Israël en guerre - Jour 55

Rechercher

Pour le candidat républicain Chris Christie, les appels au cessez-le-feu n’ont aucun sens

L'ex-gouverneur du New Jersey et candidat aux présidentielles de 2024 s'est rendu à Kfar Aza, ravagé par le Hamas le 7 octobre, et a déclaré que "le peuple américain doit savoir"

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le candidat républicain à la présidence des États-Unis, Chris Christie, au centre, s'entretenant avec le président de la Knesset Amir Ohana, à droite, lors d'une visite des ruines du kibboutz Kfar Azza, le 12 novembre 2023. (Crédit : Noam Moskowitz/Porte-parole de la Knesset)
Le candidat républicain à la présidence des États-Unis, Chris Christie, au centre, s'entretenant avec le président de la Knesset Amir Ohana, à droite, lors d'une visite des ruines du kibboutz Kfar Azza, le 12 novembre 2023. (Crédit : Noam Moskowitz/Porte-parole de la Knesset)

Chris Christie, candidat républicain à la présidence des États-Unis, a rejeté les appels à un cessez-le-feu à Gaza lors d’une visite dimanche dans un kibboutz dévasté par le Hamas lors de l’attaque du groupe terroriste palestinien le 7 octobre, déclarant qu’il ne serait pas logique qu’Israël arrête les combats maintenant.

« Nous ne pouvons pas demander à Israël de se retirer s’il pense qu’il existe toujours une menace violente légitime contre lui et son peuple. Et je pense qu’il ne fait aucun doute que c’est le cas », a déclaré Christie lors d’une visite des ruines du kibboutz Kfar Aza aux côtés du président de la Knesset, Amir Ohana.

Christie, ancien gouverneur du New Jersey et candidat à l’élection présidentielle de 2024, a déclaré qu’Israël « doit continuer à se battre jusqu’à ce qu’il ait éradiqué ce danger à un point tel qu’il puisse dire à son peuple : ‘Revenez et vivez ici en toute sécurité' ».

« Tant que ce n’est pas le cas, je ne pense pas que les appels au cessez-le-feu aient un sens. »

Face à la montée de l’antisémitisme et des manifestations anti-Israël aux États-Unis, Christie a déclaré que de nombreux Américains soutenaient le droit d’Israël à se défendre.

« Je veux que le peuple d’Israël sache que des centaines de millions d’Américains le soutiennent et comprennent les atrocités qui ont été commises », a-t-il déclaré.

« À l’avenir, nous devrons absolument nous tenir aux côtés d’Israël, sans sourciller. »

L’homme politique a déclaré qu’il s’était rendu à Kfar Aza « parce que je voulais voir cela de mes propres yeux ».

Christie, vêtu d’un gilet pare-balles et entouré de soldats israéliens, a traversé des maisons aux murs criblés d’impacts de balles et aux canapés tachés de sang. Plus d’un mois après les massacres perpétrés dans le sud d’Israël par les terroristes du Hamas, au cours desquels 1 200 personnes ont été tuées et au moins 240 prises en otage, de nombreuses maisons de Kfar Azza ont été incendiées et détruites ; les structures restées debout sont griffonnées de graffitis en arabe.

« Pouvoir se promener dans un quartier comme celui-ci et voir ce qui a été fait aux gens, pouvoir encore entrer dans l’une de ces maisons et sentir la mort, un mois plus tard, est quelque chose que le peuple américain doit savoir », a-t-il déclaré.

Christie a déclaré qu’après sa visite en Israël, il « a l’intention de retourner aux États-Unis et d’en parler régulièrement, afin que le peuple américain, à qui l’on demande de se sacrifier et d’aider Israël financièrement et militairement, sache que ce qu’il fait n’est pas seulement un noble effort de sa part, mais aussi ce que des amis font pour des amis ».

« L’Amérique n’a pas de plus grand ami au monde qu’Israël », a-t-il ajouté.

L’ancien gouverneur du New Jersey Chris Christie, au centre à droite, visitant le kibboutz Kfar Aza en compagnie du président de la Knesset Amir Ohana, au centre à gauche, le 12 novembre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo)

L’ancien gouverneur du New Jersey est le premier candidat républicain à la présidence à se rendre en Israël depuis que la guerre a éclaté le mois dernier.

Christie, le critique le plus virulent de l’ancien président américain Donald Trump dans la course à la présidence de 2024, s’est présenté comme le seul républicain prêt à l’affronter directement. Trump ne s’est pas rendu en Israël au cours du cycle de campagne actuel, mais le président américain Joe Biden l’a fait.

Christie a fait l’éloge de la manière dont Biden a géré les relations avec Israël en temps de guerre. Il a déclaré qu’il ne pensait pas que les voix qui s’élèvent aux États-Unis pour demander un cessez-le-feu immédiat, notamment celles qui participent à des rassemblements de masse, représentaient la grande majorité des Américains.

« Je ne pense pas que ce soit le rôle des États-Unis de donner des instructions à l’État d’Israël sur la manière d’assurer la sécurité de son peuple », a-t-il déclaré. « Je pense que nous pouvons donner des conseils, comme des amis le font en privé. Mais publiquement, je pense que nous devons nous tenir aux côtés d’Israël. »

De loin le critique le plus virulent de Trump parmi les candidats républicains, Christie s’est toujours situé dans la partie basse des sondages nationaux, loin derrière l’ancien président.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.