Prison pour un imam condamné pour appel au meurtre de juifs
Rechercher

Prison pour un imam condamné pour appel au meurtre de juifs

Omar Abou Sara avait qualifié les "juifs" de "traîtres, têtus, meurtriers, vulgaires et sans honte", les comparant aussi à des animaux

Des Palestiniennes devant le Dôme du Rocher dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem avant la prière du vendredi, le 23 octobre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / AHMAD GHARABLI)
Des Palestiniennes devant le Dôme du Rocher dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem avant la prière du vendredi, le 23 octobre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / AHMAD GHARABLI)

Un tribunal israélien a condamné dimanche un imam palestinien à huit mois de prison ferme pour avoir appelé au meurtre de juifs durant un sermon dans la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem.

Le tribunal d’instance de Jérusalem avait reconnu le cheikh Omar Abou Sara, 51 ans, coupable d’appel à la violence et de racisme durant une prédication délivrée en novembre 2014 et également diffusée sur YouTube.

Abou Sara avait qualifié les « juifs » de « traîtres, têtus, meurtriers, vulgaires et sans honte », les comparant également à des animaux.

Il avait ensuite lancé un appel à les tuer et les « abattre », selon la transcription de son discours dans la décision du tribunal.

Ce sermon avait été prononcé à la mosquée Al-Aqsa, sur le mont du Temple, premier lieu saint du judaïsme et troisième lieu saint de l’islam, durant une période de tensions sur ce site.

Pour sa défense, Abou Sara a affirmé que son sermon « n’était pas un appel à la violence » car il reposait sur des textes religieux et contenait des déclarations « générales et non contraignantes ».

Le tribunal a rejeté sa défense notant que son discours ne contenait pas de citations mais des phrases du prêcheur qui « a voulu humilier et dégrader les juifs » en « prêchant la haine conte les juifs pour ses fidèles ».

Le Waqf, l’organisme chargé de la gestion des biens musulmans a déclaré à l’AFP ne pas connaître cet homme comme prêcheur à la mosquée Al-Aqsa.

Abou Sara a 45 jours pour faire appel de ce verdict et devra commencer à purger sa peine le 18 décembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...