Qui figure sur la liste Zehut pro-cannabis de Feiglin ?
Rechercher

Qui figure sur la liste Zehut pro-cannabis de Feiglin ?

Les candidats ne sont pas unis par le soutien à la légalisation de la marijuana, mais par le rejet des opinions dominantes et l'acceptation des questions en marge de la politique

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le numéro deux du parti Zehut, le rabbin Haim Amsalem, s'adresse aux électeurs potentiels à Safed, le 9 mars 2019. (David Cohen/Flash90)
Le numéro deux du parti Zehut, le rabbin Haim Amsalem, s'adresse aux électeurs potentiels à Safed, le 9 mars 2019. (David Cohen/Flash90)

Au cours de ses 20 années d’activisme politique, la capacité de Moshe Feiglin à attirer un grand nombre de fidèles partisans n’a pas été égalée par sa capacité à forger des alliés politiques.

Sa faction d’extrême droite Manhigut Yehudit (leadership juif) a amené des foules de résidents religieux des implantations dans les rangs du Likud, mais aucun membre de haut profil du parti n’a rejoint Feiglin dans ses efforts pour diriger le parti vers son programme d’extrême droite. Un bref passage à la Knesset en tant que membre du parti au pouvoir l’a également mis sur la touche, ses collègues législateurs se joignant rarement à ses votes de protestation renégats contre le gouvernement.

Dans son nouveau parti Zehut, Feiglin a continué à adopter l’image d’un penseur non-conformiste qui repousse les frontières du courant politique dominant. Bénéficiant actuellement d’un fort soutien, dû en grande partie au programme pro-cannabis du parti, l’ancien député est aussi favorable à une politique libertaire radicale avec, paradoxalement, une touche religieuse et nationaliste.

Mais si les récents sondages sont exacts et que le soutien est suffisant pour lui faire franchir le seuil électoral et l’amener à la prochaine Knesset, Feiglin ne sera plus le seul défenseur d’une idéologie politique marginalisée, mais, pour la première fois, le leader d’un parti de plusieurs députés élus selon leur mérite.

Le dirigeant de Zehut, Moshe Feiglin, rencontre des électeurs potentiels à Jérusalem, le 13 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Bien qu’étant le leader incontesté et le chef idéologique de Zehut, Feiglin n’a pas – à une exception près : Haim Amsalem – soigneusement préparé la liste de son parti comme certains autres dirigeants de parti.

Au lieu de cela, dans un effort pour renforcer le soutien du public en augmentant la participation au processus démocratique, il a introduit le premier vote aux primaires d’Israël ouvert à tout le monde.

Les résultats des primaires ont permis d’établir une liste composée peut-être du groupe de candidats le plus varié des 47 partis qui se présentent aux élections du 9 avril. Mais si chacun d’entre eux semble promouvoir un programme politique spécifique, ils sont indéniablement unis – à la fois entre eux et avec leur leader iconoclaste – par un rejet des opinions dominantes et une adhésion à diverses questions en marge de la vie politique.

Avec 4 sièges (juste au-dessus du seuil électoral de 3,25 %) et dans l’espoir d’aller encore plus loin dans la vague de popularité actuelle, voici les candidats qui pourraient rejoindre Feiglin comme nouveaux membres de la Knesset après le 9 avril :

Haim Amsalem – Le rabbin renégat

Ayant rejoint Zehut trop tard pour s’inscrire aux élections internes, le statut de penseur renégat du rabbin Haim Amsalem (ainsi que ses nombreux partisans) a suffi à faire de lui le seul candidat nommé par Feiglin et à ne pas avoir participé aux primaires ouvertes.

Le rabbin Haim Amsalem prend la parole lors de la cérémonie d’ouverture de la campagne de Zehut à Tel Aviv, le 30 janvier 2019. (Flash90)

Ancien membre de Shas à la Knesset, Amsalem a envoyé des ondes de choc dans le monde politique ultra-orthodoxe lorsqu’il s’est séparé du parti en 2011 pour protester contre l’opposition du parti à l’intégration des étudiants de Yeshiva dans l’armée.

Le rabbin a également accusé les dirigeants du Shas d’avoir abandonné leurs électeurs, les Juifs Mizrahi – des Israéliens d’origine moyen-orientale – qui ont longtemps traîné derrière ceux d’origine européenne dans l’échelle socio-économique d’Israël. Les dirigeants du Shas, accusa Amsalem, sont devenus les laquais des rabbins ashkénazes et de leur judaïsme intransigeant et insulaire.

Ne parvenant pas à entrer à la Knesset en 2012 avec son propre parti Am Shalem (Un seul peuple), Amsalem est devenu un invité régulier à la télévision israélienne, se présentant comme un rabbin ultra-orthodoxe différent, qui reconnaît les défauts de sa communauté, l’invite à rejoindre la société israélienne et préconise un judaïsme plus doux que celui qui est actuellement dominant.

Gilad Alper – Économiste libertaire

Derrière Amsalem sur la liste se trouve peut-être le candidat le plus encensé de tous les candidats de Zehut – l’économiste israélien de renom Gilad Alper.

Responsable de la recherche sur les actions étrangères pour le géant israélien Excellence House, Alper est membre du Conseil consultatif économique du ministre des Finances d’Israël depuis 2016, où il s’est fait un nom en tant que fervent partisan de politiques économiques agressives de libre marché.

L’économiste Gilad Alper. (Avshalom Levy/Elad Ackerman)

Selon Feiglin – qui n’est pas quelqu’un que l’on peut accuser de manquer d’ambition – Alper est le candidat de Zehut au poste de ministre des Finances et « assurera un marché véritablement libre qui va faire profiter les citoyens de tout Israël de la prospérité de son pays ».

Connu comme un penseur franc-tireur à la tendance libertaire indéniable, Alper a annoncé son soutien à Zehut lors de son lancement officiel en 2017 et est depuis devenu un membre clé de l’équipe politique du parti.

« En tant que vétéran libéral et activiste dont la priorité est la liberté civile et économique et qui défend des opinions politiques de droite, j’ai attendu pendant de nombreuses années un parti politique comme Zehut – un parti qui présenterait une vision du monde vraiment libérale et le changement dont Israël a tant besoin », explique Alper dans une brève présentation sur le site de Zehut.

Ronit Dror – La femme qui lutte pour les droits des hommes

Vient ensuite en quatrième position la sociologue Ronit Dror, présidente de Letzidchem, la première ONG israélienne qui se concentre sur les hommes victimes de violence et de harcèlement domestiques, et les droits des hommes en matière de divorce.

Ronit Dror. (Avshalom Levy/Elad Ackerman)

Après avoir publié un certain nombre d’articles universitaires sur les conflits entre conjoints et la violence familiale, Dror est devenue une chroniqueuse régulière dans les médias israéliens, commentant les relations entre les sexes et les droits masculins. Critique du mouvement féministe dominant, elle a appelé à « éradiquer le pouvoir politique et économique du lobby féministe ».

Faisant l’éloge de la position élevée de Dror sur la liste, Feiglin a déclaré qu’elle « aidera à protéger la famille en Israël et qu’elle mènera la bataille des pères, des mères et des enfants face aux mécanismes de démantèlement d’Israël ».

Libby Molad – Éducatrice axée sur l’enfant

En cinquième position sur la liste se trouve l’éducatrice de la petite enfance Libby Molad, qui, selon Feiglin – qui ne se contente pas du Trésor public – est la candidate du parti au poste de ministre de l’Éducation.

Libby Molad. (Avshalom Levy/Elad Ackerman)

Molad, ancienne avocate spécialisée dans l’immobilier, est l’une des rares conseillères Montessori d’Israël à enseigner et à défendre la méthode d’éducation Montessori qui préconise une approche éducative centrée sur l’enfant, fondée sur des observations scientifiques des enfants.

Elle plaide ouvertement en faveur d’une refonte du système éducatif israélien pour qu’il ressemble au programme américain des chèques d’éducation, dans le cadre duquel les parents reçoivent des fonds de l’État pour payer directement les écoles privées et spécialisées. « La méthode créera une saine concurrence entre les écoles et il a été prouvé qu’elle améliore les résultats des élèves et la satisfaction des parents à l’égard du système éducatif », a-t-elle déclaré dans une vidéo de campagne avant les primaires.

Mme Molad est également une membre éminente du Mouvement israélien pour la liberté, « un mouvement non partisan qui s’efforce d’accroître la liberté des citoyens d’Israël dans l’esprit du libéralisme classique », qui soutient Zehut lors des prochaines élections.

Autres candidats notables

Plusieurs autres candidats en bas de la liste, bien qu’ils se trouvent actuellement dans des positions irréalistes, sont également connus pour leurs opinions non conventionnelles qui peuvent ou non être la politique officielle du parti.

Shlomo Gordon, par exemple, placé en 13e position, a centré sa campagne électorale des primaires sur une plateforme anti-immunisation, affirmant que « les vaccinations forcées violent le Code du consentement éclairé de Nuremberg » et diffusant des documents mettant en question les pratiques médicales modernes. Répondant à une réaction féroce des réseaux sociaux à la campagne, Feiglin a déclaré jeudi que Goren était « un peu naïf à mon avis, il s’est un peu embrouillé », mais a ajouté qu’il n’était pas en faveur de forcer les parents à faire vacciner leurs enfants.

Gadi Wilcherski lors du lancement de la campagne électorale de Zehut à Tel Aviv, le 30 janvier 2019. (Flash90)

Bien que la question de la légalisation du cannabis ait stimulé la popularité actuelle de Zehut, son plus grand défenseur de la légalisation ne figure qu’au 18e rang de la liste.

L’humoriste, acteur et militant de la légalisation Gadi Wilcherski (dont le vrai nom est Idan Mor) a rejoint le parti en décembre et a depuis participé à la plupart des rassemblements et dans plusieurs vidéos Facebook avec Feiglin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...