Rechercher

Procès à venir de la professeur de Janson de Sailly aux propos antisémites

Ses propos orduriers contre Hollande considéré comme un “juif qui le nie” ou contre les “lobbys juifs” seront jugés en juin

Lycée Janson de Sailly (Crédit : Facebook/Janson de Sailly)
Lycée Janson de Sailly (Crédit : Facebook/Janson de Sailly)

Le 23 juin 2017 s’ouvrira le procès d’Anne Guerrier, cette enseignante, aujourd’hui suspendue, du lycée Janson de Sailly à Paris qui avait tenu devant des élèves des propos antisémites et complotistes.

Selon le Canard enchaîné, l’enseignante avait dénoncé sur sa page Facebook l’existence d’un « lobby juif américain » qui soutiendrait la candidate démocrate Hillary Clinton aux élections présidentielles de novembre 2016.

Elle a également affirmé, selon le CRIF, que le président français François Hollande « est un juif qui a profité de son appartenance à la communauté pour monter en politique et se renie, maintenant, en se prêtant un père ‘catholique’ sur Wikipedia. […]. Hollande est juif et le nie. Ça va commencer à rétropédaler de partout, maintenant que la gamelle est moins bonne du côté de la juiverie. »

Le même jour, elle aurait déclaré sur Facebook que « la Shoah a été prévue et organisée par les Juifs ».

Ce sont les élèves du lycée qui ont signalé la teneur des propos de cette enseignante à un autre professeur, qui s’est chargé de prévenir le directeur de l’établissement.

Dans un communiqué datant du 25 août dernier, le lycée Janson de Sailly a annoncé que le Recteur de l’Académie de Paris venait « de prononcer une mesure de suspension à l’encontre de ce professeur ». A ce titre, l’enseignant n’effectue pas la prochaine rentrée scolaire.

Dans ce même communiqué, le lycée parisien a tenu à réaffirmer de manière indéfectible son « attachement aux lois et aux valeurs de la République » en qualifiant de tels propos « d’intolérables » qui « doivent être dénoncés avec la plus grande intransigeance. »

« Ils ont profondément choqué l’ensemble de la communauté Jansorienne et ont porté atteinte à l’honneur et à la dignité de toutes les personnes de notre cité scolaire, » déclare le proviseur de l’établissement, Patrick Sorin.

D’autre part, ce dernier a tenu à indiquer que l’équipe de la Direction n’était pas au courant de la tenue de tels propos sur les réseaux sociaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...