Qui est « le punk–rock-poète-acteur » derrière le rôle du ‘Fils de Saul’ ?
Rechercher

Qui est « le punk–rock-poète-acteur » derrière le rôle du ‘Fils de Saul’ ?

Presque 30 ans après que sa première visite bouleversante à Auschwitz, Géza Röhrig retourne aux crématoires dans un film nommé aux Oscars

La performance étonnante de Géza Röhrig dans "Son of Saül" qui est en lice pour un Golden Globe Award, le dimanche 10 janvier 2015 (Crédit : Autorisation)
La performance étonnante de Géza Röhrig dans "Son of Saül" qui est en lice pour un Golden Globe Award, le dimanche 10 janvier 2015 (Crédit : Autorisation)

Abandonné dans un orphelinat hongrois à l’âge de 4 ans, Géza Röhrig avait 12 ans quand une famille juive l’a adopté. Né avec le nom hébreu Rafael Zvi, il a passé les sept ans suivantes à s’attacher à son nouveau grand-père.

Dans une conversation avec le Times of Israel, il s’est rappelé comment ensemble ils ont assisté aux offices du matin dans la synagogue locale. Le journal dans la main, son grand-père lit les pages sportives, puis se levait pour la prière pour les parents défunts, le kaddish et les longues affirmations de la amidah, lisant toujours les nouvelles.

Peu après son adoption, en jouant aux échecs ensemble, Röhrig a demandé a posé des questions à son grand-père à propos de photos qu’il a trouvé cachées dans une garde-robe.

L’aîné a rangé le jeu, l’a mené à une étude et a expliqué, par des larmes, que ses parents et sa sœur avaient été tués à Auschwitz. Les russes l’ont libéré du Ghetto de Budapest en janvier 1945. Parce que son grand-père n’a jamais visité Auschwitz par respect pour les victimes, Röhrig promit de le faire à sa place. Quand son grand-père est mort, son dernier mot était « Géza ».

Un jeune mais critique virulent du régime, Röhrig a été à plusieurs reprises arrêté pour avoir publié des articles dans un journal anticommuniste clandestin et expulsé du lycée à 16 ans.

Avec ce record, il ne pouvait obtenir l’admission dans aucune université hongroise. Il a appris que la Pologne l’accepterait plus facilement, donc il a étudié le polonais avec des leçons hebdomadaires avec un expatrié universitaire qui lui a demandé de traduire son poète polonais préféré en hongrois.

Après que Röhrig ait gagné des compétences en polonais, il s’est inscrit à une université à Varsovie. Il a bientôt été transféré à Cracovie, qui a fasciné Röhrig, un rocker punk, avec sa scène d’arts vibrants.

Le Hongrois Géza Röhrig - poète, écrivain, enseignant et, plus récemment, acteur (Crédit : Autorisation)
Le Hongrois Géza Röhrig – poète, écrivain, enseignant et, plus récemment, acteur (Crédit : Autorisation)

Quand Röhrig a finalement fait le voyage de train de 30 minutes jusqu’à Auschwitz, il a amené des pierres de la tombe fraîche de son grand-père pour les placer dans les crématoires en mémoire pour ses parents exécutés – selon la tradition juive de placer des pierres sur tombe.

Sous le communisme, le camp n’était pas commercialisé comme cela l’est aujourd’hui.

« Ce n’était pas une attraction touristique alors, »nous dit Röhrig. « La gravité est sentie différemment. »

Après un jour au camp, Röhrig ne pouvait pas partir. Il a loué une chambre tout près et y est retourné chaque jour pendant un mois, étant assis silencieusement pendant des heures, méditant. Durant ces moments, il le comprend maintenant, c’était pour Dieu, le centre d’une si grande partie de sa colère. L’expérience a inspiré Röhri ses huit livres de poésie.

Quand le mois était fini, ses prochaines étapes étaient claires : Il est retourné à Varsovie, a attrapé un avion pour Israël et s’est inscrit dans une yeshiva pour apprendre la tradition de ses ancêtres. Il n’avait aucun ordre du jour, juste le désir « de connaître ce que c’est d’être juif. » En fin de compte, il a embrassé une vie observante.

Maintenant, presque 30 ans après que cette première visite essentielle, Röhrig retourne aux crématoires dans « le Fils de Saul, » un film nominé pour le Meilleur Film Étranger aux Oscars et a récemment remporté le prix pour la même catégorie aux Golden Globes.

Géza Röhrig pendant sa performance angoissé  dans "Son of Saül" (Crédit : Autorisation)
Géza Röhrig pendant sa performance angoissé dans « Son of Saül » (Crédit : Autorisation)

Le film a fait ses débuts au Festival du cinéma de Cannes où il a décroché le Prix du Jury, le Prix François Chalais pour le dévouement aux valeurs de journalisme et le prix de Critiques de cinéma de la Fédération Internationale.

Röhrig lui-même se considère comme un outsider pour une nomination aux Oscars pour le prix du Meilleur Acteur pour son rôle d’un esclave dans les crématoires, comme un membre du Sonderkommando.

Filmé au nord de Budapest, dans les mêmes environs boisés où il a grandi, Röhrig incarne l’oppression inexprimée du camp. Il garde son regard vers le bas, après chaque ordre comme un automate, une coquille d’un homme qui a presque annihilé son propre sens de soi pour rester vivant. Quand il découvre un cadavre qu’il croit être son fils, son humanité s’éveille à nouveau.

Geza Rohrig avec survivant de l'Holocauste Elie Wiesel  (Crédit : Michael Barker)
Geza Rohrig avec survivant de l’Holocauste Elie Wiesel (Crédit : Michael Barker)

Contraint à donner au garçon un enterrement approprié et à réciter le kaddish, Saul cherche un rabbin dans le chaos d’Auschwitz aux environ d’octobre 1944, quand le Sonderkommando s’est révolté et a fait sauter un crématoire. Partout dans le film, la caméra reste concentrée sur Saul et pas grand-chose d’autre. Le contexte terrifiant reste une ombre.

Röhrig, dont les concerts précédents ont eu lieu il y a 20 ans en Pologne et en Hongrie, a mis son travail comme éducateur juif en attente, d’abord pour le tournage du film puis maintenant pour le promouvoir. Sa transition fascinante à l’écran est documentée, en partie, sur une page Facebook de dirigée par un couple hongrois qui a dessiné un de ses contes Hassidiques originaux. (Un exemple traduit est inclus ci-dessous.)

Avec trois masters derrière lui – un en Littérature de L’Europe de l’Est, un en tournage de Budapest et un en enseignement juif du Séminaire Théologique juif à New York, Röhrig a des nouvelles actuellement en traduction. Son prochain livre de poésie hongroise est en traduction. Il écrit aussi son premier roman.

Dans cette interview avec Times of Israel, Röhrig, aujourd’hui, père marié de quatre enfants à Riverdale, New York, partage avec nous sa performance et son amour de son héritage culturel et spirituel.

Comment avez-vous rencontré le directeur « du Fils de Saul, » László Nemes ?

Le réalisateur de "Son of Saül", Nemes Jeles László (Crédit : Lenke Szilágyi / Wikipedia CC BY-SA 3.0)
Le réalisateur de « Son of Saül », Nemes Jeles László (Crédit : Lenke Szilágyi / Wikipedia CC BY-SA 3.0)

Je n’avais jamais rencontré László avant 2007. Il étudiait à NYU à l’école de film, Tisch. Par des amis communs, nous avons fini un dimanche à Brooklyn autour d’un dîner. Et nous avons commencé à parler, devenus amis, je lui ai montré ce qu’il y avait autour. Il était curieux de la synagogue et de la vie religieuse. Nous parlions beaucoup et ensuite il est retourné à Budapest.

Nous avons perdu contact et ensuite, de façon impromptue, un courrier électronique a surgi en 2013 disant qu’il préparait son premier film et voudrait que je lise le scénario. Nous avions parlé de Shoah. Il savait que je suis lié au sujet.

J’ai lu le scénario et lui ai envoyé un email en retour. « Ceci est un scénario absolument convaincant et je suis démoli. » J’ai dit, « si je peux aider à voir ce film se réaliser, j’adorerais ça. »

Vous êtes un auteur et un éducateur, comment avez-vous fini par jouer le rôle principal ?

Il m’a dit qu’il pensait à moi dans le rôle numéro 2 d’Avraham [qui conspire à faire sauter les crématoires]. J’allais à Budapest de toute façon et nous avons commencé à répéter. Derrière mon dos, le directeur de casting et László ont commencé à penser qu’ils me voulaient dans le rôle principal. Je ne pouvais pas deviner parce que nous improvisions et je ne jouais pas le rôle de Saul. À un moment donné, ils m’ont offert le rôle et j’étais très heureux de cela.

En plus des pertes de votre famille dans la Shoah, comment la perte de votre seul parent quand vous étiez un jeune garçon a eu un impact sur votre représentation de Saul Ausländer ?

Pour jouer Saul dans ce film, cela aide si une personne avait, pour ainsi dire, quelques pertes dans sa vie. Il crée une certaine acoustique. Quand vous n’avez pas quelque chose, qui crée un vide. Il quitte la pièce pour faire écho à des choses dans cette pièce.

Beaucoup de personnes ont perdu beaucoup de membres de la famille dans la Shoah et je pourrais certainement toucher à cette sorte de sentiment parce que signifier quelque chose à quatre, que la personne la plus proche de vous est là et le jour suivant n’est soudainement pas là, cela laisse des marques en vous à vie. Il quitte vos pensées pendant des années avec cette sorte [de conscience], une condition, comment la vie peut être fragile.

Il y a l’irréparable à devenir orphelin. J’ai été adopté à 12 ans. Et avec toutes les bonnes intentions de ma famille juive, ce n’est jamais vraiment vos parents.

L’exécution dans un film d’époque sur l’Holocauste est pleine de demandes émotionnelles et peut-être, des retours inattendus. Le film a-t-il facilité une espèce d’achèvement ou de guérison ?

Le faire indépendamment de Saul pour enterrer son fils m’a aidé à faire la paix entre mon père et moi et l’expérience de pouvoir le laisser partir. Je me sens plus paisible quand je pense à lui depuis le film.

Il a été récemment annoncé que vous recevrez la Récompense de Virtuose à Santa Barbara durant le prochain Festival du cinéma International. Quelles autres opportunités le succès du film vous offrent-ils ?

Le Hongrois Géza Röhrig, la star de " Son Of Saül", qui était un fan dévoué de « Rocky » dans sa jeunesse, et qui en tant que boxeur a acquis son nez marqué (Crédit : Autorisation)
Le Hongrois Géza Röhrig, la star de  » Son Of Saül », qui était un fan dévoué de « Rocky » dans sa jeunesse, et qui en tant que boxeur a acquis son nez marqué (Crédit : Autorisation)

La semaine dernière, le film a reçu la récompense pour le Meilleur Film de Langue étrangère du National Board of Review et Sylvester Stallone a reçu une récompense pour le Meilleur Second rôle masculin dans « le Credo ».

À la cérémonie, Stallone revenait de la salle de bains et je l’ai juste arrêté et ai dit bonjour et nous avons parlé pour environ 15 minutes. J’ai vu le film, « Rocky » probablement plus de 100 fois quand j’étais adolescent.

J’étais boxeur quand j’étais adolescent. Vous pouvez voir – mon nez est cassé. Je lui ai dit honnêtement que je ne me suis pas soucié des autres « Rocky » mais le premier faisait totalement partie de ma mythologie comme un adolescent et si rien d’autre, pour qui, je suis très reconnaissant …je ne peux pas nier que c’était cool.

Quelle a été votre réaction à l’intérêt du public pour votre performance ?

Je vois ceci d’une façon un peu plus sobre ou stoïque. Je ne veux pas développer des espérances à mon égard. Je pense que chaque moment dans la vie est grand parce que nous avons le libre arbitre et nous faisons des choix à chaque moment.

Comme nous ne savons pas quelle mitzvah fait une différence … nous tous avons le moment pour vivre et nous devons sentir ce moment. Si c’est sous les feux de la rampe, soit. Mais si ce n’est pas ça, cela ne le rend pas moins important.

Comment votre apparition dans « le Fils de Saul » a eu un impact sur votre créativité ?

Pour moi pour faire face à un morceau de papier vide et finir une poésie, il n’y a pas plus grand bonheur que cela pour moi. Cela ne va pas changer.

La joie n’est pas en reconnaissance. La joie crée en réalité quelque chose.

Qu’est-ce qui vous attire dans votre travail ?

Si vous vous rappelez le midrash quand les malachim [des messagers angéliques] montent et en bas le sulam [l’échelle] où Yaakov dort, le midrash demande pourquoi s’approchaient-ils en bas ? Je comprends en haut. Je comprends en bas. Mais qu’est-ce qui se passe et en bas ? Pourquoi ils ne peuvent pas se décider ?

Le midrash dit que la raison est parce que le visage de Yaakov a été gravé dans le trône céleste et ils ne pouvaient pas croire que le visage avait le même ci-dessus et ci-dessous. Il y a la potentialité et la réalité et ceci était la première fois que quelqu’un est le visage avait le même là-bas et ici. Il était le même. Il était toujours reconnaissable.

La condition humaine est telle que tout est écrit sur le visage. En général, il n’est pas bon de prier pour soi même. Mais la chose la plus importante, si je pouvais avoir un souhait pour le reste de ma vie, ce ne serait pas que ce soit facile. Ce serait, en pensant au midrash, qu’il soit ce qu’il doit être. Le miracle (dans l’histoire de Yaacov) c’est cela.

Geza Rohrig à Auschwitz dans ‘Son of Saul.’ (Crédit : Autorisation)
Geza Rohrig à Auschwitz dans ‘Son of Saul.’ (Crédit : Autorisation)

Que s’est-il produit pendant votre première visite à Auschwitz pour qu’il vous mène immédiatement en Israël ?

Je me suis mis à prier comme si c’était quelque chose de honteux. J’ai trouvé un survivant là-bas : mon Dieu. Et avec ma prière, je suppose que j’ai voulu le nourrir. C’était étrange parce que je me suis senti à la maison là, pour la première fois.

J’ai pensé, « je ne peux pas être à la maison au milieu de la mort. Il doit y avoir quelque chose ici qui me fait me sentir à la maison. » C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que quelqu’un en a réchappé et c’est mon Dieu. Et ce Dieu mérite d’être nourri en hébreu, c’est pourquoi je suis allé en Israël.

<strong>La Pierre : un Conte Hassidique Par Géza Röhrig

Quand le Grujawitzer Rebbe était sur son lit de mort, son petit-fils de sept ans lui a posé une question : « grand-père, un garçon du voisinage m’a demandé dans le parc s’il y a vraiment un D.ieu qui peut faire quoi que ce soit. Ce D.ieu peut-il créer une si grande pierre que même Lui-même ne peut pas la soulever ensuite ? Grand-père, qu’est-ce que je peux lui répondre ? »

« Dites-lui que Dieu peut. Et cette pierre est ici maintenant, » a dit Grujawitzer, montrant sa propre poitrine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...