalement mis en désaccord avec l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), et les choses se sont compliquées après que le principal lobby pro-israélien eut soutenu l’aide économique aux Palestiniens. Jusqu’à cette décision en 2007, Adelson était un donateur majeur de l’AIPAC, contribuant de manière significative à son nouveau bâtiment de bureaux à Washington.

« Je ne vais pas continuer à soutenir des organisations qui aident des amis qui ont décidé de se suicider juste parce qu’ils veulent sauter », a-t-il déclaré à l’agence de presse JTA après avoir coupé les liens avec l’organisation.

« Il a toujours été contre un État palestinien et il le disait clairement à tous ceux qu’il rencontrait au gouvernement, que ce soit aux États-Unis ou en Israël », a déclaré Mort Klein, le président de l’Organisation sioniste d’Amérique (ZOA), à tendance Massorti, et un ami de longue date d’Adelson.

Sheldon Adelson s’exprime lors d’un dîner suite à l’inauguration de la nouvelle faculté de médecine de l’université d’Ariel, le 19 août 2018. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Joindre le geste à la parole

« Contrairement à la plupart des grands philanthropes juifs… il n’était pas fan de la structure institutionnelle juive », a déclaré M. Steinhardt. « C’était un individualiste. Il choisissait lui-même les choses qu’il jugeait importantes à soutenir et ignorait les autres arguments qui lui manquaient ».

Parmi les projets qui ont réussi, citons le Birthright, fondé par Steinhardt, qui offre aux jeunes juifs de la diaspora un voyage gratuit de dix jours en Israël. Adelson a été le plus grand contributeur de Birthright.

Lui et sa femme ont reçu la même distinction de Yad Vashem lorsqu’en 2006, ils ont fait un don de 25 millions de dollars au musée commémoratif de la Shoah à Jérusalem, don qu’ils ont ensuite égalé avec 25 millions de dollars supplémentaires. Les Adelson ont également financé la création d’une école de médecine à l’université d’Ariel, la première institution israélienne de ce type en Cisjordanie.

Vers le milieu des années 1990, les Adelson se sont rapprochés du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de sa femme Sara. Le magnat des casinos aurait injecté une importante somme d’argent dans la campagne de Netanyahu en 1996, qui l’a vu couronné Premier ministre pour la première fois.

Environ dix ans plus tard, Adelson a financé la création d’Israel Hayom, un quotidien gratuit que les critiques ont qualifié de porte-parole de Netanyahu, en le surnommant « Bibiton », un jeu de mots entre le surnom de Netanyahu et le mot journal en hébreu « iton ».

Un homme distribue le journal gratuit « Israel Hayom » à des passants sur la rue Ben Yehuda à Jérusalem, le 4 janvier 2011. (Miriam Alster/Flash90)

En 2014, un effort législatif finalement infructueux a cherché à museler le tabloïd, qui se vante d’avoir le plus grand tirage du pays, apparemment en le ciblant pour avoir aidé à soutenir Netanyahu et avoir une influence démesurée sur la politique israélienne.

Selon un acte d’accusation contre le Premier ministre, Netanyahu a proposé de soutenir la loi pour tenter d’obtenir une couverture favorable du quotidien concurrent Yedioth Ahronoth. Cette révélation aurait mis en colère les Adelson, bien qu’ils aient néanmoins continué à financer le journal, qui maintient son orientation pro-Netanyahu.

Dans une fuite de la transcription du témoignage de Miriam Adelson à la police dans le cadre de leur enquête sur la corruption de Netanyahu, elle a rappelé comment la femme de Netanyahu, Sara, s’en était prise à elle, affirmant qu’Israël Hayom ne soutenait pas suffisamment le Premier ministre. « Si l’Iran se dote de l’arme nucléaire et qu’Israël est anéanti, je serais responsable, car je ne défends pas Bibi », aurait déclaré Miriam Adelson à la police.

Pas le coup de foudre au début

C’est toutefois aux États-Unis qu’Adelson était le plus connu en tant que médiateur du pouvoir politique.

Démocrate à l’origine, Adelson ne s’est impliqué dans la politique républicaine qu’au début des années 2000, en aidant à financer les candidats conservateurs qui soutenaient les politiques pro-israéliennes, à commencer par l’ancien président de la Chambre, Newt Gingrich.

Adelson a rappelé sa transformation politique dans un discours prononcé en 2005 devant la Coalition juive républicaine (RJC), en disant qu’il suffisait d’un discours d’encouragement de William H.T. Bush, frère de l’ancien président George H.W. Bush. « Il m’a expliqué ce qu’était le républicanisme… alors j’ai appris à le connaître et j’ai changé immédiatement ! »

En plus de consacrer des centaines de millions de dollars aux campagnes de soutien aux candidats républicains, Adelson a également financé des voyages en Israël pour les nouveaux membres républicains du Congrès.

Le propriétaire de casinos a fréquemment participé aux missions, « leur servant de guide touristique de facto et leur montrant de près les défis complexes auxquels Israël est confronté », a déclaré M. Brooks. « Tant d’entre eux ont rapporté ces leçons et nous en voyons les fruits dans la force avec laquelle ces républicains sont devenus pro-israéliens ».

« Il était un excellent communicant et a pu contribuer à l’éducation de tant de personnes », a ajouté le directeur du RJC.

Cela ne veut pas dire qu’il s’est toujours entendu avec les dirigeants républicains. Il a rompu avec l’administration Bush au sujet de sa promotion d’une solution à deux États et a cherché à convaincre le 43e président de ne pas poursuivre ce programme en 2007.

Le milliardaire américain Sheldon Adelson (à gauche) rencontre Benjamin Netanyahu lors d’une cérémonie au Palais des Congrès de Jérusalem, le 12 août 2007. (Flash90)

Un fonctionnaire israélien a déclaré au New Yorker en 2008 que Bush continuerait à décrire la rencontre comme étant celle de « ce milliardaire juif fou, qui me crie dessus ».

La relation d’Adelson avec Trump a porté davantage de fruits, mais les deux exploitants de casino ne semblaient pas toujours s’entendre.

Un responsable de son Las Vegas Sands Hotel a déclaré à ProPublica et au WNYC en 2018 qu’Adelson « n’avait pas beaucoup de respect pour Trump quand Trump exploitait des casinos. Il était méprisant envers Trump ».

Dans une interview accordée en 1999 au South China Morning Post, Adelson a déclaré que Trump et le magnat de l’immobilier Steve Wynn, un autre rival des casinos, « ont un très gros ego » et que « le monde ne se soucie pas vraiment de leur ego ».

Sheldon Adelson, directeur général de la Las Vegas Sands Corporation et méga-donateur républicain, (en bas à droite), est assis sur scène alors qu’un écran vidéo montre le président Donald Trump et le vice-président Mike Pence avant un discours de Trump au sommet national du Conseil israélo-américain à Hollywood, en Floride, le 7 décembre 2019. (AP Photo/Patrick Semansky)

Mais les sentiments semblaient réciproques.

Après avoir soutenu le sénateur de Floride Marco Rubio lors des primaires républicaines pour la présidentielle de 2016, Trump a accusé Adelson d’avoir une influence démesurée sur la politique.

« Sheldon ou qui que ce soit… Ils ont un contrôle quasi total sur le candidat », a-t-il déclaré aux médias, tweetant ensuite « Sheldon Adelson cherche à donner de gros dollars à Rubio parce qu’il pense pouvoir le modeler pour en faire sa parfaite petite marionnette. C’est mon avis ! »

Les promesses faites

Lorsque Trump a remporté l’investiture républicaine, Adelson – après la réunion organisée par Steinhardt – a commencé à soutenir l’éventuel président.

« Le fait d’avoir des juifs orthodoxes comme Jared et Ivanka à ses côtés et tant de gens de la communauté concernés a rassuré Sheldon », avait alors déclaré à ProPublica Ronn Torossian, un responsable des relations publiques et ami des deux magnats.

Deux jours après la victoire de Trump, Adelson s’est envolé pour New York afin de rencontrer une nouvelle fois le président élu.

En sortant de la réunion, Adelson a téléphoné à Klein de ZOA, ravi.

Sheldon Adelson, président de Las Vegas Sands Inc. parle de son nouveau complexe, The Venetian, en construction, le 10 juillet 1997, lors d’une visite VIP du centre en avant-première à Las Vegas. (AP Photo/Lennox McLendon)

« ‘Mort, je viens de quitter la Trump tower. Je suis tellement excité. J’ai insisté auprès de Donald Trump, et il m’a promis que pendant son mandat de quatre ans, il déplacerait l’ambassade à Jérusalem », a déclaré Klein, se souvenant de sa conversation avec Adelson. « Sheldon a été un facteur majeur dans cette décision. »

Le déménagement de l’ambassade a été une entreprise de plusieurs décennies pour les Adelson, à partir des années 1990, lorsqu’ils ont convaincu Gingrich d’adopter une loi rendant cette relocalisation obligatoire.

En mai 2018, les Adelson étaient assis au premier rang aux côtés de Netanyahu et des Kushner lors de la cérémonie d’inauguration de l’ambassade de Jérusalem.

Ensuite, Sheldon Adelson s’est approché de Klein, qui était également présent, et a dit avec émotion : « Le président Trump a promis qu’il ferait ceci et il l’a fait. Et il a failli se mettre à pleurer. « Et regarde, Mort, il l’a fait. »

L’année dernière, Adelson a scellé la décision de Trump en achetant la résidence de l’ambassadeur à Herzliya Pituach, près de Tel Aviv, rendant ainsi plus difficile un quelconque inversement de la décision. Avec un coût de plus de 67 millions de dollars, cette propriété tentaculaire sur la côte méditerranéenne semble être la résidence la plus chère jamais vendue en Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (2e à gauche), sa femme Sara Netanyahu (gauche), le conseiller principal de la Maison Blanche Jared Kushner (3e à gauche), la fille du président américain Ivanka Trump (centre), le secrétaire au Trésor américain Steve Mnuchin (droite) et l’ambassadeur américain en Israël David Friedman (2e à droite) assistent à l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (MENAHEM KAHANA/AFP)

Cependant, certains signes ont montré que les deux avaient commencé à s’éloigner l’un de l’autre au cours des derniers mois.

À l’approche des élections de 2020, Trump se serait mis en colère contre Adelson lors d’un appel téléphonique, disant qu’il n’en faisait pas assez pour soutenir la campagne.

Adelson, qui avait déjà donné des centaines de millions aux efforts de campagne des républicains, a choisi de ne pas répondre.

Les deux se seraient réconciliés une semaine plus tard et les Adelson continueraient à donner encore plus à la campagne Trump. Mais après le refus du président républicain sortant de reconnaître sa perte ultérieure, le Las Vegas Review-Journal, propriété des Adelson, a publié un éditorial dénonçant les allégations « sans fondement » de fraude électorale de Trump.

Le président a chaleureusement fait l’éloge d’Adelson dans une déclaration faite mardi, en disant : « Son ingéniosité, son génie et sa créativité lui ont valu une immense richesse, mais son caractère et sa générosité philanthropique lui ont valu un grand nom ».

« Sheldon était également un fervent défenseur de notre grand allié, l’État d’Israël. Il a inlassablement plaidé pour la relocalisation de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan et la poursuite de la paix entre Israël et ses voisins », poursuit la déclaration.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors de la cérémonie d’ouverture officielle de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

S’adressant au Times of Israel mardi, Jason Greenblatt, qui a été le représentant spécial de l’administration Trump pour les négociations internationales, a tenu à créditer principalement le président pour la politique américaine au Moyen-Orient au cours des quatre dernières années.

Cependant, il a reconnu qu’autour de Trump « se trouvaient un groupe de conseillers et d’autres personnes qui connaissent très bien Israël et ses nombreux défis. »

« Sheldon Adelson, ainsi que sa femme Miriam, ont été parmi ceux qui ont offert des conseils sérieux, de forts encouragements et une vision critique sur de nombreuses politiques du président Trump concernant Israël », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...