Réactions après les recommandations de la police contre Netanyahu
Rechercher

Réactions après les recommandations de la police contre Netanyahu

Lapid aurait été un témoin central ; la plupart des députés de l'opposition appellent le Premier ministre à démissionner - option exclue par l'intéressé

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset lors d'un vote pour obtenir un délai de deux semaines pour l'ouverture du nouveau diffuseur public, le 26 avril 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset lors d'un vote pour obtenir un délai de deux semaines pour l'ouverture du nouveau diffuseur public, le 26 avril 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

La police israélienne a recommandé mardi à la justice d’inculper pour corruption, fraude et abus de confiance le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a de nouveau clamé son innocence et exclu de démissionner.

La décision de mettre officiellement en examen M. Netanyahu, 68 ans, dépend maintenant du procureur général Avishaï Mandelblit, qui pourrait mettre plusieurs semaines ou mois avant de trancher.

Dans un communiqué, la police a indiqué « qu’il existait suffisamment de preuves contre le Premier ministre pour l’inculper pour avoir accepté des pots-de-vin, pour fraude et abus de confiance » dans deux affaires qui ont demandé deux ans d’enquête.

Lors d’une intervention télévisée mardi soir, Benjamin Netanyahu a réfuté ces accusations et exclu de démissionner.

« Notre gouvernement terminera son mandat et je suis sûr qu’aux prochaines élections (en novembre 2019), j’obtiendrai de nouveau votre confiance », a-t-il assuré, le visage tendu. « Ces recommandations n’ont aucune valeur juridique dans un pays démocratique ».

Pour le leader du parti travailliste (opposition) Avi Gabbay, « l’ère Netanyahu est terminée ». « C’est le devoir de tout figure publique de renforcer la police et le droit et d’agir pour mettre fin au gouvernement dirigé par Netanyahu », a-t-il écrit sur Twitter.

Yair Lapid, leader du parti Yesh Atid, prend la parole lors d’une réunion à la Knesset le 25 décembre 2017. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Selon Hadashot, le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, a été témoin central d’un accord illicite entre Netanyahu et le magnat israélien Arnon Milchan.

La députée du Meretz, Tamar Zandberg, a demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu de démissionner.

« Un Premier ministre va en prison, c’est un triste jour pour la démocratie », a-t-elle tweeté. « Netanyahu a perdu l’autorité morale sur son gouvernement.

« S’il ne démissionne pas ce soir, chacun de ses 60 membres de la coalition devrait se lever et dire : ‘assez. Lève-toi et pars’ », a écrit Zandberg.

Shelly Yachimovich a aussi demandé à Netanyahu de démissionner. « Un tyran corrompu sans retenue, que la police demande d’accuser des crimes de corruption les plus graves, annonce qu’il ne s’en va pas », a-t-elle tweeté après que Netanyahu a affirmé qu’il ne démissionnerait pas malgré les recommandations de la police.

« Ses actions sont corrompues et laides, son comportement est violent et égocentrique, il est prêt à tout détruire du moment qu’il survit », dit Yachimovich. « Allez, allez, corrompez l’homme. Et vous, ses partenaires, si vous lui permettez de servir dans ce cauchemar, alors la tache de la corruption vous restera pour toujours. »

Eyal Ben-Reuven, de l’Union sioniste, appelle également Netanyahu à « démissionner immédiatement ».

« Allez à votre guise, luttez pour votre innocence », dit-il. « L’Etat d’Israël a besoin d’un leader dont les mains sont propres et qui est uniquement dévoué aux affaires du pays. »

L’éditeur et propriétaire du journal Yedioth Aharonoth Arnon « Noni » Mozes arrive pour interrogatoire à l’unité d’enquête Lahav 433 à Lod le 17 janvier 2017. (Crédit : Roy Alima / Flash90)

Selon la police, le montant des cadeaux offerts par ces hommes d’affaires à Benjamin Netanyahu et aux membres de sa famille s’élève à un million de shekels (environ 230.000 euros) entre 2007 et 2016, sous forme de cigares, bouteilles de champagne et bijoux.

En échange, selon la police, M. Netanyahu a tenté de faire voter une loi fiscale qui aurait profité à Arnon Milchan, tout en essayant de lui obtenir un visa aux Etats-Unis et en accordant un traitement de faveur à certaines de ses entreprises.

La police, qui a interrogé pas moins de 80 témoins, a préconisé des poursuites contre Arnon Milchan pour avoir versé des pots-de-vin.

La police a également estimé qu’il y avait corruption dans le cadre d’un accord secret que M. Netanyahu a tenté de passer avec le propriétaire du Yediot Aharonot, Arnon Moses, pour une couverture favorable de la part de ce journal, le plus grand quotidien israélien payant. Elle a aussi préconisé la mise en examen de M. Moses pour corruption.

Ayman Odeh, le chef de la Liste arabe unie, qualifie Netanyahu de dirigeant « dangereux », disant que le Premier ministre fera tout ce qu’il faut pour rester au pouvoir.

« Netanyahou est un Premier ministre corrompu et dangereux et ce soir, il est encore plus dangereux, car il est clair qu’à partir du moment où son siège devient instable, il fera tout pour rester au gouvernement », tweete Odeh. « Netanyahu doit rentrer à la maison. »

Le ministre du Tourisme, Yariv Levin, fustige la recommandation de la police.

« Ce geste méprisable révélé ce soir est un effort pour lancer un coup contre la volonté de l’électeur », a dit Levin. « C’est une honte que le principal témoin contre le Premier ministre Netanyahou soit le politicien Yair Lapid, qui essaie de le remplacer depuis des années. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...