Polémique autour de la loi pour la reconnaissance des diplômes des dentistes
Rechercher

Polémique autour de la loi pour la reconnaissance des diplômes des dentistes

Les décrets d'application ne prennent pas en compte les praticiens ayant commencé le processus d'équivalence des diplômes

Yaakov Litzman, ministre de la Santé, en juillet 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Yaakov Litzman, ministre de la Santé, en juillet 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le projet de loi exemptant les dentistes de l’examen de certification théorique en Israël en se fondant sur leur expérience en Israël a été voté, le 25 janvier dernier, en deuxième et troisième lecture à la Knesset. La loi avait été adoptée à l’unanimité.

Selon cette nouvelle loi, les dentistes ayant pratiqué plus de cinq années seront exemptés de tous les examens d’équivalence et n’auront pas à réaliser un stage.

Hier, s’est tenue une commission parlementaire à la Knesset relative aux décrets d’application de la loi. Lors de cette commission, différents points ont été soulevés notamment sur les personnes rentrant dans le domaine de cette loi.

Il a été décidé que les praticiens ayant commencé à passer les équivalences ne rentreront pas dans le champ de loi et devront continuer le processus sans pouvoir bénéficier des avantages mis en place par la nouvelle loi.

Selon David Tibi, dentiste et protagoniste important pour l’adoption de cette loi, cette mesure est « incohérente et injuste » et sanctionne la bonne foi des personnes ayant commencer le processus d’équivalence des diplômes.

« Comment expliquer qu’on nous demande de repasser un examen qui a été déclaré inutile lors du vote en deuxième et troisième lecture à la Knesset ! » souligne-t-il.

« Nous savons que le ministère de la Santé par l’intermédiaire de ses fonctionnaires a décidé que cette loi ne serait pas appliquée à tous ceux qui avaient entamé l’ancien processus de reconnaissance de diplôme et en particulier, à ceux qui ont échoué à l’un des examens. Les décrets d’application proposés par le ministère de la Santé contredisent l’esprit de la loi, » a déclaré Qualita.

« Le décret concernera les dentistes du monde entier et pas uniquement ceux formés en France et dans les pays développés. » Selon Qualita, les besoins des olims français sont bien spécifiques et demande des lois adaptées à ses besoins.

Mardi matin à 9h30 se tiendra à la Knesset la réunion de la commission parlementaire de la Santé pour examiner les dé…

Posted by Qualita on Sunday, 27 March 2016

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...