Rassemblement contre l’antisémitisme dans une banlieue de Chicago
Rechercher

Rassemblement contre l’antisémitisme dans une banlieue de Chicago

Skokie voit quelque 500 personnes manifester après que la synagogue a récemment été vandalisée; le rabbin local dit que "ce n'est pas une protestation, mais un cri de douleur"

Rassemblement contre l'antisémitisme à Skokie, dans l'Illinois, le 23 mai 2021. (Crédit : Yvette Alt Miller)
Rassemblement contre l'antisémitisme à Skokie, dans l'Illinois, le 23 mai 2021. (Crédit : Yvette Alt Miller)

SKOKIE, Illinois (JTA) – Après qu’une synagogue de cette banlieue de Chicago a été vandalisée le 16 mai dans ce que la police appelle un crime de haine, les rabbins locaux ne pouvaient pas s’attarder sur les dégâts : ils devaient se préparer pour Shavouot, la fête juive de deux jours, qui commençait ce soir-là.

Une semaine plus tard, cependant, les rabbins ont été le moteur d’un rassemblement de 500 personnes contre l’antisémitisme dans cette ville fortement juive.

Skokie est peut-être mieux connue comme la ville où, en 1977, les défenseurs de la liberté d’expression se sont battus pour que les néo-nazis puissent défiler, mais où le rassemblement final a été dépassé par les Juifs locaux et leurs alliés.

Cette fois encore, les Juifs de la région de Chicago ont été rejoints dimanche par des alliés d’autres communautés, une semaine après que des pro-palestiniens eurent vandalisé la Congrégation Hébraïque Perse de Skokie, laissant les juifs locaux ébranlés et craignant pour leur sécurité.

« Il ne s’agit pas d’une manifestation », a déclaré le Rabbin Zvi Engel de la Congrégation Or Torah à la foule rassemblée à côté de sa synagogue, sur l’une des artères principales de la ville ; « c’est un cri de douleur. »

Le rassemblement était un message indiquant que les Juifs de la région de Chicago n’accepteront pas en silence les attaques anti-juives et le vandalisme d’une synagogue locale.

C’était l’un des nombreux rassemblements publics organisés ces derniers jours par les communautés juives et les groupes pro-israéliens dans de nombreuses villes en réponse aux rassemblements pro-palestiniens et aux incidents antisémites qui ont eu lieu pendant le conflit Israël-Gaza.

Les synagogues de toutes les confessions juives de Skokie ont co-sponsorisé le rassemblement avec plusieurs autres organisations juives, dont le Centre Simon Wiesenthal, un groupe basé à Los Angeles qui lutte contre l’antisémitisme.

Alison Pure-Slovin, directrice de la région Midwest du centre, a déclaré qu’elle avait entendu un nombre inhabituel de non-juifs demandant à être inclus dans le plaidoyer contre l’antisémitisme.

« Les gens me contactent depuis quelques semaines pour me demander ce que nous pouvons faire pour soutenir le peuple juif, » a déclaré Mme Pure-Slovin, tout en ajoutant que le nombre restait décevant et faible.

« En tant que Juifs, nous marchons contre la haine, pourquoi les autres ne nous tendent-ils pas la main ? », s’est-elle interrogée.

Deux organisations non juives se sont officiellement associées au rassemblement : le Conseil de Secours Chrétien Irakien et le Comité Civique Conjoint des Italo-Américains, dont les membres ont ajouté des drapeaux italiens à côté des drapeaux américains et israéliens exposés.

« Nous voulons représenter la communauté italo-américaine », a déclaré Frank Di Paolo.

« Nous avons aussi été victimes de discrimination. »

Rassemblement contre l’antisémitisme à Skokie, dans l’Illinois, le 23 mai 2021. (Crédit : Yvette Alt Miller)

D’autres se sont joints au rassemblement pour manifester leur solidarité avec la communauté juive locale.

« Il est important de s’opposer à la haine et à l’antisémitisme », a déclaré Josina Morita, commissaire du « Metropolitan Water Reclamation District of Greater Chicago » et résidente de Skokie, accompagnée sa fille d’un an, Mei Mei, au rassemblement.

D’autres ont prêté attention aux absents.

Patrick John, le premier président chrétien noir de la « Decalogue Society of Lawyers », une société juridique juive de Chicago, a critiqué dans un discours le mouvement Black Lives Matter, pour avoir repris la cause des droits des Palestiniens sans esprit critique.

John a déploré qu’il n’y ait pas eu plus d’Afro-Américains au rassemblement pour soutenir leurs voisins juifs.

La fédération Juive de Chicago, le « Jewish United Fund », ne faisait pas partie des organisateurs du rassemblement, laissant ce travail aux dirigeants juifs locaux.

La fédération a travaillé avec les autorités locales pour s’assurer que le vandalisme de la semaine dernière soit traité comme un crime de haine, selon son président, Lonnie Nasatir.

« À l’heure actuelle, nous sommes encouragés par différentes parties de la communauté », a déclaré Nasatir.

La démarche de la fédération a suscité le soutien de certains des participants au rassemblement.

« Je pense que la réponse [à l’antisémitisme] doit toujours être une réponse de la base », a déclaré le rabbin Leonard Matanky de la Congrégation KINS à Chicago, un sponsor du rassemblement.

Les organisateurs du rassemblement de Skokie espèrent que leur activisme de base pourra servir de modèle à d’autres communautés en ces temps de peur et d’incertitude.

« Nous sommes plus forts ensemble », a déclaré le Rabbin Ari Hart de « Skokie Valley Agudas Jacob », une synagogue orthodoxe et un autre organisateur du rassemblement.

Selon Hart, les organisateurs du rassemblement, qui comprenaient en fin de compte des juifs réformés, conservateurs et orthodoxes, ont mis de côté leurs différences et se sont unis pour combattre la haine.

« Une partie de ce que signifie ‘achdut’, est que vous devez être flexible et inclusif », a déclaré Hart, en utilisant le mot hébreu pour l’unité juive.

Le rabbin Engel de Or Torah a suggéré que d’autres communautés s’unissent, au-delà des confessions.

« Ceux qui nous veulent du mal ne se soucient guère du siddur (livre de prière juif) que vous utilisez pour prier », a-t-il déclaré.

« Ils savent que nous avons tous la même Torah, le même État d’Israël, et que nous sommes tous de la même famille. »

« Dans des moments comme ceux-là, nous devons nous serrer les coudes pour nous donner de la force et éveiller les consciences. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...