Rechercher

Pour les Républicains du Kentucky, la « junte juive » est derrière le nouveau chef de l’ATF

Des groupes juifs américains jugent antisémite le message, publié sur Facebook, qui critique la nomination de Steve Dettelbach à la tête de l’ATF. Le parti assure avoir été piraté

Le président Joe Biden, à droite, aux côtés de son candidat à la direction du Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs (ATF), Steve Dettelbach, qui s'exprime lors d’un événement à la Roseraie de la Maison-Blanche, à Washington, le 11 avril 2022. (Crédit : AP/Carolyn Kaster)
Le président Joe Biden, à droite, aux côtés de son candidat à la direction du Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs (ATF), Steve Dettelbach, qui s'exprime lors d’un événement à la Roseraie de la Maison-Blanche, à Washington, le 11 avril 2022. (Crédit : AP/Carolyn Kaster)

JTA – La confirmation de Steve Dettelbach à la tête du Bureau fédéral de l’alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs (ATF), la semaine passée, en fait le premier chef de l’ATF confirmé par le Sénat depuis huit ans.

Certains ont vu dans cette confirmation le signe annonciateur d’un changement, suite aux fusillades de masse en Amérique.

Un groupe Républicain du comté du Kentucky en a fait une toute autre lecture, suggérant que Dettelbach faisait partie d’une « junte juive […] toujours plus forte et agressive ».

Le Parti Républicain du comté de Bracken, comté rural d’environ 8 400 habitants situé le long de la rivière Ohio près de Cincinnati, a tenu ces propos, vendredi dernier, sur sa page Facebook officielle, deux jours après la confirmation de Dettelbach le 12 juillet.

Non content de qualifier Dettelbach de « militant juif anti-armes à feu », le groupe Républicain du comté s’en est également pris aux deux sénateurs Républicains, Susan Collins du Maine et Rob Portman de l’Ohio, qui ont soutenu cette nomination à la tête de l’ATF. Il a également attaqué deux autres sénateurs Républicains, Ben Sasse du Nebraska et James Risich de l’Idaho, absents lors du vote, en écrivant : « Il est évident qu’ils ne veulent plus défendre les propriétaires d’armes à feu des zones rurales ».

Le groupe a supprimé ces publications de sa page Facebook dans la journée, après avoir été contacté par le Louisville Courier-Journal.

La présidente du Parti Républicain du comté, Karin Kirkendol, n’a pas répondu aux questions du journal à propos de ces messages, mais a, par la suite, publié un message depuis la page Facebook du groupe pour les désavouer.

« Ces messages ne sont en rien représentatifs des valeurs du Parti Républicain du comté de Bracken. C’est totalement inapproprié », a-t-elle écrit. « Nous allons enquêter sur ce qui s’est produit et nous nous engageons à une surveillance plus stricte de nos réseaux sociaux à
l’avenir. »

Le lendemain, Kirkendol déclarait au journal que la page Facebook avait été « piratée », assurant que le parti « n’avait jamais publié et ne publierait jamais de tels propos antisémites, certains de nos propres membres ayant des origines juives ».

L’Anti-Defamation League (ADL) de Cleveland, compétente pour le Kentucky, s’est indignée de ces messages, déclarant sur les réseaux sociaux: « Colporter des tropes antisémites au moment où l’antisémitisme connait une résurgence est dangereux ».

Le Kentucky Jewish Council, nouveau groupe juif créé par le rabbin Habad Shlomo Litvin, directeur du Bluegrass, a également publié une déclaration disant que le message « était le résultat de la théorie complotiste malveillante – et pourtant démystifiée – des Protocoles des Sages de Sion, qui attribuait aux Juifs le contrôle de la politique mondiale ».

Ex-procureur fédéral et procureur de district de l’Ohio qui a concouru, sans succès, pour le poste de procureur général de l’État dans les rangs démocrates, Dettelbach a invoqué son judaïsme lors de son audience de confirmation, affirmant que son expérience « [de père chargé d’] élever des enfants juifs, en minorité religieuse dans ce pays » et de témoin d’attaques contre des synagogues et autres lieux de culte avait nourri son envie de s’engager dans la lutte contre la violence armée et les crimes de haine en Amérique.

L’ATF, entité du ministère de la Justice chargée d’appliquer les lois fédérales sur le contrôle des armes à feu, et notamment les nouvelles dispositions prises par le président Joe Biden, souffrait depuis des années de l’absence d’un directeur, ainsi que d’un budget et de ressources limités, face à un mandat en revanche très vaste.

Les groupes favorables au contrôle des armes à feu se sont réjouis de la nomination de Dettelbach, que les Démocrates du Sénat ont obtenue, en dépit de la forte résistance Républicaine, en utilisant une procédure permettant de passer en force.

Les défenseurs des droits des armes à feu assistent à un rassemblement organisé par la Virginia Citizens Defense League sur la place du Capitole, près du bâtiment de la capitale de l’État à Richmond, en Virginie, le 20 janvier 2020. (Crédit : Zach Gibson/Getty Images/AFP)

À la suite du rassemblement meurtrier des suprémacistes blancs « Unite the Right » en 2017 à Charlottesville (Virginie), Dettelbach avait signé un éditorial, se décrivant comme un « Américain juif et fier ». Il est membre de la synagogue Park à Cleveland Heights, dans l’Ohio, et ses enfants fréquentent une école juive de la région de Cleveland, selon le Cleveland Jewish News.

Les dirigeants de la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, théâtre de la fusillade de masse de 2018, l’attentat antisémite à ce jour le plus meurtrier jamais commis sur le sol américain, ont approuvé sa nomination.

Les groupes de contrôle des armes à feu, dont Everytown For Gun Safety et la Brady, se sont eux aussi réjouis de la confirmation de Dettelbach.

Les audiences de confirmation se sont déroulées dans un contexte de fusillades de masse en série, du suprématiste blanc prenant pour cible un supermarché à Buffalo (New York) à l’adolescent tirant sur une école primaire à Uvalde (Texas) en passant par l’homme qui s’en est pris au défilé du 4/7 dans la banlieue à forte composante juive de Highland Park (Illinois).

Une semaine avant la confirmation de Dettelbach, la police de Youngstown, dans l’Ohio, déclarait avoir interpelé un adolescent qui avait enregistré une vidéo annonçant son intention d’attaquer une synagogue avec deux armes de poing et plus d’une centaine de cartouches.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...