Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Berlin doit cesser d’urgence de fournir des armes à Israël, affirme Managua devant la CIJ

L'Allemagne fait face lundi à des accusations du Nicaragua devant la plus haute juridiction de l'ONU, des accusations rejetées d'emblée par le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères

Les juges et les parties sont debout pendant l'ouverture des audiences à la Cour internationale de justice à La Haye, Pays-Bas, jeudi 11 janvier 2024. La plus haute juridiction des Nations unies a tenu des audiences jeudi sur les accusations de l'Afrique du Sud contre Israël, accusant ce dernier de génocide à l'encontre des Palestiniens dans sa guerre en cours contre le Hamas, accusations qu'Israël nie catégoriquement. (Crédit : Patrick Post/AP)
Les juges et les parties sont debout pendant l'ouverture des audiences à la Cour internationale de justice à La Haye, Pays-Bas, jeudi 11 janvier 2024. La plus haute juridiction des Nations unies a tenu des audiences jeudi sur les accusations de l'Afrique du Sud contre Israël, accusant ce dernier de génocide à l'encontre des Palestiniens dans sa guerre en cours contre le Hamas, accusations qu'Israël nie catégoriquement. (Crédit : Patrick Post/AP)

Le Nicaragua a critiqué lundi l’Allemagne devant la plus haute juridiction de l’ONU pour son soutien à Israël, jugeant « pathétique » de donner des armes au gouvernement israélien tout en fournissant simultanément de l’aide à Gaza, un tableau jugé « grossièrement biaisé » par Berlin.

Managua a intenté une action en justice contre l’Allemagne demandant aux juges d’imposer des mesures d’urgence pour empêcher Berlin de fournir des armes et d’autres aides à Israël.

Les avocats du Nicaragua ont soutenu que l’Allemagne viole la Convention des Nations Unies sur le génocide de 1948, établie à la suite de l’Holocauste, en fournissant des armes à Israël.

« C’est en effet une excuse pathétique, pour les enfants, les femmes et les hommes palestiniens, de fournir une aide humanitaire, notamment par le biais de largages aériens, d’une part, et de fournir le matériel militaire utilisé pour les tuer et les anéantir » d’autre part, a déclaré devant la Cour internationale de justice (CIJ) Daniel Mueller, avocat du Nicaragua.

« L’Allemagne ne semble pas être capable de faire la différence entre légitime défense et génocide », a déclaré à la cour l’ambassadeur du Nicaragua aux Pays-Bas, Carlos José Argüello Gómez.

Managua a demandé à la CIJ, qui siège à La Haye, de décider de « mesures provisoires », des ordonnances d’urgence imposées pendant que la cour examine l’affaire dans son ensemble.

Le chancelier allemand Olaf Scholz serrant la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, lors d’une conférence de presse, à Tel Aviv, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo/Pool)

« L’Allemagne avait et a pleinement connaissance des risques d’utilisation des armes qu’elle fournissait et qu’elle continue de fournir à Israël en vue de commettre un génocide contre le peuple palestinien », a déclaré Alain Pellet, avocat du Nicaragua.

« Il est urgentissime que celle-ci suspende enfin l’aide et l’assistance qu’elle fournit à cette fin », a-t-il ajouté.

L’Allemagne répondra devant la cour mardi mais a déjà fermement rejeté les accusations.

« Nous n’avons jamais violé la convention sur le génocide ni le droit international humanitaire, ni directement ni indirectement », a déclaré devant les journalistes l’avocate de l’Allemagne Tania von Uslar-Gleichen.

« Au contraire, l’Allemagne s’engage à faire respecter le droit international et c’est pour cela que nous œuvrons au niveau international », a-t-elle poursuivi.

« La présentation du Nicaragua était grossièrement biaisée », a-t-elle ajouté.

« Décision injustifiée »

La CIJ a été créée pour trancher les différends entre nations et est devenue un acteur clé dans la guerre entre Israël et le Hamas.

Dans une autre procédure, l’Afrique du Sud accuse Israël de perpétrer un génocide dans la bande de Gaza, ce que le pays nie avec véhémence.

Dans cette affaire, la cour a appelé Israël à faire tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher tout acte de génocide et a récemment durci sa position, ordonnant des mesures supplémentaires obligeant Israël à accroître l’accès à l’aide humanitaire.

Les décisions de la CIJ sont contraignantes mais la cour ne dispose pas d’un mécanisme d’application. Elle a par exemple ordonné à la Russie de mettre fin à son invasion de l’Ukraine, en vain.

Le Nicaragua a demandé cinq mesures provisoires, stipulant notamment que l’Allemagne « suspende immédiatement son aide à Israël, en particulier son assistance militaire, y compris son équipement militaire ».

Il demande également à la cour d’ordonner à Berlin de « revenir sur sa décision de suspendre le financement de l’UNRWA », l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens.

L’Allemagne a annoncé en janvier qu’elle suspendait ce financement en attendant une enquête sur des accusations israéliennes selon lesquelles plusieurs membres du personnel de l’UNRWA auraient participé à l’attaque du Hamas le 7 octobre.

« Cette décision injustifiée contribue aux souffrances à Gaza où les enfants, femmes et hommes, meurent de faim », a déclaré M. Mueller devant la CIJ.

Managua s’en prend à l’Allemagne plutôt qu’aux Etats-Unis, principal allié d’Israël, car Washington ne reconnaît pas la compétence de la cour, a-t-il par ailleurs expliqué.

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a déclaré vendredi qu’Israël n’avait « plus d’excuse » pour retarder l’arrivée de l’aide à Gaza.

La ministre des Affaires étrangères allemandes Annalena Baerbock pendant une conférence de presse conjointe avec le ministre russe des Affaires étrangères à Moscou, le 18 janvier 2022. (Crédit : Ministère russe des Affaires étrangères via l’AP)

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Selon un dernier bilan dimanche du ministère de la Santé du Hamas, 33 175 personnes y ont été tuées. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 13 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et dans les jours qui ont suivi l’assaut.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.