Qui est le Groupe Archimedes, la société israélienne interdite par Facebook ?
Rechercher

Qui est le Groupe Archimedes, la société israélienne interdite par Facebook ?

Le groupe qui se targuait de "changer la réalité" pour ses clients était enregistré par l'agence Grey Content. Le PDG d'Archimedes a été à la tête d'European Friends of Israel

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

La page d'accueil du site internet du Groupe Archimède, avant le 16 mai.
La page d'accueil du site internet du Groupe Archimède, avant le 16 mai.

Le 16 mai, le réseau social Facebook a annoncé qu’il avait retiré 265 comptes, pages, groupes et événements Facebook et Instagram liés au Groupe Archimedes, une entreprise basée à Tel Aviv, et qu’il cherchait à interdire Archimedes du réseau social.

Facebook a déclaré que l’entreprise, qui se vantait sur son site internet de pouvoir « changer la réalité en fonction des souhaits de notre client », était impliquée dans une « attitude inauthentique coordonnée » visant des utilisateurs dans des pays d’Afrique sub-saharienne, d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est dans un effort visant à influencer les discours politiques dans ces régions.

Parmi les pays qui seraient ciblés par Archimedes, il y aurait la Malaisie, le Congo, la Tunisie et le Togo. Un rapport du Atlantic Council’s Digital Forensic Research Lab a mis en évidence qu’Archimedes a travaillé pour le candidat victorieux aux élections présidentielles nigériennes en février, le président sortant Muhammadu Buhari. L’une des pages que Facebook a retirée semblait remplie de fausses informations virales attaquant Atiku Abubakar, l’ancien vice-président et principal rival de Buhari. L’image de couverture de la page montrait Abubakar en Darth Vador, le méchant de Star Wars, tenant une pancarte où l’on pouvait lire « Faites que le Nigéria soit encore pire ».

Facebook a bloqué Archimedes pour son « attitude coordonnée et trompeuse » et a mené une fermeture rapide de comptes et des pages qui visaient directement à perturber des élections dans des pays africains. Dans l’ensemble, les comptes trompeurs disposaient d’environ 2,8 millions d’utilisateurs, et les pages faisaient réagir plus de 5 000 abonnés, selon des estimations de Facebook. Facebook a déclaré qu’Archimedes avait dépensé environ 800 000 dollars en fausses publicités et que son activité trompeuse remontait à 2012.

Alors que les médias du monde entier ont fait des hypothèses sur le groupe Archimedes, qui se cache derrière, et ses motivations, les données publiques disponibles apportent certaines réponses à ces questions.

Le site internet du Groupe Archimedes

Jusqu’au 16 mai, date à laquelle Facebook a bloqué Archimedes, le site internet même de l’entreprise, vendant ses services, a déclaré qu’il avait joué « des rôles significatifs dans de nombreuses campagnes politiques, parmi lesquelles des campagnes politiques et d’autres projets sur les réseaux sociaux dans le monde entier », et qu’il utilise « chaque atout disponible pour changer la réalité selon les souhaits de ses clients ».

Le site internet n’a pas révélé le nom d’individus associés à l’entreprise, mais donnait bien une adresse : 98 rue Yigal Alon à Tel Aviv, celle de la célèbre Tour Electra de 45 étages.

Une fois que Facebook a dévoilé publiquement ces informations, Archimedes a radicalement modifié son site internet — ar-gr.com — qui, au moment de l’écriture de l’article, présente seulement une page d’accueil sans autre contenu.

Le site a été enregistré le 16 janvier 2016, par quelqu’un utilisant l’adresse harel.eldan@g-c.co.il. Le domaine g-c.co.il appartient à Adler Chomski Communication Marketing Ltd, l’une des plus grandes entreprises de publicité d’Israël, et l’individu qui a enregistré le site, Harel Eldan, est listé dans l’annuaire de l’Association des agences israéliennes de publicité.

Eldan est aussi la personne de contact pour une entreprise de publicité connue sous le nom de “Grey Content Ltd”, qui est une filiale d’Adler Chomski Communications. Grey Content était située au 98 Yigal Alon, l’adresse qui était indiquée jusqu’à récemment comme étant celle du Groupe Archimedes. (Grey Content a depuis déménagé au 148 Menachem Begin).

Quand le Times of Israël a appelé Grey Content Ltd, Harel Eldan a elle-même répondu au téléphone. Elle a déclaré qu’elle est responsable administrative à Grey Content. Elle a dit qu’on lui avait demandé, dans le cadre de ses fonctions, de faire l’acquisition du nom du domaine ar-gr.com en 2016, soulignant qu’elle ne savait rien d’autre sur le Groupe Archimedes.

Le Times of Israel s’est ensuite entretenu avec Rami Rushkeviz, le PDG de Grey Content, qui a déclaré que Grey Content Ltd. n’avait absolument rien à voir avec le Groupe Archimedes et que son entreprise avait simplement fourni les services d’enregistrement du site pour un homme du nom d’Elinadav Heymann.

« Je pense que leurs bureaux sont quelque part à Modiin, a-t-il dit. Nous les avons aussi aidé à créer des cartes de visite et diapo. Nous fournissons ces services à des centaines d’entreprises chaque année ».

Harel Eldan, responsable administrative à Grey Content Ltd, a enregistré le site internet du Groupe Archimède (Facebook).

Grey Content Ltd a fait l’objet de polémiques en Israël ces dernières années, même si l’entreprise elle-même n’a jamais été accusée d’aucune faute.

En février 2018, le site d’information de l’industrie de la publicité ice.co.il a mis en lumière que Grey Content avait reçu un tiers du budget de la publicité à la télévision du gouvernement en 2016 – deux fois plus d’argent que ses compétiteurs suivants les plus embauchés – et l’entreprise avait reçu un total de
31,1 millions de shekels (environ 7,7 millions d’euros) de l’argent du contribuable en 2016 et pour la première moitié de 2017, sans qu’aucune offre d’appel ne soit publiée.

Grey Content a également été impliqué dans une inculpation criminelle datant de novembre 2017 dans le scandale Yisrael Beytenu, une série de poursuites judiciaires contre des politiciens et des conseillers du parti d’Avidgor Liberman qui ont touché des pots-de-vins contre l’allocation de l’argent du gouvernement vers certaines entités. (Liberman n’a pas été soupçonné dans l’affaire).

Grey Content n’est pas mis en cause dans l’affaire; Moshe a été inculpé pour corruption. Keidar et Moshe ont nié les accusations. L’affaire est en cours.

Le PDG du Groupe Archimedes ?

Ailleurs en ligne, le site internet Negotiations.ch, qui s’auto-définit comme « vos experts pour des négociations difficiles », identifiait jusqu’à récemment Elinadav Heymann comme le PDG du Groupe Archimedes, présentant Heymann comme l’un de ses experts. Le site précisait qu’il était auparavant directeur de l’European Friends of Israel à Bruxelles. (Une petite vidéo d’Heymann, occupant cet emploi, est disponible en ligne ici). Avant cela, il a été porte-parole et conseiller à la Knesset, et avant cela un « agent du renseignement » pour l’armée de l’air israélienne, déclarait le site Négociations.ch.

Au moment de l’écriture de l’article, le résultat pour Heyman n’était plus disponible sur le site internet de Négociations.ch.

Présentation d’Elinadav Heymann sur le site internet Négociations.ch

Le Times of Israël a appelé, envoyé des messages et des emails à Heymann, mais n’a pas eu de nouvelles de sa part avant la publication de cet article.

Elinadav Heymann (Capture d’écran: YouTube)

Harel Eldan a déclaré au Times of Israël qu’elle n’avait jamais entendu parler d’Elinadav Heymann et qu’elle ne connaissait personne qui travaillait sous ce nom au sein de Grey Content.

Rami Rushkeviz, le PDG de Grey content, a confirmé au Times of Israël qu’Elinadav Heymann était sa personne de contact pour le Groupe Archimedes, mais il a dit qu’il n’avait rien à voir avec Heymann depuis que son entreprise a enregistré le site internet et a fourni des services d’inscription au Groupe Archimedes.

L’European Friends of Israel, l’ancien employeur d’Heymann, fait du lobby au Parlement européen pour défendre les causes liées à Israël. Le groupe n’est pas affilié au gouvernement israélien et ses sources de financement sont difficiles à déterminer. Pourtant, deux groupes caritatifs juifs, la Fondation Matanel et le Congrès juif Euro-Asie, ont mentionné dans des rapports et sur des sites internet affiliés avec eux qu’ils fournissent un financement au groupe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...