Quatre arrestations dans des affrontements à Jaffa
Rechercher

Quatre arrestations dans des affrontements à Jaffa

Des centaines de manifestants se sont réunis après la reprise de travaux sur un ancien cimetière musulman ; il y a eu des jets de pierres ; la police est accusée de force excessive

La police se prépare à affronter des manifestants à Jaffa, le 19 juillet 2020 (Crédit : Police israélienne)
La police se prépare à affronter des manifestants à Jaffa, le 19 juillet 2020 (Crédit : Police israélienne)

Quatre manifestants ont été arrêtés au cours d’affrontements avec la police à Jaffa, dimanche soir, durant des manifestations contre un projet de la municipalité de faire construire un foyer pour sans-abris sur un ancien cimetière musulman.

Environ 200 habitants ont participé à ce mouvement de protestation, certains incendiant des poubelles et jetant des pierres et des pétards sur les agents, a noté la police. De leur côté, les protestataires ont accusé les policiers d’usage excessif de la force.

La police – certains agents étaient à cheval – ont pris en chasse les manifestants à travers les rues. Ils ont utilisé des canons à eau et des grenades incapacitantes pour disperser la foule.

Le quotidien Haaretz a cité des propos tenus par Tareq Ashkar, chef du conseil islamique de Jaffa, qui a estimé que si les forces de l’ordre avaient pris des « pincettes » pour contenir les manifestants à Tel Aviv au cours d’une manifestation anti-gouvernementale au cours du week-end, les protestataires arabes, à Jaffa, avaient de leur côté essuyé des grenades incapacitantes.

Les manifestations ont eu lieu moins d’une semaine après la reprise des travaux du foyer pour sans-abris, à l’issue d’une décision prise au début du mois par la Cour de Tel Aviv de rejeter la plainte déposée contre la construction de la structure par le conseil islamique de Jaffa.

Les constructions, au sommet du cimetière, ont donné lieu à des journées de protestation à Jaffa au cours des deux derniers mois. Jaffa est une ville majoritairement arabe qui fait partie de la municipalité de Tel Aviv.

Le cimetière, connu en arabe sous le nom de Maqbarat al-Isaaf, est l’un des quelques cimetières musulmans de Tel Aviv. Le site n’avait jamais été remarqué pendant de nombreuses années jusqu’à ce que la ville décide d’y construire un foyer de trois étages. Lorsque les bulldozers avaient démoli le bâtiment qui se trouvait sur le cimetière pour laisser la place au foyer, les ossements d’une trentaine de personnes avaient alors été retrouvés enterrés là.

Le conseil islamique avait commencé à mobiliser les résidents pour qu’ils empêchent la démolition, mais la municipalité avait rejeté l’idée que le terrain avait une signification spéciale pour la communauté musulmane de Jaffa, notant qu’il avait été abandonné pendant des décennies, sinon pendant des siècles.

La municipalité avait également affirmé que le projet serait mené à bien en respectant les ossements présents sur le site, qui ne seraient déplacés « qu’au minimum nécessaire ».

Des mouvements de protestation récents contre cette démolition ont été l’occasion de confrontations violentes entre manifestants et policiers, qui ont procédé à des arrestations. Des voitures et des poubelles ont été incendiées, des pierres ont été jetées sur les policiers et un cocktail Molotov a été projeté sur un bâtiment municipal. Suite à ces événements, les deux membres arabes du conseil municipal de Tel Aviv-Jaffa ont quitté leurs fonctions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...