Régionales en France : Réactions des représentants des institutions juives
Rechercher

Régionales en France : Réactions des représentants des institutions juives

Au lendemain du premier tour des élections régionales, les représentants juifs appellent les citoyens français à se rendre aux urnes

Crédit : Facebook/ Union des Etudiants Juifs de France
Crédit : Facebook/ Union des Etudiants Juifs de France

Au lendemain du premier tour des élections régionales 2015, la droite composée des Républicains, de l’UDI et du MoDem arrive en tête dans 4 régions avec un total de 27,90 % des suffrages sur toute la France rapporte BFMTV.

Le Front National atteint un score national record avec 27,88 % des voix au niveau national et en arrivant en tête des suffrages dans 6 régions.

Quand au Parti socialiste il arrive en troisième position avec 25,28 % des voix.

Devant ce vote qui donne au FN un succès historique, les institutions juives françaises ont appelé à se rendre massivement aux bureaux de vote le dimanche 13 décembre pour le second tour des élections. 50,9 % des Français se sont abstenus au premier tour des régionales.

Dans son communiqué de presse du 7 décembre, le Crif a appelé à faire barrage contre le Front National qualifié de « parti xénophobe et populiste ». « Ne laissons pas la République reculer ! » exhorte le Crif.

L’Union des Etudiants Juifs de France a enjoint tous les candidats arrivés en troisième position « à se retirer pour faire barrage au Front National. »

« L’UEJF demande donc aux candidats du Parti Socialiste de se retirer dans le Nord-Pas de Calais-Picardie, en Alsace-Loraine, en Bourgogne, en Normandie ou encore en Provence Alpes Côte d’Azur, et au candidat les Républicains de se retirer dans le Languedoc-Roussillon. »

« Nous appelons les citoyens français à se rendre en masse aux urnes dimanche prochain pour préserver la République menacée par un parti raciste, antisémite, rétrograde et incompétent qui ne fera qu’ajouter de la haine à la situation actuelle, » a déclaré le président de l’UEJF, Sacha Reingewirtz.

L’UEJF a également dénoncé le tweet de Jean-Marie Le Pen. L’ancien chef de l’extrême droite française a salué dimanche le succès du parti aux élections régionales en tweetant une vidéo de Christian Estrosi, adversaire de sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen, portant une kippa et dansant avec des JUifs ultra-orthodoxes.

« Contre mauvaise fortune bon coeur », a t-il tweeté. Cette vidéo a ensuite été immédiatement retirée.

Christian Estrosi a réagi sur Twitter en soulignant l’antisémitisme latent du FN.

« Ce tweet n’est qu’une preuve parmi tant d’autres que le FN reste et demeure un parti anti-républicain qui s’attaque aux valeurs de la France et à ses citoyens pour ce qu’ils sont, » a déclaré Sacha Reingewirtz.

Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, a également appelé les Français à se rendre aux urnes dimanche prochain dans un « sursaut civique ».

« Il nous faut défendre nos valeurs et rejeter en bloc celles et ceux qui montent les uns contre les autres, qui prônent l’isolement et l’exclusion, car l’Histoire nous apprend que la haine et le rejet, d’où qu’ils viennent, feront un jour de nous des victimes » a déclaré Haïm Korsia selon Europe 1. Il appelle à la création d’une cohésion nationale.

Mercredi soir dernier, un débat télévisé avait été organisé entre les candidats de la région Provence-Alpes et Côte d’Azur par France 3 Côte d’Azur.

A l’occasion de ce débat qui opposait entre autre Christian Estrosi, (Républicains), et Marion Maréchal-Le Pen, (Front National), le député-maire de Nice avait exprimé son désaccord avec la candidate frontiste concernant le planning familial, rapporte BFMTV.

« Si vous êtes candidate aujourd’hui c’est parce que des femmes se sont battues pour accéder à ce droit, » explique Christian EstrosI.

« Une fois de plus vous faites des amalgames, » répond Marion Maréchal-Le Pen.

Sans porter attention à son interlocutrice, Christian Estrosi continue son plaidoyer, « Quand on sait le combat des femmes pour leur émancipation, et quand on sait qu’une femme qui a guidé en grande partie mon modèle politique depuis longtemps, qui a été la marraine des voyages de la mémoire que j’organise depuis dix ans vers le camp d’Auschwitz-Birkenau, Simone Weill, qui a apporté des réformes extraordinaires pour notre pays, je vais vous faire un cadeau, « Une Vie » de Madame Simone Veil ».

Livre en main, Christian Estrosi a rappelé le combat de Simone Veil qui mena la bataille pour faire passer la loi sur l’IVG en 1975 contre son camp. Il a rappelé aussi l’histoire personnelle de l’ancienne ministre qui fut déportée à Auschwitz, « dont votre grand-père [Jean-Marie Le Pen] disait que c’était un détail de l’histoire ».

Face aux propos du maire de Nice, Marion Maréchal-Le Pen resta impassible soulignant que Christian Estrosi est hors sujet et qu’il s’agissait « d’un bel élément de communication. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...