Pour l’Iran, c’est à Washington de montrer un comportement « normal »
Rechercher

Pour l’Iran, c’est à Washington de montrer un comportement « normal »

"La partie qui a quitté la table des négociations, la partie qui a foulé aux pieds le pacte doit revenir à un (comportement) normal", a déclaré le président iranien Hassan Rouhani

Le président iranien Hassan Rouhani prend la parole lors d'une conférence de presse à New York le 26 septembre 2018, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. (Crédit : AFP / Jim WATSON)
Le président iranien Hassan Rouhani prend la parole lors d'une conférence de presse à New York le 26 septembre 2018, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. (Crédit : AFP / Jim WATSON)

Le président iranien Hassan Rouhani a remis la balle dans le camp des Etats-Unis en estimant qu’il revenait à ce pays d’adopter un comportement « normal » avant tout dialogue.

« La partie qui a quitté la table des négociations, la partie qui a foulé aux pieds le pacte doit revenir à un (comportement) normal », a déclaré M. Rouhani dans un discours retransmis lundi par la télévision d’Etat.

Il faisait référence à l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien que les Etats-Unis ont dénoncé unilatéralement en 2018, rétablissant du même coup une batterie de sanctions économiques contre l’Iran.

« Le jour où l’ennemi comprendra réellement qu’il a emprunté la mauvaise voie (vis-à-vis de l’Iran) sera le jour (à partir duquel on pourra) s’asseoir à la table des négociations et régler tous les problèmes », a ajouté M. Rouhani.

Après plusieurs semaines d’une tension aiguë entre Washington et Téhéran, les deux capitales semblent avoir entamé une phase de désescalade.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a affirmé dimanche que son pays était prêt à engager un dialogue « sans conditions préalables » avec l’Iran.

Mais relativisant cette offre, il a ajouté que « l’effort américain visant à stopper radicalement les activités néfastes de la République islamique et de sa force révolutionnaire » se poursuivrait, et qu’il ne pourrait y bavoir de « discussion » avec les dirigeants iraniens sauf si ceux-ci décident de « se comporter comme une nation normale ».

Samedi, M. Rouhani avait déclaré que toute éventuelle discussion avec les Etats-Unis ne pourrait se tenir que dans le « respect » et « dans le cadre du droit international ».

Mais le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a exclu pour sa part toute négociation « avec le gouvernement américain actuel ».

Conclu après douze ans de tensions autour de la question nucléaire iranienne, l’accord de 2015 a permis à Téhéran d’obtenir un allègement des sanctions économiques internationales. En échange, l’Iran s’est engagé à ne jamais chercher à acquérir la bombe atomique et a accepté de réduire drastiquement son programme nucléaire.

Un an après la décision américaine de sortir de ce pacte, Téhéran a menacé en mai de se désengager progressivement de l’accord si les autres Etats parties au texte (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) ne lui permettent pas de contourner les sanctions américaines.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...