Ram Shefa, qui a quitté Kakhol lavan, rejoint le parti Travailliste
Rechercher

Ram Shefa, qui a quitté Kakhol lavan, rejoint le parti Travailliste

La formation de centre-gauche qui a élu dimanche Merav Michaeli à sa tête devrait fusionner avec d'autres listes d'ici quelques jours

Ram Shefa, membre du parti Kakhol lavan, à la Knesset à Jérusalem, le 14 mai 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Ram Shefa, membre du parti Kakhol lavan, à la Knesset à Jérusalem, le 14 mai 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

L’ancien député Kakhol lavan, Ram Shefa, a rejoint le parti Travailliste et se présentera aux primaires en date du 1er janvier.

« Heureux et excité par la perspective de me présenter sur la liste Travailliste et de rejoindre une maison politique où je me sens chez moi », a écrit Shefa sur Twitter qui, le mois dernier, a fait partie d’un groupe de neuf législateurs issus de la formation Kakhol lavan de Benny Gantz qui ont quitté les rangs de cette dernière, avant les élections générales.

Shefa devrait démissionner de son poste de président de la Commission de l’éducation, de la culture et des sports de la Knesset suite à cette annonce.

Les primaires du parti travailliste auront lieu trois jours seulement avant la date-limite de l’enregistrement des factions qui se présenteront aux élections du 23 mars. La formation de centre-gauche devrait fusionner avec d’autres mouvements avant cette date du 4 février.

La députée Travailliste Merav Michaeli vote lors des Primaires du parti, le 24 janvier 2020. (Autorisation)

L’annonce de Shefa survient alors que la députée Merav Michaeli a remporté, dimanche, les primaires à la tête du parti Travailliste qui, selon les sondages, risque de ne pas parvenir à franchir le seuil électoral lui permettant d’intégrer le Parlement et de sombrer dans l’oubli.

Michaeli, la seule députée siégeant actuellement au Parlement pour le parti qui figurait dans la course, a remporté la victoire en glanant 77 % des 9 651 votes recueillis. La formation compte un peu plus de 37 000 adhérents.

Michaeli s’est dit ouverte à une alliance avec une autre formation en amont du scrutin dans le but d’augmenter les chances du parti de franchir le seuil électoral – une alliance qui ne pourrait toutefois se conclure qu’avec « un allié idéologique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...