Première permission de sortie pour Ehud Olmert
Rechercher

Première permission de sortie pour Ehud Olmert

L'ancien Premier ministre s’est vu accorder un congé sous bonne garde de la prison de Ma'asiyahu après avoir terminé un tiers de ses 18 mois d’emprisonnement pour corruption

L'ancien Premier ministre Ehud Olmert à sa sortie de la prison de Ramle pour sa première permission depuis qu'il a commencé à purger sa peine de 18 mois en février 2016, le 11 juillet 2016. (Crédit : Avi Dishi/Flash90)
L'ancien Premier ministre Ehud Olmert à sa sortie de la prison de Ramle pour sa première permission depuis qu'il a commencé à purger sa peine de 18 mois en février 2016, le 11 juillet 2016. (Crédit : Avi Dishi/Flash90)

Lundi, l’ancien Premier ministre Ehud Olmert, actuellement en prison, s’est vu accorder un congé de 48 heures pour la première fois depuis le début de ses 18 mois de prison pour corruption et entrave à la justice en février.

Après avoir rejeté ses deux précédentes demandes d’autorisation, le Service pénitentiaire israélien a déterminé qu’Olmert était admissible pour une permission de sortie où il purge sa peine, dans la prison de Ma’asiyahu à Ramle après qu’il en ait terminé le premier tiers.

Vêtu d’un Tee-shirt et d’un pantalon noirs, l’ancien Premier ministre et maire de deux mandats à Jérusalem s’est glissé hors de la prison dans une Audi noire aux vitres teintées l’attendant qui l’a emmené hors de l’enceinte de la prison, lundi matin.

Olmert sera étroitement surveillé par des agents de sécurité de la prison pendant qu’il séjournera à son domicile à Motza, en dehors de Jérusalem.

Sa femme, Aliza Olmert, devait venir à la prison pour se constituer garante, selon la Deuxième chaîne.

Olmert fait partie des huit anciens fonctionnaires et hommes d’affaires condamnés en mars 2014 dans l’affaire Holyland de corruption immobilière, que des officiels ont qualifié de plus grande affaire judiciaire de l’histoire d’Israël.

L'ancien Premier ministre Ehud Olmert à la Cour suprême de Jérusalem, le 19 janvier 2016 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
L’ancien Premier ministre Ehud Olmert à la Cour suprême de Jérusalem, le 19 janvier 2016 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Il a été condamné en 2014 à six ans de prison sur deux accusations distinctes de pots de vin au début des années 2000, alors qu’il était maire de la capitale.

En décembre 2015, la Cour suprême a réduit sa peine à 18 mois de prison après l’annulation de l’une des condamnations par le Tribunal de district de Tel Aviv.

En mars, le service des prisons a rejeté la demande de permission d’Olmert pour qu’il assiste aux funérailles de l’ancien chef du Mossad, Meir Dagan, en dépit de l’amitié entre les deux hommes.

Plus tôt, en mars également, Olmert avait déposé une demande pour être autorisé à assister à la bar mitzvah de son premier petit-fils. Le service pénitentiaire a refusé cette demande également, qui avait été effectuée quelques jours seulement après l’emprisonnement d’Olmert pour 18 mois.

Sa demande pour regarder des DVD dans sa cellule a également été rejetée par le Service pénitentiaire israélien en mars.

Les services de prison ont spécialement rééquipé une aile de la prison de Ramle pour accueillir l’ancien Premier ministre, qui purge sa peine dans un complexe séparé, où ne se trouvent que quelques autres condamnés soigneusement sélectionnés.

Les arrangements spéciaux sont destinés à assurer la sécurité non seulement d’Olmert, le responsable israélien de plus haut niveau à jamais être emprisonné, mais aussi des secrets d’Etat sensibles, qu’il détient.

L’ancien président Moshe Katsav, qui purge une peine de sept ans dans la même prison pour viol et harcèlement sexuel, devrait se voir accorder une libération conditionnelle lors d’une audience, la semaine prochaine, après avoir terminé les deux tiers de sa peine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...