Rechercher

Premiers essais en Israël du nouveau vaccin Moderna contre les variants du COVID

Une étude évaluera l'efficacité de ce vaccin spécialement conçu pour contrer Omicron ; selon un expert, Israël contribue à "l'avenir de la lutte contre la pandémie"

Une femme reçoit un vaccin contre le coronavirus à Petah Tikva, en Israël, le mardi 4 janvier 2022. Illustration (Crédit : Ariel Schalit/AP)
Une femme reçoit un vaccin contre le coronavirus à Petah Tikva, en Israël, le mardi 4 janvier 2022. Illustration (Crédit : Ariel Schalit/AP)

Un hôpital israélien a annoncé lundi qu’il participait à des essais cliniques du nouveau vaccin contre les variants du coronavirus mis au point par Moderna.

Moderna et Pfizer rivalisent pour mettre sur le marché des vaccins qui ont été révisés pour contrer les nouveaux variants du coronavirus, les vaccins actuellement utilisés ayant été formulés pour faire face à la souche originale du virus.

L’hôpital Sheba a annoncé qu’il participait, avec d’autres hôpitaux internationaux, à la phase de test du vaccin de Moderna.

En annonçant cet essai, le géant pharmaceutique a souligné que l’hôpital israélien avait été un pionnier dans la recherche tout au long de la pandémie.

La professeure Gili Regev-Yochay, chercheuse principale de Sheba pour les vaccins, dont les études ont été suivies de près dans le monde entier, a déclaré que son hôpital considérait que c’était un « devoir professionnel de continuer à diriger la recherche mondiale dans ce domaine ».

« Le monde entier continue à faire face aux vagues du COVID, et le défi important auquel nous sommes confrontés est de trouver des vaccins et des médicaments qui traiteront les différents variants et permettront de vivre sans risque aux côtés du virus », a-t-elle déclaré.

Une femme se fait vacciner au centre commercial Malcha à Jérusalem, le 23 décembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les experts estiment que l’essai et le lancement de vaccins résistants aux variants seront déterminants pour combattre la pandémie. Le professeur Michael Edelstein, épidémiologiste de l’université Bar Ilan, qui ne fait pas partie de l’étude Sheba, a déclaré au Times of Israel qu’il s’agissait d’une étape importante.

« C’est passionnant car il s’agit de tester ce qui sera l’un des premiers vaccins bivalents, ce qui signifie qu’il élargira la gamme de variants contre lesquels il se défend », a-t-il déclaré.

« C’est vraiment l’avenir de la lutte contre la pandémie qui se dessine. C’est le début des vaccins régulièrement révisés et améliorés qui répondent à l’émergence de nouveaux variants, et c’est une bonne chose qu’Israël y joue un rôle », a déclaré M. Edelstein.

« Le composant Omicron de ce nouveau vaccin fonctionne parallèlement à la formulation originale du vaccin qui cible la souche originale. Si le composant Omicron a été conçu pour cibler les premiers variants d’Omicron, il est probable qu’il cible également les nouvelles sous-variants d’Omicron, y compris ceux qui ne sont pas encore apparus », a-t-il ajouté.

Prof. Gili Regev-Yochai, directrice de l’Unité d’épidémiologie des maladies infectieuses à l’hôpital Sheba (Crédit : capture d’écran/YouTube)

Regev-Yochay, responsable de la recherche et directrice de l’unité d’épidémiologie des maladies infectieuses à l’hôpital Sheba, a expliqué que les volontaires de la nouvelle étude seront divisés en trois groupes : l’un recevra deux doses du nouveau vaccin, un autre recevra le nouveau vaccin suivi d’un placebo et le troisième recevra deux doses du vaccin original Moderna.

Les niveaux d’infection au sein des groupes seront étudiés afin d’évaluer l’efficacité du nouveau vaccin.

Paul Burton, médecin en chef de Moderna, a salué la participation de Sheba à l’essai.

« Nous sommes heureux de nous associer à l’hôpital Sheba pour obtenir de nouvelles données sur l’efficacité, la durabilité et la sécurité de notre candidat vaccin bivalent COVID, mRNA-1273.214 », a-t-il déclaré.

« L’hôpital Sheba a été un pionnier dans la recherche sur le COVID tout au long de la pandémie, et nous remercions les équipes d’essais cliniques et les participants à l’étude d’avoir contribué à faire progresser notre compréhension de l’ARNm-1273.214 « , a ajouté M. Burton.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...