Pluie de roquettes sur Israël après l’élimination d’un chef du Jihad islamique
Rechercher

Pluie de roquettes sur Israël après l’élimination d’un chef du Jihad islamique

Baha abu al-Ata, considéré comme une "bombe à retardement", a été visé dans un assassinat ciblé ; un autre chef du groupe terroriste a été visé à Damas

Baha Abu al-Ata (en rouge), chef du Jihad islamique palestinien. (Crédit : Porte-parole de l'armée israélienne)
Baha Abu al-Ata (en rouge), chef du Jihad islamique palestinien. (Crédit : Porte-parole de l'armée israélienne)

De nombreuses roquettes ont été tirées mardi matin depuis Gaza vers Israël, a annoncé l’armée israélienne qui dit s’attendre à plusieurs jours d’affrontements après sa « frappe chirurgicale » menée contre un haut commandant du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique dans l’enclave palestinienne.

« Il y a eu un nombre important de tirs vers Israël », a déclaré lors d’une conférence téléphonique le porte-parole de l’armée israélienne, Jonathan Conricus, affirmant que l’armée se préparait dans la foulée « à plusieurs jours » d’affrontements.

L’armée israélienne a en effet ciblé le domicile dans la bande de Gaza d’un commandant de l’organisation terroriste du Jihad islamique, ainsi que des résidents, le ministère local de la Santé, dirigé par le groupe terroriste du Hamas, affirmant que l’attaque a fait deux morts.

« Un immeuble dans la bande de Gaza, où résidait le haut dirigeant du Jihad islamique Baha Abu al-Ata a été attaqué », a déclaré l’armée dans un communiqué, ajoutant que l’opération avait été menée conjointement avec le service de sécurité intérieure Shin Bet.

Des résidents ont rapporté qu’une explosion avait frappé le domicile d’Ata, 42 ans, dans le district de Shejayia à l’est de la ville de Gaza. Le Jihad islamique s’est dit pour sa part être en état d' »alerte maximale ».

Immeuble où le terroriste du Jihad islamique al-Ata dormait dans la nuit du 11 au 12 novembre 2019 (Crédit : autorisation)

Par ailleurs, des roquettes se sont abattues mardi matin à Damas sur la maison d’un responsable du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique, tuant deux personnes dont son fils, a indiqué l’agence officielle syrienne Sana, imputant la responsabilité de la frappe à Israël.

Selon l’agence officielle syrienne Sana, « deux roquettes » ont touché la maison d’Akram Ajouri, tuant « son fils Mouadh et une autre personne ». Le Jihad islamique a confirmé la mort d’un fils, sans le nommer, de ce cadre de l’organisation. Interrogé sur ces frappes à Damas, quasi simultanées avec l’opération aérienne à Gaza, l’armée israélienne a répondu : « sans commentaire ».

Les sirènes d’alarme à la roquette ont été activées dans de nombreuses villes israéliennes à proximité de Gaza, où les écoles et des universités ont été fermées, et jusque dans la métropole économique Tel-Aviv et ses environs de Rishon Lezion et Holon – l’ensemble de la région centrale de Dan – une première depuis 2014. Le Dôme de fer a intercepté plusieurs projectiles dans les villes israéliennes du sud.

L’aéroport international israélien Ben Gurion a annoncé qu’il continuerait à fonctionner comme d’habitude malgré les attaques à la roquette depuis la bande de Gaza. « L’aéroport Ben Gourion fonctionne normalement, sans modification de l’horaire des vols », a déclaré un porte-parole de l’Autorité des aéroports israéliens.

Une porte-parole de la Bourse de Tel Aviv a déclaré que l’établissement fonctionnait comme d’habitude. « Nous sommes considérés comme une opération essentielle, et par conséquent, nous travaillons comme d’habitude. »

Le commandement de la Défense passive a ordonné la fermeture de toutes les entreprises dont les activités ne sont pas essentielles dans les zones suivantes : La périphérie de Gaza, la région de Lachish ; l’ouest du Negev ; le centre du Negev ; la région de Shfela ; la région de Dan en incluant Tel Aviv ; et la région de Yarkon.

Dans les régions de Dan et de Yarkon, les militaires ont également interdit tous les rassemblements publics de plus de 300 personnes. Dans les autres, les rassemblements de plus de 100 personnes sont également prohibés.

Une vidéo montre l’interception d’une roquette dans la région de Tel Aviv

Le système de défense Dôme de Fer a été activé près de Tel Aviv, après que les sirènes ont retenti dans la ville.

Une vidéo de la scène montre la colonne de fumée très caractéristique causée par la détonation d’un intercepteur de missile Tamir du Dôme de Fer.

On ignore actuellement si le missile est parvenu à abattre une roquette entrante ou s’il s’est auto-activé après que les opérateurs du Dôme de Fer ont vu la roquette prendre la direction d’une zone non peuplée.

Une maison de la ville de Sderot, dans le sud du pays, a été touchée par une roquette tirée depuis Gaza.

Malgré les lourds dégâts, il n’y a pas eu de victimes.

« Notre message au Hamas et au Jihad islamique palestinien est que nous ne cherchons pas une escalade (…) mais que nous sommes prêts à des scénarios défensifs et offensifs (…) Nous nous préparons à plusieurs jours d’affrontements », a déclaré M. Conricus.

Le porte-parole de Tsahal, le brigadier général Hidai Zilberman, a déclaré que l’assassinat du haut responsable du Jihad islamique ne représentait pas un retour à la politique d’assassinats ciblés qui avait vu Israël tuer des dizaines de dirigeants terroristes au cours de la dernière décennie. Une politique dont le nouveau ministre de la Défense par intérim, Naftali Bennett, est particulièrement en faveur.

Israël accuse Ata d’avoir été derrière un récent tir de roquette depuis la bande de Gaza en territoire israélien, l’armée israélienne le décrivant comme une « bombe à retardement » dans le communiqué annonçant la frappe. Selon l’armée, il se préparait aussi à orchestrer des opérations impliquant à la fois des roquettes, des snipers, des drones et des combattants.

« Il était responsable de plusieurs attaques terroristes, de tirs de roquettes sur l’Etat d’Israël au cours des derniers mois et avait l’intention de perpétrer des attaques imminentes », a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, affirmant que l’opération de l’armée, menée avec les services de renseignement intérieur du Shin Bet, avait été approuvée par son « cabinet de sécurité ». Netanyahu doit intervenir à la télévision à 10h30 aux côtés du chef de l’armée, Aviv Kohavi.

Réactions des groupes terroristes palestiniens et de l’AP

La Brigade Al-Qods, la branche armée du Jihad islamique, a promis de répondre avec force à l’assassinat de Bahu Abu al-Ata, « l’un des membres les plus éminents du conseil militaire et le commandant de la partie nord » de la bande de Gaza.

« Nous annonçons la mobilisation générale de nos combattants et de nos unités et affirmons que nous répondons à ce crime.

Ziad al-Nakhala, secrétaire-général du Jihad islamique, a déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a franchi « toutes les lignes rouges » en assassinant Bahu Abu al-Ata.

« Nous allons en guerre. Netanyahu a franchi toutes les lignes rouges en assassinant le commandant de la brigade Al-Qods Bahu Abu al-Ata », a-t-il dit à Dar al-Hayat, un site d’information en langue arabe.

Le groupe terroriste du Hamas a déclaré lundi que l’assassinat d’al-Ata ne resterait pas « impuni ».

« Notre population palestinienne dit aujourd’hui adieu à un commandant et combattant qui a suivi la voie des plus éminents parmi nous et qui sont tombés en martyrs. Nous, au Hamas, affirmons que l’ennemi sioniste endossera la responsabilité de toutes les conséquences et de toutes les ramifications de cette escalade et de cette attaque dangereuse », a noté le Hamas dans un communiqué.

« Le chemin du combat et de la résistance se profile devant nous et le crime que représente l’assassinat du commandant Abu Salim ne restera pas impuni », a ajouté le groupe terroriste en se référant au surnom donné à Abu al-Ata.

La bande de Gaza est dirigée sans partage depuis plus d’une décennie par le mouvement terroriste islamiste du Hamas, qui a parfois des différences de vue avec le Jihad islamique, considéré comme plus radical et financé depuis longtemps par l’Iran.

Saeb Erekat, le secrétaire général du comité exécutif de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) a condamné l’assassinat d’al-Ata, selon le site d’information de l’Autorité palestinienne Wafa.

Erekat a déclaré que le gouvernement israélien « portait toute la responsabilité des conséquences de ce crime », selon Wafa.

Réactions politiques mitigées

« Nous appuyons les forces de sécurité, qui œuvrent depuis longtemps pour le succès des opérations de ce matin. Je sais qu’eux-mêmes et le gouvernement israélien qui a approuvé l’opération ont la sécurité d’Israël et seulement cela dans leur esprit. Ce n’est pas le moment de faire des querelles politiques et ceux qui le font ne se vantent pas. Il est temps d’arrêter ces déclarations immédiatement. Citoyens israéliens, écoutez les instructions qui permettent de sauver des vies du commandement de la Défense passive et prenez bien soin de vous,” a déclaré le président israélien Reuven Rivlin.

Le cabinet de sécurité devait se réunir mardi matin pour discuter de l’escalade dans le sud d’Israël et dans la bande de Gaza. La réunion prévue pour 09h00 a lieu le même jour où Bennett doit prendre ses fonctions de ministre de la Défense. La radio israélienne affirme que les hauts responsables israéliens ont été empêchés de parler aux médias.

Yair Golan, ancien politicien général et actuel député du camp démocrate, a déclaré plus tôt mardi que le timing choisi pour la frappe était suspect et sans doute destiné à forcer Benny Gantz à former un gouvernement d’union pacifique. Une idée que l’armée a rejetée.

Alors que l’escalade à Gaza suscite des réactions mitigées, Ofer Kassif, député de la Liste arabe unie, a déclaré sur Twitter qu’afin « de sauver sa peau, Netanyahu retombe dans la seule chose qu’il peut faire : tuer, détruire et inciter à la guerre ». « Ce bain de sang est sur sa conscience », a-t-il dit.

Le président de la Liste arabe unie a accusé le Premier ministre Benjamin Netanyahu de faire escalader la situation pour ses propres besoins politiques. « Un homme cynique qui a perdu deux élections consécutives ne laisse qu’une terre brûlée, pour tenter désespérément de rester en poste », a déclaré Odeh sur Twitter.
« Depuis 10 ans, il se lève chaque matin pour renforcer l’occupation et garder l’idée d’une paix – et c’est ce qu’il a fait aujourd’hui.’

Le président de la Knesset Yuli Edelstein (Likud) a, lui, déclaré dans un communiqué que « l’élimination d’al-Ata envoie un message clair à tous les terroristes – nul n’est à l’abri ».

« Je félicite les forces de sécurité et le Premier ministre pour cette importante élimination d’un terroriste », a déclaré Edelstein. « A l’heure qu’il est, nos pensées vont vers les résidents du sud. Tout le peuple d’Israël est avec vous. »

Le président du parti Kakhol lavan Benny Gantz a écrit sur Twitter que « l’échelon politique et l’armée ont pris la bonne décision cette nuit pour la sécurité des citoyens israéliens et les résidents du sud ».

Il a ajouté que « la lutte contre le terrorisme est constante et un processus décisionnel difficile s’impose ».

« Kakhol lavan soutiendra toute activité en faveur de la sécurité d’Israël et place la sécurité de ses résidents au-dessus de la politique », a-t-il souligné.

Le député du Likud Gideon Saar a appelé lundi à l’unité politique dans un contexte marqué par les tirs de roquettes depuis la bande de Gaza. « Le peuple d’Israël est uni en ces moments et cette unité doit également se refléter dans le système politique, donnant une force supplémentaire à Israël », a écrit Saar sur Twitter. « L’objectif doit être de démanteler les infrastructures militaires du Hamas et du Jihad islamique à Gaza », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...