Portugal : le PS au pouvoir veut limiter la citoyenneté des descendants de Juifs
Rechercher

Portugal : le PS au pouvoir veut limiter la citoyenneté des descendants de Juifs

L'amendement proposé permettrait uniquement aux personnes résidant légalement dans le pays depuis au moins deux ans d'obtenir la citoyenneté

Deux femmes israéliennes arrivent à Lisbonne, au Portugal, le 15 février 2016. (Cnaan Liphshiz via JTA)
Deux femmes israéliennes arrivent à Lisbonne, au Portugal, le 15 février 2016. (Cnaan Liphshiz via JTA)

JTA — Le Parti socialiste portugais qui dirige le pays a indiqué qu’il voulait cesser d’accorder systématiquement la citoyenneté aux descendants de Juifs séfarades. Cette volonté serait en partie due au fait que la procédure de naturalisation se serait transformée en activité commerciale.

Cette annonce est intervenue dans le cadre de la présentation d’un projet de loi soumis lundi par le parti. Le texte vise à modifier une législation de 2015 qui assure la naturalisation d’individus pouvant prouver qu’ils descendent des Juifs ayant fui la Péninsule ibérique pendant l’Inquisition, responsable d’une campagne de persécution antisémite au Portugal au 15e siècle.

L’amendement propose de limiter toute naturalisation effectuée à partir de 2022 aux seules personnes résidant légalement au Portugal depuis au moins deux ans. Cette modification réduit fortement la capacité des demandeurs extra-communautaires à bénéficier de la loi, qui était initialement ouverte à tous.

Environ 50 000 personnes en ont fait la demande, dont la moitié en 2019, selon un article publié mercredi dans Expresso. Au moins 10 000 d’entre elles ont été approuvées.

En 2015, l’Espagne a également adopté une loi du retour pour les descendants des Juifs séfarades, laquelle a expiré l’année dernière. La disposition portugaise n’est pas limitée dans le temps. En outre, elle est moins exigeante puisqu’elle n’impose pas aux demandeurs d’attester d’une connaissance du portugais, d’une attache culturelle au Portugal, comme c’était le cas de la législation espagnole.

Les fidèles prient dans la synagogue Kadoorie – Mekor Haim à Porto, au Portugal, en mai 2014. (Crédit : communauté juive de Porto/JTA)

« Il y a eu une augmentation exponentielle des demandes de naturalisation par des enfants et des époux, particulièrement d’Israéliens et de Turcs ayant obtenu la citoyenneté portugaise alors que la très grande majorité d’entre eux ne vivaient pas au Portugal et n’y avaient aucun lien », a précisé l’article.

Le communiqué précisait que le Parti socialiste avait consulté les communautés juives de Lisbonne et de Porto, qui ont approuvé la mesure. Les communautés auraient aussi « exprimé leur inquiétude sur la transformation de la procédure en activité » commerciale, impliquant des avocats et des généalogistes.

Lundi pourtant, la communauté juive de Lisbonne a indiqué dans un communiqué qu’elle n’avait jamais exprimé de telles inquiétudes. Les deux communautés sont opposées à l’amendement proposé, a noté Expresso.

La date du vote sur l’amendement n’a pas encore été fixée, mais il devrait probablement être adopté puisqu’il est proposé par le parti au pouvoir.

Des personnalités de premier plan au sein du Parti socialiste, notamment la co-auteure de la loi de 2015 et ancienne chef du parti, Maria Belem, se préparent à déposer des amendements au projet de loi, a rapporté Expresso.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...