Pourquoi l’Egypte reste silencieuse sur l’annexion
Rechercher
Analyse

Pourquoi l’Egypte reste silencieuse sur l’annexion

Confronté à de nombreuses crises nationales et internationales, Le Caire ne peut se permettre de s'aliéner Israël et les États-Unis

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche), rencontre le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi (à droite) en marge de l'Assemblée générale de l'ONU le 27 septembre 2018. (Crédit : Avi Ohayon / PMO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche), rencontre le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi (à droite) en marge de l'Assemblée générale de l'ONU le 27 septembre 2018. (Crédit : Avi Ohayon / PMO)

Il y a deux semaines, le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman al-Safadi, a pris l’hélicoptère pour rendre visite au président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas dans son palais présidentiel à Ramallah.

Son homologue égyptien, Sameh Shoukry, était également invité. Les photos de l’événement devaient mettre en scène deux voisins d’Israël aux côtés d’Abbas. Les deux nations ont mené de multiples guerres contre Israël, toutes deux ont signé des traités de paix historiques avec l’État juif, et toutes deux ont réaffirmé leur engagement en faveur de la cause palestinienne et leur opposition à l’annexion prévue par Israël de certaines parties de la Cisjordanie.

Mais le moment venu, il manquait un visage sur la photo. Shoukry a annulé sa participation à la conférence de presse de Ramallah dimanche dernier, par respect pour les autres questions urgentes inscrites à l’ordre du jour égyptien, a confirmé Jibril Rajoub, un haut responsable du Fatah.

L’absence de Shoukry symbolise-t-elle l’attitude ambivalente du gouvernement égyptien en difficulté face au plan d’Israël ? Alors que l’Égypte a exprimé son inquiétude au sujet de l’annexion, la cause palestinienne pourrait ne plus être la principale priorité du régime.

« L’Égypte est aujourd’hui confrontée à des crises bien plus importantes : la crise du coronavirus et ses conséquences économiques, l’intervention militaire turque sur la plus longue frontière égyptienne, le barrage de la Renaissance en Éthiopie. Toutes ces crises ont la priorité sur l’annexion », a déclaré Ofer Winter, qui étudie les relations israélo-égyptiennes à l’Institute for National Security Studies [INSS] de Tel Aviv.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi (à gauche) rencontre le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah, le 18 juin 2020 (Crédit : agence de presse Wafa)

Le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé qu’il poursuivra l’annexion des 30 % de la Cisjordanie alloués à Israël dans le cadre du plan de paix de l’administration Trump – à savoir toutes les implantations ainsi que la vallée stratégique du Jourdain – dès le 1er juillet.

La perspective d’une annexion unilatérale a été condamnée au niveau international, les Nations unies, les pays européens et arabes, et de hauts responsables du Parti démocrate américain ont mis en garde le gouvernement israélien contre cette éventualité.

Le Caire a fait preuve de circonspection dans sa critique du plan. Face à une grave épidémie de coronavirus chez lui et à de nombreuses crises à ses frontières, le gouvernement égyptien ne peut pas se permettre de s’aliéner ses proches alliés, en particulier Israël et les États-Unis, ont déclaré des analystes au Times of Israel.

Les fonctionnaires jordaniens, en revanche, semblent travailler 24 heures sur 24 pour empêcher l’annexion. Le Premier ministre jordanien Omar al-Razzaz a déclaré en mai que si Israël procédait à l’annexion, la Jordanie envisagerait de revoir tous les aspects de ses relations avec l’État juif, y compris le traité de paix historique de 1994.

Si Israël « annexe réellement la Cisjordanie en juillet, cela conduira à un conflit massif avec le Royaume hachémite de Jordanie », a prévenu le roi Abdallah II dans une interview accordée à Der Spiegel à la mi-mai.

Avec une population majoritairement palestinienne, la lutte de la Jordanie pour maintenir le statu quo est un élément essentiel de sa sécurité nationale. Alors que la Jordanie dépend d’Israël tant sur le plan économique que sécuritaire, le maintien du traité de paix avec Israël après son annexion pourrait porter un coup sérieux à la légitimité du gouvernement.

« Tout ce qui se passe entre Israël et les Palestiniens a un impact direct sur la Jordanie, dont plus de la moitié de la population est palestinienne. L’Égypte est beaucoup moins vulnérable, en raison de cette réalité démographique », a déclaré M. Winter au Times of Israel.

Les responsables égyptiens ont donc critiqué l’annexion en termes généraux, sans menacer publiquement de modifier leurs relations avec Israël.

« Le ministre des Affaires étrangères Shoukry est profondément préoccupé par les rapports diffusés sur les plans d’annexion du gouvernement israélien dans les territoires de Cisjordanie, et par les conséquences d’une telle mesure sur la paix et la sécurité régionales, et affirme le rejet par l’Egypte de toute mesure unilatérale en violation du droit international », a déclaré le bureau de Shoukry dans un communiqué le 24 juin.

Le roi de Jordanie Abdallah II (à droite) et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas réunis à Amman le 18 décembre 2018. (Crédit : Wafa)

Le gouvernement égyptien soutient une solution à deux Etats du conflit israélo-palestinien basée sur l’initiative arabe de paix de 2002, selon le communiqué.

« L’Egypte verrait cela comme la fin du processus de paix. De leur point de vue, ce n’est pas non plus dans leur intérêt. Ils veulent voir une solution qui assurera les droits des Palestiniens, mais qui le fera aussi d’une manière conforme à l’intérêt égyptien », a déclaré Winter.

Contrairement au roi Abdallah de Jordanie, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi n’a pas commenté publiquement l’annexion prévue depuis décembre, lorsqu’il a qualifié la promesse de Netanyahu d’annexer des parties de la Cisjordanie, de simples « promesses de campagne ».

Toutefois, Sissi a largement soutenu le plan de paix du président américain Donald Trump, qui est à la base de l’annexion prévue. Si le plan de Trump est mis en œuvre comme prévu, l’Égypte recevrait une aide d’environ 9,167 milliards de dollars.

« Sissi attend tranquillement, dans les coulisses, pour savoir quel type d’annexion Israël va mettre en œuvre », a déclaré l’ancien ambassadeur israélien en Egypte, Yitzhak Levanon, au Times of Israel.

Le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi (à gauche) s’entretient avec le président Donald Trump à l’hôtel InterContinental Barclay lors de l’Assemblée générale des Nations unies, lundi 23 septembre 2019, à New York. (AP Photo/Evan Vucci)

Et s’ils le font

Sissi semble être au sommet de son règne. Depuis son arrivée au pouvoir lors d’un coup d’État militaire en 2013, il a renforcé ses relations avec les États-Unis, Israël et les États du Golfe. L’Égypte est devenue l’économie à la croissance la plus rapide du Moyen-Orient, ce qui lui a valu les applaudissements et l’aide du Fonds monétaire international (FMI). Dans le cadre d’une vaste campagne de répression, le régime a emprisonné ou banni la coalition révolutionnaire des libéraux et des islamistes qui avait renversé l’ancien dictateur Hosni Moubarak.

En Libye voisine, le pari de Sissi sur le coup d’État militaire de 2014 du seigneur de guerre Khalifa Haftar semble avoir été réussi. Lors de la guerre civile qui a suivi, les forces de Haftar ont conquis la moitié du pays et se sont rapprochées de la capitale du gouvernement reconnu par l’ONU, Tripoli.

Aujourd’hui, cependant, l’Égypte est un pays assiégé par des crises urgentes tant étrangères qu’intérieures.

Suite à l’intervention militaire de la Turquie en Libye qui a débuté au début de l’année, Haftar a perdu plusieurs batailles importantes. Pour maintenir le statu quo, Sissi a maintenant engagé l’armée égyptienne à envoyer des troupes sur le terrain si le gouvernement reconnu par l’ONU traverse l’axe Syrte-Jufra, ce que le gouvernement de Tripoli dit avoir l’intention de faire.

Dans le même temps, la crise du coronavirus en Égypte a porté un coup sérieux à l’économie du pays, qui repose en grande partie sur le tourisme et les envois de fonds des Égyptiens travaillant dans les pays du Golfe. Ces deux secteurs ont subi de graves pertes en raison de la pandémie.

Au cours des premiers mois de l’épidémie, le gouvernement égyptien a nié la gravité de la pandémie et a expulsé les journalistes qui ont rapporté des preuves que le nombre de cas dépassait de loin les projections du gouvernement. Mais alors que les infections confirmées ont atteint plus de 1 500 nouveaux cas par jour, Le Caire ne peut plus nier le bilan du COVID-19 dans tout le pays.

Des Égyptiens se rassemblent dans le centre-ville du Caire en attendant de se faire tester pour le coronavirus, le 8 mars 2020. (Khaled DESOUKI / AFP)

Plusieurs officiers de haut-rang de l’armée sont morts, malgré l’accès à des installations de soins de santé militaires exclusives. Les hôpitaux sont aussi saturés de cas que les rues tristement célèbres du Caire. Les vidéos des médias sociaux montrent des hommes et des femmes infectés par le virus assis devant les hôpitaux, attendant de guérir ou de mourir.

Le Caire estime cependant que la menace la plus sérieuse se situe au sud, alors que l’Ethiopie poursuit son plan de construction d’un énorme barrage hydroélectrique sur le Nil qui, selon le gouvernement égyptien, réduirait considérablement la quantité d’eau que l’Egypte reçoit chaque année.

La plus grande partie de l’Égypte est un désert infertile, la grande majorité des villes du pays étant regroupées autour du Nil. Des dizaines de millions d’Égyptiens vivent sur ses rives et dépendent du fleuve pour l’agriculture et l’eau potable.

« Le grand barrage de la Renaissance en Éthiopie est, littéralement, une question de vie ou de mort pour Le Caire. Pas Ramallah, ni l’annexion. Dans l’esprit stratégique égyptien, pourquoi perdrions-nous notre temps avec cela », a déclaré un analyste égyptien des affaires étrangères au Times of Israel, sous couvert d’anonymat.

L’Ethiopie devrait commencer à remplir le barrage Renaissance dans les deux prochaines semaines, a annoncé samedi le bureau du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali. Alors que les négociations sont en cours, l’Égypte et l’Éthiopie ont toutes deux laissé entendre qu’elles étaient prêtes à rechercher des solutions militaires.

Le barrage éthiopien n’affecte peut-être pas directement ses relations avec Israël, mais l’Egypte a besoin du soutien américain pour sa position, a déclaré Winter. Un affrontement avec Israël au sujet de l’annexion pourrait soulever des tensions à Washington, qui est largement favorable à l’annexion prévue.

« L’Égypte dépend des États-Unis, et elle a besoin du soutien américain pour sa position contre l’Éthiopie avec le barrage de la Renaissance. En tant que tel, ils ne veulent pas s’engager dans une confrontation directe avec les États-Unis au sujet d’Israël et de l’annexion », a déclaré Winter.

Dans un communiqué publié en février, à la suite de l’échec des négociations menées par les États-Unis sur l’avenir du barrage Renaissance, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré qu’il n’appartenait pas à l’Amérique d’ “imposer une solution” aux États du bassin du Nil.

Des liens étroits avec Israël

Depuis le coup d’Etat militaire de 2013, le régime de Sissi a cherché à resserrer les relations avec Israël, – « les meilleures que nous ayons jamais eues », selon l’ancien ambassadeur en Egypte Haim Koren.

L’Égypte dépend d’Israël pour la coopération militaire dans la péninsule du Sinaï, où une violente insurrection islamiste se poursuit depuis plusieurs années. « Sissi, aujourd’hui, ne peut pas se battre dans le Sinaï sans Israël. Malgré sa grande armée, il n’a pas été en mesure de traiter avec l’État islamique là-bas, de les contenir », a déclaré Levanon.

Le président égyptien Fattah al-Sisi, (à gauche), et le Premier ministre éthiopien Hilemariam Desalegn, (à droite), se serrent la main après la conférence de presse au Palais national à Addis-Abeba en Ethiopie, le 24 mars 2015. Les dirigeants égyptiens et éthiopiens ont convenu de relancer les discussions sur le controversé Grand barrage de la Renaissance éthiopienne qu’Addis-Abeba est en train de construire sur le Nil. (AP Photo/ Mulugeata Ayene/File)

Israël a également contribué au retour de l’Égypte dans les bonnes grâces des États-Unis après le coup d’État de Sissi, a déclaré Winter.

En 2013, les États-Unis ont brièvement suspendu l’aide militaire de 1,3 milliard de dollars qu’ils fournissent chaque année à l’Égypte, conformément à une loi américaine interdisant l’aide aux pays dont les gouvernements ont été déposés par une insurrection militaire. L’administration Obama a reporté la reconnaissance du nouveau gouvernement égyptien à l’année suivante.

« Il était difficile pour les Américains sous l’administration Obama d’accepter la transition non démocratique en Egypte. Israël a aidé l’Egypte à obtenir la reconnaissance et a fait pression pour que les Etats-Unis renouvellent leur aide à l’Egypte », a expliqué Winter.

Les liens économiques se sont également renforcés. En janvier, l’Égypte, Israël et plusieurs autres États de la région ont signé le Forum du gaz de la Méditerranée orientale, qui encourage la coopération régionale sur les questions liées au gaz naturel. L’Égypte a commencé à importer du gaz naturel d’Israël au début de cette année.

Dans le même temps, les relations de l’Égypte avec les factions palestiniennes se sont aigries. Le groupe terroriste palestinien du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, était à l’origine une branche des Frères musulmans. Le régime de Sissi est arrivé au pouvoir en renversant la confrérie musulmane en Égypte et considère l’organisation comme un groupe terroriste (tout comme Moscou, Ryad, Abou Dhabi, Damas et Manama).

Le régime a également réprimé l’activisme pro-palestinien chez lui, en arrêtant Ramy Shaath, le coordinateur en Egypte du mouvement anti-sioniste de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), accusé d’appartenir à une « organisation terroriste ». Shaath, ex-conseiller de l’ancien chef de l’OLP, Yasser Arafat, est marié à une Française Céline Lebrun Shaath, et est le fils d’un ex-Premier ministre de l’AP, qui se dit « fier ».

« Il y a une sympathie généralisée pour les Palestiniens, et cela ne va pas disparaître… Mais l’importance de la cause palestinienne n’est plus la même. Ce n’est plus l’ère Nasser ou l’ère Sadate », a déclaré l’analyste égyptien au Times of Israel.

Si l’annexion se produit, Le Caire devra réagir d’une manière ou d’une autre, a déclaré l’analyste. Mais il s’est montré sceptique quant au fait qu’une réponse égyptienne serait plus que rhétorique, affirmant que le régime ne considère tout simplement pas la question comme un intérêt fondamental.

Yitzhak Levanon at an ambassadors' meeting in Jerusalem, December 2010 (photo credit: Yossi Zamir/Flash90)
Yitzhak Levanon lors d’une réunion des ambassadeurs à Jérusalem, décembre 2010. (Crédit photo : Yossi Zamir/Flash90)

« Il y aura quelques déclarations – ils invoqueront Oslo et Genève et l’Initiative de paix arabe. Ils continueront à répéter toutes les anciennes déclarations diplomatiques pour exprimer leur désaccord avec l’annexion. Mais je ne pense pas que la relation de Netanyahu avec Sissi sera affectée », a-t-il déclaré.

Levanon a déclaré que l’étendue de l’annexion pourrait faire une différence clé dans la sévérité de la réponse égyptienne.

Si Israël annexe les blocs d’implantations, il pourrait n’y avoir qu’une réponse égyptienne « modérée », mais si Israël annexe dans la zone C d’une manière qui empêcherait la création future d’un Etat palestinien, il sera difficile pour l’Egypte d’éviter de répondre, a déclaré M. Levanon.

« L’annexion sera-t-elle une petite bouchée que les Égyptiens pourront avaler, ou plus qu’ils ne pourront mâcher, et ils s’étoufferont ? » se demande Levanon.

Quelles sont les options dont dispose l’Égypte pour répondre à l’annexion israélienne, si elle choisit de le faire ? Pas beaucoup, a déclaré Winter.

« Le problème pour l’Egypte est qu’elle donne beaucoup moins à Israël dans ses relations et qu’elle a donc beaucoup moins de raisons de menacer Israël. La seule façon de nuire aux ambitions israéliennes serait de se retirer du Forum du gaz – mais alors l’Égypte se ferait également du mal à elle-même, car il s’agit d’un intérêt commun », a déclaré Winter.

L’ambassade égyptienne à Tel Aviv n’a pas répondu à une demande de commentaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...