Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Quatorze professeurs israéliens décrochent les meilleures bourses de recherche de l’UE

Des chercheurs de l'Université hébraïque, du Technion, de l'Université de Tel Aviv et de l'Institut Weizmann recevront chacun un financement de 2,5 millions d'euros du Conseil européen de la recherche

Dee gauche à droite : le professeur David Kazhdan, la professeure Maren R. Niehoff et le professeur Nathan Lineal de l'Université hébraïque. (Autorisation)
Dee gauche à droite : le professeur David Kazhdan, la professeure Maren R. Niehoff et le professeur Nathan Lineal de l'Université hébraïque. (Autorisation)

Quatorze chercheurs d’universités israéliennes ont reçu de prestigieuses subventions du Conseil européen de la recherche (ERC), a-t-on appris jeudi.

Les bourses de recherche financées par l’UE s’élèvent chacune à environ 2,5 millions d’euros, déboursées sur cinq ans, avec un million d’euros supplémentaire disponible dans certains cas.

Ces bourses sont « parmi les bourses de recherche les plus prestigieuses et les plus compétitives offertes par l’Union européenne. Elles permettent à des chercheurs chevronnés de poursuivre des projets ambitieux capables de catalyser d’importantes percées scientifiques », a déclaré l’Université hébraïque dans un communiqué annonçant ses trois lauréats : David Kazhdan, de l’Institut de mathématiques Einstein ; Nathan (Nati) Linial, de l’École d’informatique et d’ingénierie du Bénin, de l’Institut de mathématiques Einstein et du Centre Federman pour l’étude de la rationalité ; et Maren R. Niehoff, titulaire de la chaire Max Cooper de pensée juive à la Faculté des lettres et sciences humaines.

Au Technion, le professeur Michael Glickman, doyen de la faculté de biologie, et le professeur Jackie Schiller, de la faculté de médecine Rappaport, ont reçu les subventions.

Trois lauréats de l’Université de Tel Aviv ont été récompensés : Yair Bar-Haim de la Sagol School of Neuroscience, Amir Shpilka du département d’informatique et Rafael Pass, également du département d’informatique.

Avant l’annonce de la remise des prix, le Times of Israel a pu réaliser de brèves interviews avec les trois lauréats de l’Université hébraïque.

Grand maître des mathématiques

Dans son communiqué, l’Université hébraïque a indiqué que le professeur David Kazhdan avait été récompensé pour « ses recherches sur la découverte de symétries cachées dans divers domaines mathématiques et l’exploration de leurs applications ». Son travail vise à mettre en lumière des liens inattendus entre des théories mathématiques disparates et à tirer parti de ces symétries pour résoudre des problèmes complexes ».

Interrogé sur ses recherches, Kazhdan, 77 ans, a fait remarquer qu’il « est totalement impossible de présenter ces idées au grand public ». Les mathématiques de haut niveau, « en général, ne peuvent pas être expliquées à une personne ordinaire – car on utilise des termes qu’elle ne connaît pas », a-t-il expliqué.

Illustration montrant une variété de formules mathématiques. (Crédit : Inga Nielsen/Shutterstock)

« Beaucoup de choses n’ont pas l’air symétriques, mais il y a des connexions cachées », a-t-il poursuivi. Sa recherche est « une façon de trouver des synthèses inattendues. C’est difficile à expliquer. J’insisterai sur le fait que, même si le développement des mathématiques abstraites n’a généralement pas d’applications immédiates, les mathématiques en général sont extrêmement utiles et applicables, mais il faut du temps pour que les choses se concrétisent ».

Kazhdan a cité la mécanique newtonienne classique et les « séries de Fourier en mathématiques pures ». Ces deux éléments, a-t-il dit, sont aujourd’hui utilisés en informatique et de bien d’autres manières, mais ils ont commencé « en tant que pensée abstraite totale ».

Il a admis que ses propres recherches mathématiques n’avaient « pas d’applications pratiques immédiates », mais a prédit qu’à long terme, elles pourraient être utilisées d’une multitude de façons. « Je ne sais pas comment les gens l’appliqueront », a-t-il admis.

Né à Moscou en 1946, Kazhdan a mené une brillante carrière à Harvard, où il est aujourd’hui professeur émérite, avant d’immigrer en Israël en 2002. Il a bénéficié d’une bourse MacArthur en 1990-1995 et a reçu le prix Israël pour ses travaux en 2012. Il a également reçu le prestigieux prix Shaw pour les sciences mathématiques en 2021. C’est la troisième fois qu’il reçoit l’ERC Advanced Grant pour ses recherches.

Kazhdan prévoit d’utiliser la bourse pour financer des étudiants postdoctoraux, organiser des conférences et inviter des conférenciers étrangers.

L’autre mathématicien de l’Université hébraïque récompensé, le professeur Nathan (Nati) Linial, effectue des recherches sur les codes correcteurs d’erreurs. « Toute communication, que ce soit entre humains ou entre machines, est sujette à des bruits extérieurs. Dans ses recherches, Linial et ses étudiants ont développé des méthodes mathématiques utilisant l’analyse, l’optimisation et la combinatoire pour analyser l’équilibre optimal entre le taux d’un code correcteur d’erreurs et le nombre d’erreurs qu’il peut corriger », indique l’avis de concours.

Le réparateur de bruits

Linial, un homme sympathique et enthousiaste, portait un T-shirt aux couleurs de sa ville, Petaluma (Californie), lorsqu’il a été contacté par Zoom, dans une salle de classe de la ville. Il a contribué à développer le « modèle de Petaluma » pour la théorie des nœuds, un des aspects des théories mathématiques qu’il étudie.

« D’une manière générale, mes recherches portent sur des problèmes célèbres et difficiles. Je m’efforce de les résoudre. Les questions sont tellement connues et difficiles que même si nous faisons quelques progrès, c’est déjà très bien », a-t-il expliqué.

Illustration : Des scripts de programmation sur un écran d’ordinateur. (Crédit : Motortion/iStock by Getty Images)

Le principal problème « concerne le codage et les codes correcteurs d’erreurs. Il s’agit d’un problème très important à bien des égards », a-t-il déclaré. Lorsque les ordinateurs communiquent, il y a « toujours du bruit », c’est-à-dire de petites erreurs ou des modifications non désirées, « de sorte que le récepteur ne reçoit pas toujours ce que l’expéditeur a envoyé ».

C’est ce qu’on appelle le « problème de la distance par rapport au débit » dans les codes. Aussi étrange que cela puisse paraître, il s’agit d’une question très fondamentale, et ce qui est étonnant, c’est que les derniers progrès significatifs ont été réalisés à la fin des années 70, de sorte que nous sommes coincés avec ce problème depuis de nombreuses années », a analysé Linial.

Les recherches qu’il effectue, avec ses étudiants, représentent « quelques nouvelles idées, quelques premiers progrès » dans ce domaine, a-t-il déclaré. « Les codes sont utilisés partout, dans toutes les communications. De nombreuses technologies essentielles dépendent de codes propres… Les codes correcteurs d’erreurs sont omniprésents. Il s’agit de questions très fondamentales et critiques pour de nombreuses technologies », a-t-il souligné.

C’est la deuxième fois que Linial reçoit la subvention avancée du CER. Il prévoit d’utiliser ces fonds pour recruter davantage d’étudiants postdoctoraux et investir dans des grappes d’ordinateurs, qui sont des séries d’ordinateurs puissants reliés entre eux pour réaliser des processus et des tests avancés.

Linial prévoit également d’utiliser les fonds pour envoyer ses étudiants à des conférences à l’étranger et organiser des réunions universitaires en Israël. « En raison de la situation politique du pays, c’est un bon service que de faire venir des gens de l’étranger. Je pense qu’à l’heure actuelle, les bonnes nouvelles sont rares. Cela me rend très heureux… Les prix sont fantastiques. Nous en avons reçu deux en mathématiques et un en sciences humaines », a-t-il déclaré.

Une nouvelle façon de regarder le passé judéo-romain

La troisième bourse de l’Université hébraïque a été attribuée à la professeure Maren R. Niehoff, historienne du judaïsme ancien et des cultures environnantes, pour « ses recherches sur l’interface entre le judaïsme et la culture gréco-romaine, avec un accent particulier sur l’influence de Rome ». Ses travaux portent sur l’évolution du judaïsme au sein de l’Empire romain d’un point de vue philosophique, juridique et littéraire, et mettent en évidence des transformations parallèles chez les Grecs et les Chrétiens », indique l’avis.

Jointe par téléphone, Mme Niehoff a expliqué que « l’objectif principal du projet est de créer un nouveau langage sur la compréhension entre les Juifs, les Grecs, les Chrétiens, les Romains et les locuteurs de latin » dans le monde antique.

« Le projet part du principe que Rome a joué un rôle vital en tant que force impériale et colonisatrice, influençant la myriade de cultures sous l’empire et étant influencée par elles à son tour, explique-t-elle.

« Nous ne pouvons pas comprendre le développement du judaïsme, l’émergence du christianisme ou les changements spectaculaires de la culture grecque sans tenir compte de l’impact de Rome, qui est généralement négligé », a déclaré Mme Niehoff.

« Tout le monde sait que Rome a conquis le monde antique », c’est pourquoi les historiens se sont traditionnellement concentrés sur les aspects militaires, politiques et économiques de l’histoire romaine, explique-t-elle. « Il y a eu un décalage… Ce projet vise à rassembler les choses, à montrer comment Rome a réinterprété le patrimoine international et influencé les cultures que les Romains ont soumises. »

Niehoff prévoit d’utiliser la subvention pour constituer une équipe pluridisciplinaire et internationale composée d’étudiants en doctorat et en postdoctorat, de personnel invité et de chercheurs étrangers. « L’idée est de faire en sorte que les gens se parlent et travaillent en équipe, de créer un groupe de réflexion qui travaille ensemble au quotidien », a-t-elle déclaré. Toutes les sources primaires sont numérisées, ce qui facilite ce type de collaboration.

Outre les projets de publication des résultats de la recherche, Neihoff espère que son travail aura « un impact très concret sur le système éducatif ». Grâce à ses contacts avec le ministère de l’Éducation, elle a l’intention d’organiser des séminaires spéciaux pour les professeurs d’histoire du secondaire afin de « rafraîchir un peu la façon dont le judaïsme ancien est enseigné dans les lycées en Israël… Nous espérons obtenir des résultats très concrets. L’un des objectifs est de traduire certains textes grecs et latins [en hébreu] afin qu’ils soient plus facilement accessibles, que les lycéens et les lecteurs éduqués puissent eux-mêmes faire le lien entre les différentes cultures ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.