Rayshard Brooks : Un nouveau drame à Atlanta ravive la colère
Rechercher

Rayshard Brooks : Un nouveau drame à Atlanta ravive la colère

"Un homme a été tué parce qu'il dormait dans une allée et nous savons que ce n'est pas un incident isolé", a réagi Stacey Abrams

La mort à Atlanta d’un homme noir tué par un policier blanc a ravivé la colère des manifestants contre le racisme aux Etats-Unis et provoqué la démission de la cheffe de la police de cette ville du Sud, la mobilisation contre le racisme se poursuivant à travers le monde.

Le médecin légiste a qualifié dimanche d’homicide la mort vendredi soir de Rayshard Brooks, 27 ans. Le restaurant de la chaîne Wendy’s près duquel il avait été mortellement blessé par balle par un policier a été incendié samedi alors que des centaines de personnes manifestaient dans la capitale de l’Etat de Géorgie, bloquant une autoroute.

La mort de Rayshard Brooks est intervenue sur fond de poursuite des manifestations contre les violences policières et le racisme aux Etats-Unis et dans d’autres pays, à la suite du décès le 25 mai de George Floyd, un Afro-Américain qui a péri asphyxié par un policier blanc à Minneapolis (Minnesota).

Une femme portant un masque de protection passe devant un tag dans le Mauer Park de Berlin représentant George Floyd, un homme noir mort à Minneapolis après qu’un policier blanc se soit agenouillé sur son cou pendant plusieurs minutes. (Photo de Odd ANDERSEN / AFP)

La maire d’Atlanta, Keisha Lance Bottoms, dont le nom a été avancé comme possible colistière du démocrate Joe Biden pour l’élection présidentielle de novembre, a annoncé samedi la démission « immédiate » d’Erika Shields, qui dirigeait la police de la ville depuis plus de 20 ans.

Selon un rapport officiel, Rayshard Brooks, 27 ans, s’était endormi dans sa voiture sur l’allée du drive-in du restaurant et des employés de l’établissement ont appelé la police parce que son véhicule bloquait les clients.

L’homme était en état d’ébriété et a résisté lorsque deux policiers blancs ont voulu l’arrêter, affirme le Bureau d’enquête de l’Etat de Géorgie (GBI).

Les images de l’incident, rendues publiques dimanche par la police, montrent une lutte entre les agents et le suspect qui réussit à s’emparer du pistolet Taser de l’un des policiers et prend la fuite.

Mais alors que le GBI affirme que M. Brooks « s’est retourné et a pointé le Taser vers l’agent qui a utilisé son arme », les images montrent que le suspect a le dos tourné au policier quand il est blessé par balles.

Cette capture d’écran tirée d’une vidéo tournée par la caméra du policier d’Atlanta montre Rayshard Brooks en train de parler avec l’agent Garrett Rolfe dans le parking du restaurant Wendy’s, vendredi 12 juin 2020 à Atlanta. (Crédit : Atlanta Police Department via AP)

Transporté dans un hôpital et opéré, il est mort peu après, précisent les enquêteurs, selon lesquels un agent a été blessé.

Le policier qui a tiré, Garrett Rolfe, a été renvoyé de la police d’Atlanta et le deuxième agent impliqué affecté à des tâches administratives, a rapporté la chaîne de télévision ABC News.

Selon le quotidien local Atlanta Journal-Constitution, le procureur du district de Fulton, Paul Howard, a indiqué que son bureau allait décider d’ici le milieu de la semaine des poursuites à engager.

C’est le 48e cas de fusillade impliquant un policier sur lequel le GBI enquête depuis le début de l’année, selon le quotidien. Quinze de ces fusillades ont été mortelles.

Des gens se sont rassemblés devant un restaurant brûlé le deuxième jour suivant la mort par balle de Rayshard Brooks, 27 ans, dans le parking du restaurant, le 14 juin 2020, à Atlanta, en Géorgie. (Crédit : Elijah Nouvelage / AFP)

Un avocat agissant au nom de la famille de la victime, Chris Stewart, a condamné un usage disproportionné de la force envers Rayshard Brooks. « En Géorgie, un Taser n’est pas une arme mortelle (…) Il y avait d’autres options que de lui tirer dans le dos », a-t-il déclaré à des journalistes.

Rayshard Brooks, père de quatre enfants, avait célébré le jour-même le huitième anniversaire de sa fille, selon l’avocat.

L’ex-élue afro-américaine de Géorgie Stacey Abrams, autre colistière potentielle de Joe Biden, a jugé dimanche « légitime » la colère des manifestants.

« Un homme a été tué parce qu’il dormait dans une allée et nous savons que ce n’est pas un incident isolé », a-t-elle expliqué.

James Clyburn, représentant démocrate afro-américain de Caroline du Sud, s’est dit révolté. « Il n’était nul besoin d’utiliser la force létale. Et je ne sais pas ce qui a poussé ce gars à faire cela. Ce doit être dans la culture. Ce doit être le système », a-t-il déclaré sur CNN. Il a pris ses distances avec le slogan « defund the police » (couper les fonds à la police), estimant que « la police a un rôle à jouer » et que « nous devons faire en sorte que son rôle se conforme à l’époque ».

Une manifestation sur le Champ de Mars, en face de la Tour Eiffel, à Paris, le 6 juin 2020, dans le cadre des manifestations « Black Lives Matter » contre le racisme et la brutalité policière à la suite de la mort de George Floyd, un homme noir non armé mort pendant son arrestation par la police de Minneapolis, aux États-Unis. (Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

En Europe, au lendemain de manifestations anti-racistes en France, en Grande-Bretagne ou en Suisse, les Allemands sont descendus dans la rue dimanche.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé la création d’une commission sur les inégalités raciales, appelant à s’attaquer à la « substance » du racisme et pas aux symboles, après de récentes dégradations de statues.

Le président français Emmanuel Macron a assuré dimanche que la France se montrera « intraitable » face au racisme mais « n’effacera aucune trace ni aucun nom de son histoire » et « ne déboulonnera pas de statue ». Human Rights Watch l’a appelé à des « réformes concrètes » pour couper court aux « contrôles d’identité abusifs et discriminatoires » et au « racisme au sein des forces de l’ordre ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...