Rechercher

Prolongation de la détention de 15 émeutiers palestiniens de Jérusalem-Est

Suite aux récents affrontements, la police s'engage à poursuivre les enquêtes "dans le but de traduire les personnes impliquées en justice"

Un agent de la police des frontières monte la garde près de la porte de Damas à Jérusalem-Est, dans la nuit du 27 janvier 2022. (Crédit : Police israélienne)
Un agent de la police des frontières monte la garde près de la porte de Damas à Jérusalem-Est, dans la nuit du 27 janvier 2022. (Crédit : Police israélienne)

Un tribunal a ordonné dimanche la prolongation de la détention provisoire de 15 Palestiniens arrêtés lors de  récentes émeutes à Jérusalem-Est.

La police a déclaré que dix des suspects, tous originaires des quartiers d’Issawiya et d’A-Tur, ont été arrêtés tôt dimanche, soupçonnés d’avoir jeté des pierres et d’autres objets sur des véhicules de police la semaine dernière.

« Au cours de ces arrestations, un autre suspect – un résident d’Issawiya – a été arrêté après avoir attaqué des agents sur les lieux », selon un communiqué de la police.

Les cinq autres suspects étaient déjà en détention.

La police arrête plusieurs Palestiniens accusés d’émeutes à Jérusalem-Est lors d’une rare tempête de neige, le 26 janvier 2022. (Crédit : Police israélienne)

La police a déclaré qu’elle demanderait probablement au tribunal, lundi, de prolonger la détention provisoire d’autres suspects qui ont été arrêtés.

« La police a l’intention de continuer à enquêter de manière approfondie sur ces incidents dans le but de traduire les personnes impliquées en justice. En outre, les arrestations de suspects supplémentaires seront effectuées en fonction de l’avancement de l’enquête et si nécessaire », a indiqué le communiqué.

Les affrontements entre la police et les Palestiniens de Jérusalem-Est ont éclaté à A-Tur pendant une tempête hivernale mercredi, au lendemain de la démolition d’une maison dans le quartier.

La police a accusé les émeutiers d’avoir profité de la neige qui s’abattait sur la zone pour blesser des policiers et des civils.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...