Projet d’une « Riviera du Moyen-Orient » en Arabie saoudite
Rechercher

Projet d’une « Riviera du Moyen-Orient » en Arabie saoudite

Le royaume a déjà dévoilé des plans pour bâtir NEOM, un méga-projet supposé devenir une Silicon Valley régionale, en plus d'un projet Mer Rouge

Nouf Alosaimi, instructeur de plongée saoudien de 29 ans, et  Tamer Nasr, instructeur égyptien de plongée, explorent une plage sablonneuse de la mer Rouge, près de la cité économique du roi Abdullah, en Arabie saoudite, le 7 mars 2018 (Crédit : AP Photo/Amr Nabil)
Nouf Alosaimi, instructeur de plongée saoudien de 29 ans, et Tamer Nasr, instructeur égyptien de plongée, explorent une plage sablonneuse de la mer Rouge, près de la cité économique du roi Abdullah, en Arabie saoudite, le 7 mars 2018 (Crédit : AP Photo/Amr Nabil)

Le Fonds public d’investissement saoudien a présenté mercredi le projet de construire une destination touristique de luxe sur la côte nord-ouest du pays, dernier d’une série de méga-projets alors que le royaume riche en pétrole cherche à diversifier son économie.

Ce projet, baptisé « Amaala » serait « une extension naturelle de la mer Méditerranée, appelée la Riviera du Moyen-Orient », selon un communiqué du Fonds diffusé par le ministère saoudien de l’Information.

Sont prévus des hôtels, des villas privées et un yacht club, a détaillé le Fonds.

Le planning et l’importance globale de ces investissements n’ont pas été précisés.

L’Arabie saoudite a impressionné les investisseurs avec une série de projets géants, financés en partie par son fonds souverain, mais les sceptiques mettent en question leur viabilité.

Le royaume a déjà dévoilé des plans pour bâtir NEOM, un méga-projet supposé devenir une Silicon Valley régionale, en plus d’un projet Mer Rouge (une destination touristique bordée de récifs), deux projets se montant à plusieurs centaines de milliards de dollars chacun.

Ces projets s’inscrivent dans le cadre d’un programme baptisé « Vision 2030 », dont le tourisme constitue un élément central.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...