Raid sécuritaire de l’AP contre une cellule du Hamas projetant d’attaquer des Israéliens
Rechercher

Raid sécuritaire de l’AP contre une cellule du Hamas projetant d’attaquer des Israéliens

Les agents terroristes de Hébron étaient dirigés depuis Gaza par un “bureau” d’anciens Cisjordaniens exilés dans le cadre de l’échange Shalit

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Des membres des Brigades Ezzedine al-Qassam , la branche armée du Hamas, pendant un rassemblement anti-Israël à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 février 2016. (Crédit : Said Khatib/AFP)
Des membres des Brigades Ezzedine al-Qassam , la branche armée du Hamas, pendant un rassemblement anti-Israël à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 février 2016. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Les services de sécurité palestiniens ont dévoilé ces dernières semaines une cellule du Hamas à Hébron projetant des attaques terroristes contre Israël, y compris des attaques à main armée et des enlèvements, ont déclaré au Times of Israel de hauts fonctionnaires palestiniens.

Les premières arrestations ont été faites par les services de renseignements palestiniens il y a plusieurs semaines et depuis d’autres arrestations d’agents du Hamas ont eu lieu dans la ville de Cisjordanie.

Des sources israéliennes ont confirmé les arrestations.

La cellule de Hébron était dirigée par le « bureau de Cisjordanie » du groupe terroriste, qui est situé à Gaza mais contrôlé par des agents du Hamas originaires de Cisjordanie et déportés à Gaza dans le cadre de l’échange de prisonniers pour le soldat israélien Gilad Shalit en 2011.

Le bureau est dirigé par Abd el-Rahman Ghanimat et Mazen Fuqha.

Ghanimat était auparavant membre des fameuses « escouades Surif » – une cellule terroriste dirigée par Ibrahim Ghanimat, responsable d’une série d’attaques contre des Israéliens dans les années 1990.

Abd el-Rahman Ghanimat purgeait une peine de prison à perpétuité quand il a été libéré dans le cadre de l’accord Shalit.

Depuis les premières arrestations, les médias du Hamas ont annoncé que les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP) ont arrêté chaque semaine quelques membres identifiés du Hamas. Dans un incident, un étudiant affilié au Hamas et membre de l’union étudiante de l’université polytechnique Was de Palestine a été arrêté à l’entrée du campus.

Le bureau de Cisjordanie est considéré comme responsable de toutes les attaques du Hamas en Cisjordanie, et nombre de cellules, en plus du groupe de Hébron, ont connu des raids de la sécurité de l’AP.

L'agent du Hamas Saleh al-Aruri (Crédit : YouTube)
L’agent du Hamas Saleh al-Aruri (Crédit : YouTube)

Saleh al-Arouri, un haut commandant du Hamas exilé en Turquie et qui vit à présent au Qatar, a mené plusieurs tentatives pour perpétrer des attaques et pousse même pour la mise en place d’une infrastructure pour mener des attentats suicides. La récente découverte d’une fabrique de bombes dans le quartier de Jérusalem Est d’Abu Dis est juste un exemple de ces efforts.

Le groupe a également été accusé d’utiliser les résidents palestiniens de Gaza qui ont des permis les autorisant à voyager en Cisjordanie, non adjacente, comme messagers pour transférer de l’argent pour financer les attaques.

Bien qu’Arouri ait quitté Istanbul, les officiels de la défense israélienne disent qu’une structure du Hamas dans la ville similaire au bureau de Cisjordanie continue à diriger des attaques contre des Israéliens.

En février, le ministre de la Défense Moshe Yaalon avait déclaré que la Turquie les autorisait à continuer à agir, et déclaré que cela pourrait empêcher toute détente possible entre Jérusalem et Ankara.

« Les Turcs soutiennent le Hamas, et cela doit être discuté, avait-il déclaré. Je ne suis pas certain qu’il sera possible d’atteindre un accord sur les relations avec la Turquie. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...