Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Huit Français tués dans l’attaque du Hamas, 20 disparus selon le Quai d’Orsay

Le parquet antiterroriste, compétent en matière de crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis contre des Français à l'étranger, a indiqué être "en lien" avec le ministère des Affaires étrangères

Une photo aérienne montrant le site abandonné du festival Supernova, près du kibboutz Reim, dans le désert du Negev, qui a été attaqué par des terroristes du Hamas, le 10 octobre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Une photo aérienne montrant le site abandonné du festival Supernova, près du kibboutz Reim, dans le désert du Negev, qui a été attaqué par des terroristes du Hamas, le 10 octobre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le bilan des Français victimes des attaques en Israël est désormais de 8 morts et 20 disparus dont certains « ont très probablement été enlevés », a annoncé mardi la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, prévenant que ce bilan risquait de s’alourdir.

« Malheureusement, au fur et à mesure que les autorités israéliennes procèdent aux vérifications, à l’identification, le bilan des victimes s’accroit », a-t-elle déclaré en amont d’une audition devant l’Assemblée nationale.

« J’ai ainsi la grande tristesse de devoir vous informer qu’à cette heure, nous déplorons le décès de huit compatriotes dans ces attaques terroristes et nous sommes sans nouvelles de 20 disparus », a-t-elle ajouté.

Elle a précisé que certains d’entre eux avaient « très probablement » été enlevés, dont « au moins un enfant et peut-être plusieurs ».

La ministre a aussi annoncé « la mise en place d’un vol spécial par Air France ce jeudi dans le cadre d’une opération coordonnée par le centre de crise » du Quai d’Orsay pour rapatrier des Français qui n’ont pas pu rentrer.

Catherine Colonna a souligné la mobilisation de son ministère « pour clarifier la situation » des Français et « tout faire pour les retrouver, (…) pour les libérer quand ils sont otages ».

Près de 62 000 ressortissants français sont enregistrés auprès du consulat général à Tel-Aviv et 25 000 à Jérusalem, toujours selon le ministère des Affaires étrangères. En outre, « de nombreux Français de passage se trouvent actuellement sur place ».

Le ministère a renouvelé lundi son appel « aux Français se trouvant actuellement en Israël à respecter les consignes d’extrême vigilance émises par nos équipes de l’ambassade de France à Tel-Aviv, le consulat général à Jérusalem et par les autorités israéliennes ».

La cheffe de la diplomatie a également répété qu’il n’y avait « aucune justification possible au terrorisme » et dénoncé des « actes de terreurs perpétrés contre des civils et des soldats ».

Les prises d’otages « sont des actes abjects qui démontrent la nature terroriste du Hamas et nous demandons la libération sans conditions » de ces otages.

Parmi les Français tués figurent notamment Benjamin Loeb, 23 ans, parachutiste dans l’armée israélienne et Avidan T., 26 ans, un jeune Français originaire de Bordeaux (sud-ouest) et vivant en Israël, ont annoncé mardi le consistoire de Bordeaux et le député des Français de l’étranger Meyer Habib (droite), qui avait signalé lundi la disparition du jeune homme.

Plus de 900 personnes ont été tuées en Israël depuis le début de l’offensive samedi, et 2 616 blessées, selon les autorités. Côté palestinien, 687 personnes ont été tuées et 3 727 blessées, selon les autorités locales.

Nombre de ressortissants d’autres pays, certains ayant aussi la nationalité israélienne, ont été tués dans l’offensive, notamment 18 Thaïlandais, 10 Népalais, 11 Américains, sept Argentins, deux Ukrainiennes, un Russe, un Britannique, un Cambodgien et un Canadien.

Avant ses propos, les députés ont observé une minute de silence.

Par ailleurs, le ministère français des Affaires étrangères, qui avait annoncé la veille qu’un enfant de 12 ans se trouvait parmi les personnes portées disparues.

Le groupe terroriste islamiste palestinien Hamas a enlevé quelque 150 personnes sur le territoire israélien.

Sollicité par l’AFP, le parquet antiterroriste français, compétent en matière de crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis contre des Français à l’étranger, a indiqué lundi être « en lien avec le Quai d’Orsay ».

L’objectif « est d’obtenir des informations sur les victimes et les circonstances de leur décès pour décider de l’ouverture ou non d’une ou plusieurs enquêtes et définir la ou les qualifications qui pourraient être données aux faits », a-t-il précisé.

Des milliers de personnes se sont rassemblées lundi à Paris et dans plusieurs villes pour manifester leur soutien à Israël, ont constaté des journalistes de l’AFP.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.