Premier vol d’essai réussi pour l’Air Force One israélien
Rechercher

Premier vol d’essai réussi pour l’Air Force One israélien

Les systèmes principaux de l'avion ont "fonctionné correctement", selon l'Israel Aerospace Industries, après 4 heures de vol ; la semaine dernière, les freins étaient défaillants

Les "Ailes de Sion", la  version israélienne de l'Air Force One, au dessus de l'aéroport Ben Gurion pour son premier vol d'essai, le 3 novembre 2019. (Crédit : Yoav Weiss/Israel Aerospace Industries)
Les "Ailes de Sion", la version israélienne de l'Air Force One, au dessus de l'aéroport Ben Gurion pour son premier vol d'essai, le 3 novembre 2019. (Crédit : Yoav Weiss/Israel Aerospace Industries)

La version israélienne de l’Air Force One, le surnom de l’avion officiel transportant le président américain, a décollé dimanche pour son premier test après deux ans de préparation. Le vol inaugural d’essai a été couronné de succès.

L’avion a été dévoilé jeudi dernier lors d’un test mené à l’aéroport Ben Gourion avant son premier décollage. Victime d’un problème de freins, les officiels avaient dû brièvement déclarer un état d’alerte.

L’avion Boeing 767-300ER sera utilisé par le Premier ministre et le président pour des visites officielles à l’étranger. Selon les médias israéliens, il sera baptisé « Ailes de Sion ».

Dimanche matin, l’avion a décollé de Ben Gurion à 10h45 et atterri quatre heures et demie plus tard, à 15h15.

Il était accompagné d’un hélicoptère Black Hawk et d’un autre avion qui prenait des photos de son baptême de l’air.

L’avion du Premier ministre, un Boeing 767, la version israélienne d’Air Force One, vu pour son premier vol au-dessus de Tel Aviv, le 3 novembre 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

Le nom officiel de l’avion est le 4X-ISR. “4X” est l’élément que l’on retrouve sur tous les avions israéliens, et les autres lettres signifient qu’il s’agit de l’avion officiel de l’Etat d’Israël.

Les pilotes ont « vérifié les systèmes principaux de l’avion qui ont fonctionné correctement », a fait savoir l’Israel Aerospace Industries (IAI), qui a réaménagé un ancien avion de ligne pendant deux ans pour en faire ce qu’il est aujourd’hui.

« C’est le premier vol d’essai d’une série de vols, et des tests seront menés ultérieurement par l’équipe du département d’ingénierie professionnelle », a ajouté l’IAI.

Les tests se poursuivront pendant quelques mois.

Un Boeing 767-300ER réaménagé en version israélienne de l’Air Force One, durant un test à l’aéroport Ben Gurion, le 31 octobre 2019. (Crédit : Israel Aerospace Industries)

L’IAI a fait savoir qu’elle avait développé et installé des « systèmes technologiques sophistiqués » qui permettent d’assurer les communications et la sécurité de l’appareil. D’après l’entreprise, l’avion peut voler jusqu’aux Etats-Unis, en Chine, au Japon et au Brésil sans escales.

Le gouvernement a approuvé un budget de 729 millions de shekels (185 millions d’euros) pour l’achat et la réhabilitation de l’avion, qui avait auparavant opéré pendant 20 ans comme avion de ligne d’une compagnie aérienne australienne.

Le projet avait fait polémique, et suscité des critiques à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu dénonçant l’achat comme étant inutile et trop coûteux.

Jeudi, Yair Lapid de Kakhol lavan a écrit sur Facebook : « Il y a cinq ans, Bibi a fait acheter son avion par le gouvernement. Le prix devait être de 170 millions de shekels (43 millions d’euros). J’ai voté contre. Je lui ai dit, ‘Vous n’avez pas besoin de cet avion, pas quand le pays ne peut pas financer des salles d’urgences’. Rien à faire ».

« Aujourd’hui, ils ont présenté l’avion. Prix final ? 729 millions de shekels. Personne n’a pris le temps d’expliquer comment il est devenu un demi-milliard de shekels plus cher, alors qu’il est toujours aussi inutile. Quand nous serons au pouvoir, nous le vendrons et allouerons l’argent à des secteurs qui en ont vraiment besoin », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...