Réactions au discours de Mansour Abbas
Rechercher

Réactions au discours de Mansour Abbas

Smotrich refuserait de répondre aux appels du Premier ministre afin de discuter d’un gouvernement soutenu par Raam ; le Parti travailliste exhorte Abbas à rejoindre l'opposition

Le chef du parti Raam, Mansour Abbas, prend la parole lors d'une conférence de presse à Nazareth, le 1er avril 2021.(Crédit : David Cohen / Flash90)
Le chef du parti Raam, Mansour Abbas, prend la parole lors d'une conférence de presse à Nazareth, le 1er avril 2021.(Crédit : David Cohen / Flash90)

Le discours d’hier soir de Mansour Abbas, dirigeant du parti Raam, a suscité l’éloge de certains politiciens de gauche et de droite, alors qu’il a appelé à la coopération politique entre Juifs et Arabes.

Cependant, la tension reste palpable chez les alliés d’extrême droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le chef du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich refusant apparemment même de prendre les appels téléphoniques du Premier ministre pour discuter de la perspective de former un gouvernement de droite soutenu par Raam.

Abbas, dont le parti islamiste a remporté quatre sièges à la Knesset, est apparu comme un improbable faiseur de roi après les élections non concluantes de la semaine dernière. Bien qu’il a exprimé sa volonté de s’associer à Netanyahu ou à ses rivaux sans distinction – ceci dépendant essentiellement des conditions offertes au bénéfice des Arabes israéliens – il n’a pas encore annoncé son soutien envers l’un ou l’autre candidat, et a déclaré jeudi qu’il ne souhaitait faire partie d’aucun des deux camps.

Raam pourrait potentiellement placer Netanyahu, ou ses adversaires, au-dessus de la barre des 61 sièges, couronnant ainsi le prochain Premier ministre. Mais les politiciens de droite, tant dans le bloc pro-Netanyahu que dans le bloc anti-Netanyahu, ont exclu de former une coalition avec le soutien du parti en raison de ses positions antisionistes – d’autres ont accusé Raam de soutenir le terrorisme.

L’opposition à ce soutien est la plus forte dans le bloc pro-Netanyahu qui comprend le parti d’extrême droite sioniste religieux.

Itamar Ben Gvir, chef de la faction extrémiste Otzma Yehudit du Parti sioniste religieux, a fustigé le discours d’Abbas.

« Le discours de Mansour Abbas tente de faire passer pour un ‘ours en peluche mignon’ quelqu’un qui appartient au Mouvement islamique, soutient le Hamas et félicite les meurtriers de bébés », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Toute coalition soutenue par Abbas sonnerait le glas de la droite, et nous n’avons aucun mandat conféré par le public pour le décider », a-t-il ajouté, appelant les dirigeants Naftali Bennett de Yamina et Gideon Saar de Tikva Hadasha à aider à former un gouvernement de droite.

Le député et chef du parti sioniste religieux d’extrême-droite Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, membre de son parti, avec leurs partisans lors de la soirée électorale au siège de la formation à Modiin, le 23 mars 2021. (Crédit : Sraya Diamant/Flash90)

Le leader du Parti sioniste religieux et parlementaire Bezalel Smotrich serait tellement furieux de ce qu’il considère comme une tentative du Likud de « blanchir » Raam qu’il a refusé jeudi soir de prendre un appel téléphonique de Netanyahu, a rapporté le site Ynet.

« Smotrich est furieux de la campagne de dissimulation des problèmes que Netanyahu a organisée pour Raam, qui est un parti qui soutient le terrorisme et s’oppose à la définition de l’État d’Israël comme État juif », a déclaré un proche du chef du Parti sioniste religieux.

Dans le même temps, la dirigeante travailliste, la députée Merav Michaeli, a exhorté Abbas et son parti à intégrer le bloc visant à évincer Netanyahu.

La députée Merav Michaeli s’exprime à la Knesset, le 7 décembre 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

« Nous avons eu besoin d’une pandémie et d’un effondrement politique pour qu’après 28 ans d’incitation à la violence par Netanyahu et la droite, il est devenu clair que le public arabe fait partie de la société israélienne », a déclaré Michaeli dans un communiqué.

Michaeli, qui a déjà promis que son parti de gauche soutiendra le chef de l’opposition Yair Lapid pour la nomination au poste de Premier ministre, a appelé Abbas à « venir avec nous pour qu’ensembles, nous puissions changer la réalité des choses ».

Des propos faisant l’éloge Abbas sont également venus du côté du vice-ministre de la Santé, Yoav Kisch, du Likud, qui a déclaré que le discours du président de Raam montrait qu’il était la vraie voix des Arabes israéliens.

« J’ai été heureux d’entendre le discours d’Abbas », a tweeté Kisch. « La Liste arabe unie ne représente pas les citoyens arabes israéliens d’Israël qui veulent vivre en paix et dans l’égalité des droits en Israël. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...