Rassemblements pro- et anti-Netanyahu dans les grandes villes
Rechercher

Rassemblements pro- et anti-Netanyahu dans les grandes villes

Des manifestations des deux parties ont été organisées à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, d'autres ont eu lieu à Tel Aviv et aux abords de Haïfa

Des Israéliens protestent contre la corruption gouvernementale, réclamant la démission de Netanyahu, sur la place Habima de Tel Aviv, le 2 mars 2019 (Crédit :  Tomer Neuberg/Flash90)
Des Israéliens protestent contre la corruption gouvernementale, réclamant la démission de Netanyahu, sur la place Habima de Tel Aviv, le 2 mars 2019 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Des Israéliens partisans et détracteurs du Premier ministre Benjamin Netanyahu se sont réunis à Jérusalem, à Tel Aviv et dans la région de Haïfa, samedi, en réponse à la décision prise jeudi par le procureur-général de mettre en examen le Premier ministre dans trois affaires de corruption.

Les manifestants des deux côtés ont convergé dans des rassemblements opposés aux abords de la résidence du Premier ministre de Jérusalem. Plusieurs centaines de partisans de Netanyahu ont scandé des slogans en soutien au Premier ministre, brandissant des pancartes dénonçant des « médias criminels », mettant en garde contre « une journée sombre pour la démocratie » et demandant : « Stop au coup d’Etat ».

Environ une centaine de manifestants se sont réunis contre le Premier ministre en réclamant sa démission.

A Tel Aviv, environ 2 500 activistes se sont retrouvés sur la place Habima pour réclamer le départ de Netanyahu.

Nitzan Horowitz, chef de l’Union démocratique, a appelé le chef du gouvernement à abandonner ses fonctions et ses collègues du Likud à s’en désolidariser.

« J’en appelle mes opposants politiques, les membres du Likud : Nous assistons au déclin politique, ces jours-ci, du Premier ministre sortant. Et il y a une vie après Netanyahu », a-t-il affirmé.

« L’histoire se souviendra de ceux qui lui auront conservé une loyauté aveugle et auront aidé à la pire dégradation de la démocratie israélienne », a-t-il ajouté.

Le parti Travailliste a également réclamé la démission de Netanyahu, projetant des slogans sur un pont surplombant l’une des principales autoroutes du centre d’Israël.

Pendant ce temps, à Kiryat Bialik, un quartier de Haïfa, environ 200 manifestants soutenant Netanyahu se sont réunis aux abords de la cour régionale des magistrats, réclamant que justice soit rendue au responsable israélien. Certains ont réclamé des poursuites judiciaires à l’encontre du procureur de l’Etat, Shaï Nitzan, et de la principale procureure dans le dossier, Liat Ben-Ari.

https://twitter.com/search?q=place%3A2edb6e240797c549&ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1198303471117709314&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.timesofisrael.com%2Fprotests-for-and-against-netanyahu-expected-in-major-cities-saturday-evening%2F

Un groupe de protestataires s’est également rassemblé aux abords du domicile du procureur-général Avichai Mandelblit à Petah Tikva, un activiste clamant qu’il s’agirait du tout dernier rassemblement organisé suite à la décision prise par Mandelblit de mettre en examen Netanyahu.

Tous les samedis soirs, depuis plus d’un an, des manifestants anti-corruption se retrouvaient à proximité de l’habitation du procureur-général pour demander l’inculpation de Netanyahu, prétendant que Mandelblit faisait traîner les enquêtes. Ces derniers mois, des contre-manifestants soutenant le Premier ministre les avaient rejoints, la police faisant souvent office de tampon entre les deux groupes opposés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...