Pour un journaliste du Hamas, le temps est venu de négocier avec Israël
Rechercher

Pour un journaliste du Hamas, le temps est venu de négocier avec Israël

Mustafa Sawwaf appelle le mouvement islamiste à davantage de pragmatisme

Elhanan Miller est notre journaliste spécialiste des affaires arabes

Le journaliste Mustafa Sawwaf lors d'un rassemblement du Hamas, en 2011 (Crédit : Page Facebook de Mustafa Sawwaf)
Le journaliste Mustafa Sawwaf lors d'un rassemblement du Hamas, en 2011 (Crédit : Page Facebook de Mustafa Sawwaf)

Le Hamas devrait se rendre compte de sa faiblesse régionale et dialoguer directement avec Israël, a fait valoir dans un article publié la semaine dernière un journaliste proche du mouvement islamique basé à Gaza.

Dans un article publié par le quotidien du Hamas al-Resalah le 25 mai, et intitulé « Pourquoi devrait-il y avoir de négociations ? », Mustafa Sawwaf, qui écrit une chronique hebdomadaire dans le quotidien du mouvement Falasteen, a déclaré que le Hamas devrait apprendre les leçons du Fatah et s’adapter à l’évolution de la situation.

« Le jour viendra-t-il où nous seront assis à la table de négociation avec Israël pour discuter de [nos] droits et principes, compte tenu de la logique réaliste du ‘quelque chose est mieux que rien’ ? » S’interroge Sawwaf. « Ou allez-vous capituler devant les régimes de nos ennemis, qui continueront à faire pression jusqu’à ce que vous agitiez le drapeau blanc, cédiez à toutes leurs demandes et finissiez par reconnaître le droit d’Israël à exister ? »

Le Hamas refuse de reconnaître Israël, appelant à son remplacement par un Etat palestinien dont le territoire irait du Jourdain à la mer Méditerranée, selon sa charte de fondation de 1988. Les publications du mouvement islamique ne se réfèrent souvent pas à Israël par son nom, mais utilise à la place l’expression « l’entité sioniste ».

Israël et de nombreux pays occidentaux considèrent le Hamas comme un groupe terroriste parce qu’il a ciblé intentionnellement des civils israéliens par le biais d’attaques suicide au cours des années 1990 et 2000, et, plus récemment, avec les tir de roquettes sur des lieux très peuplés du sud et du centre d’Israël.

Selon Sawwaf, le refus du mouvement islamique de reconnaître la réalité du rapport de forces entre lui-même et Israël a placé « la cause palestinienne » dans la mauvaise posture dans laquelle elle est actuellement.

« Est-ce que négocier avec Israël est interdit en vertu de la loi islamique ? Ou est-ce permis pour la réalisation des intérêts publics [palestiniens] ? Je ne parle pas de négociations sur les principes et les droits, mais de la réalisation des intérêts mutuels. De négocier un cessez-le-feu à la suite d’un accord, de négocier la libération des prisonniers à la suite d’un accord ou de négocier la levée du blocus et l’établissement d’un passage naval afin que personne ne puisse dominer notre peuple », a-t-il écrit.

« Si des négociations visent à faire avancer nos intérêts, sans reconnaître l’ennemi ou lui concéder [quoique ce soit], pourquoi cette peur de l’idée-même de négociations directes avec l’occupation israélienne ? »

Le mur Facebook de Sawwaf témoigne de sa proximité avec la direction du Hamas, où, en mars, il a remercié l’ancien Premier ministre du Hamas, Ismail Haniyeh, et d’autres responsables du parti d’avoir assisté à une cérémonie en l’honneur de son fils. Une photo postée en décembre 2011 le montre en train d’assister à un rassemblement du Hamas.

Le journaliste basé à Gaza Mustafa Sawwaf (à droite) serrant la main de l'ancien Premier ministre du Hamas, Ismail Haniyeh en mars 2015 (Crédit : Page Facebook de Mustafa Sawwaf)
Le journaliste basé à Gaza Mustafa Sawwaf (à droite) serrant la main de l’ancien Premier ministre du Hamas, Ismail Haniyeh, en mars 2015. (Crédit : Page Facebook de Mustafa Sawwaf)

Sawwaf n’est pas le seul proche du Hamas à avoir plaidé récemment pour que le groupe revoit sa relation avec Israël. En janvier, un responsable du Hamas, Ghazi Hamad, a publié un article critiquant son mouvement pour sa stratégie de la lutte armée, mais il n’a pas appelé à des négociations directes avec Israël.

Cependant, selon le quotidien jordanien, Al-Dustour, des pourparlers directs sur des questions tactiques se sont déjà déroulées en Israël et en Europe – une information démentie par un porte-parole israélien, qui a accepté de parler au Times of Israel sous couvert d’anonymat.

Des pourparlers indirects ont cependant eu lieu entre le Hamas et l’Etat juif par le biais de médiateurs égyptiens suite aux violences récentes et afin d’obtenir la libération du soldat israélien Gilad Shalit.

Sawwaf n’a pas répondu à notre demande de commenter son article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...