Pompeo : les USA ont contribué à la coopération entre Israël et les États arabes
Rechercher

Pompeo : les USA ont contribué à la coopération entre Israël et les États arabes

"Nous avons mis en place les conditions au Moyen Orient pour que ces pays travaillent ensemble sur de multiples fronts", a déclaré le chef de la diplomatie américaine

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo est interviewé par Fox News le 3 janvier 2019. (Capture d'écran : YouTube)
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo est interviewé par Fox News le 3 janvier 2019. (Capture d'écran : YouTube)

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré jeudi que l’administration Trump a contribué à faciliter la coopération entre Israël et un certain nombre de pays arabes avec lesquels il n’y avait aucun lien diplomatique.

Dans une interview accordée à Sean Hannity de Fox News, il a été demandé à Pompeo si l’alliance anti-Iran non officielle entre les Etats-Unis, Israël, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Egypte et la Jordanie pourrait mener à une avancée majeure dans la paix.

« Sans aucun doute. Nous avons mis en place les conditions au Moyen Orient pour que ces pays travaillent maintenant ensemble sur de multiples fronts », a répondu M. Pompeo.

Pompeo n’a pas précisé la nature de cette coopération, mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué le développement de liens secrets avec des États arabes non cités et a souligné leur hostilité commune envers l’Iran.

Les seuls pays arabes avec lesquels Israël entretient actuellement des relations officielles sont l’Égypte et la Jordanie. Netanyahu s’est rendu dans le sultanat d’Oman, dans le Golfe, l’année dernière.

Ces dernières années, des rapports ont fait état de l’établissement de liens étroits en matière de sécurité entre Israël, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui – comme Jérusalem – considèrent l’Iran comme leur principal ennemi au Moyen Orient.

Dans l’interview, Pompeo a également abordé l’annonce inattendue de Trump le mois dernier sur le retrait de toutes les troupes américaines de Syrie, une mesure qui a suscité des inquiétudes en Israël sur le fait que l’Iran se sentirait enhardi.

« Nous continuerons d’être en mesure, avec ces partenaires, de contrer efficacement la menace de l’ISIS dans la région et nous le ferons sans ces 2 000 soldats sur le terrain », a-t-il dit, en utilisant un acronyme pour le groupe djihadiste Etat islamique et sans mentionner la présence de l’Iran en Syrie.

« Nous n’avons pas changé notre politique qui consiste à continuer de veiller à ce qu’il n’y ait pas de résurgence d’ISIS mais nous allons simplement le faire d’une manière plus intelligente et efficace, et nous pouvons le faire grâce aux alliances établies par le président Trump », a ajouté Pompeo.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...