Rechercher

Présidentielle: Zemmour juge « très possible » de ne pas avoir les 500 parrainages

"Les maires me disent: 'oui, vous êtes formidables, on est d'accord avec vous', mais ils ont peur" puisque leur nom est rendu public, a affirmé le candidat de Reconquête!

Eric Zemmour lors de sa visite à Marseille, dans le sud de la France, le 27 novembre 2021. (Crédit : Nicolas TUCAT / AFP)
Eric Zemmour lors de sa visite à Marseille, dans le sud de la France, le 27 novembre 2021. (Crédit : Nicolas TUCAT / AFP)

Le candidat d’extrême droite Éric Zemmour a assuré dimanche qu’il était « très possible » qu’il n’obtienne pas les 500 parrainages nécessaires pour se présenter à la présidentielle, le RN faisant également part d’une « vraie incertitude » pour Marine Le Pen.

« Je n’ai aucune certitude, c’est très dur, on passe des heures à téléphoner, mon ami Philippe de Villiers parle des heures avec les maires, Guillaume Peltier parle des heures avec les maires, moi-même je téléphone aux maires pour essayer de les convaincre », a insisté l’ex-polémiste dans le Grand rendez-vous Europe 1/CNews/Les Echos.

« Je vous assure que c’est très possible », a-t-il insisté lorsqu’il a été interrogé sur la possibilité de ne pas avoir les 500 signatures d’élus qu’il faut avoir déposé d’ici le 4 mars, 18H00, au Conseil constitutionnel pour pouvoir participer au scrutin des 10 et 24 avril.

« Les maires me disent: ‘oui, vous êtes formidables, on est d’accord avec vous’, mais ils ont peur » puisque leur nom est rendu public, a affirmé le candidat de Reconquête! qui a annulé un déplacement à La Réunion cette semaine pour se consacrer à cette tâche.

Le candidat à la présidentielle Eric Zemmour, Gilbert Collard, et le responsable de la communication numérique des « Amis d’Eric Zemmour », Samuel Lafont, lors d’un rassemblement de campagne à Lille, dans le nord de la France, le 5 février 2022, avant l’élection présidentielle d’avril. (Crédit : JULIEN DE ROSA / AFP)

Ne pas obtenir les 500 parrainages rendrait, selon lui, l' »élection illégitime ».

Éric Zemmour, Marine Le Pen mais aussi l’insoumis Jean-Luc Mélenchon se plaignent régulièrement d’avoir des difficultés à obtenir les 500 signatures nécessaires pour prétendre à l’Élysée alors qu’ils sont bien mieux placés dans les sondages que d’autres candidats qui ont déjà réuni les parrainages nécessaires.

« Tout cela n’a plus aucun sens », a estimé dimanche sur FranceInfo le porte-parole du RN, Laurent Jacobelli. « Dans tous les sondages, Marine Le Pen est l’adversaire principale d’Emmanuel Macron », mais « d’autres candidats moins représentatifs sont déjà qualifiés », a-t-il ajouté, citant Jean Lassalle et Nathalie Arthaud.

« Au moment où on parle, il y a une vraie incertitude, nous ne savons pas si nous aurons nos 500 parrainages. Il nous manque encore 80 promesses de parrainages pour être certain de parvenir aux 500 signatures », a-t-il précisé, dénonçant un « système complètement verrouillé qui ne fonctionne plus » avec des « maires parfois sous influence de barons locaux ».

Au dernier pointage du Conseil constitutionnel jeudi dernier, six candidats, déclarés ou non, ont déjà obtenu les 500 parrainages: Valérie Pécresse, Emmanuel Macron, Anne Hidalgo, Nathalie Arthaud, Fabien Roussel et Jean Lassalle.

Yannick Jadot (490 parrainages) y est presque, ce qui n’est pas encore le cas pour Jean-Luc Mélenchon (370), Marine Le Pen (366), Éric Zemmour (291), Philippe Poutou (199), Christiane Taubira (86) ou encore Hélène Thouy (74).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...