Ram Belinkov : en cas de nouveau confinement, pas d’allocations chômage
Rechercher

Ram Belinkov : en cas de nouveau confinement, pas d’allocations chômage

Le confinement, c'est "la solution facile", fustige le directeur du ministère des Finances ; le ministère de la Santé dit que la décision sera prise d'ici 2 à 3 semaines

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des Israéliens sur Jaffa Street à Jérusalem. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des Israéliens sur Jaffa Street à Jérusalem. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le directeur général du ministère des Finances, Ram Belinkov, a déclaré jeudi que le ministère s’opposait à un nouveau confinement pour enrayer la propagation du coronavirus, estimant qu’une telle mesure n’était qu’un moyen d’éviter de s’attaquer correctement au problème.

Il s’est exprimé alors que son homologue du ministère de la Santé a déclaré que l’option du confinement, bien qu’indésirable, était possible, et que les responsables devront prendre une décision dans les semaines à venir si la nouvelle vague d’infections s’aggrave.

Il est question d’un nouveau confinement potentiel pendant les fêtes du Nouvel An juif en septembre, bien que le ministère de la Santé, Nitzan Horowitz, ait déclaré qu’il ne serait imposé qu’en « dernier recours« .

Belinkov a déclaré lors d’un point presse que « nous pensons que le confinement est une solution de facilité, et que c’est une solution que l’on prend quand on ne veut pas faire face [à la situation]. Tous les moyens doivent être utilisés pour éviter un confinement ».

Notant que les précédents confinements ont causé des milliards de shekels de dommages à l’économie, Belinkov a déclaré qu’il était « encore trop tôt » pour discuter de cette idée et qu’un tel discours était préjudiciable aux entreprises parce qu’il semait la panique.

Belinkov a déclaré que le ministère des Finances « réagira rapidement en cas de renforcement des restrictions. Pour le moment, il n’est pas nécessaire de préparer des mesures spécifiques ».

Ram Belinkov (Autorisation)

Toutefois, a-t-il ajouté, si un confinement est jugé nécessaire en raison de la flambée des infections, il est peu probable que le ministère des Finances reproduise son programme de l’année dernière, qui prévoyait que les personnes mises au chômage en raison de la lutte contre le virus recevraient des allocations de chômage prolongées.

« Cela présente des avantages et des inconvénients », a-t-il déclaré. « L’éthique du travail est impactée, les gens ne veulent pas retourner au travail et les entreprises en pâtissent. »

Ses remarques sont intervenues alors que les chiffres du ministère de la Santé ont montré que 3 430 nouveaux cas ont été diagnostiqués mercredi, soit le troisième jour consécutif où le nombre de cas quotidiens a dépassé les 3 000. À la mi-juin, le chiffre quotidien était de l’ordre de quelques dizaines.

Le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, a déclaré jeudi qu’une décision sur les mesures de confinement devra être prise dans les semaines à venir si les taux de morbidité continuent d’augmenter.

Le nouveau directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, au ministère de la Santé à Jérusalem le 13 juillet 2021. (Crédit : Flash90)

« Si la situation s’aggrave, nous devrons le faire dans les deux ou trois prochaines semaines », a-t-il déclaré à la radio de l’armée. « Nous ne voulons pas en arriver à un confinement, mais la situation pourrait le justifier. »

Ash a déclaré qu’il était encore temps de voir si une campagne visant à administrer des injections de rappel aux personnes âgées de 60 ans et plus fonctionnera suffisamment bien pour éviter qu’un confinement ne soit imposé. La campagne visant à administrer une troisième dose de vaccin aux séniors israéliens a débuté vendredi dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...